Jacques de Wert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques de Wert
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Jacques de Wert ou Giaches de Wert (né probablement à Weert en 1535[1] et mort à Mantoue le [1]) est un compositeur franco-flamand. Sa carrière s'est déroulée en Italie où il est reconnu comme l'un des plus grands madrigalistes de la période tardive.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques de Wert émigre en Italie très jeune et devient enfant de chœur (« enfant chantant dans le chœur ») de la chapelle Maria de Cardona de Naples[1]. En 1561, il se trouve à Parme où il est l'élève de Cyprien de Rore[2] à la cour de Ferrare. En 1565, il entre au service de Guillaume de Mantoue où il occupe le poste de chef de chœur à la chapelle ducale de Santa Barbara[1]'[2]. Il y reste jusqu'en 1592. Sa vie privée est agitée. Sa femme le quitte et il a une liaison malheureuse avec Tarquinia Molza, une poétesse, musicienne et chanteuse de la cour de Ferrare.

Sur le plan musical, Wert a écrit 230 madrigaux et autres pièces profanes publiés en 16 volumes de 1558 à 1608. À ceux-là s'ajoutent 150 œuvres sacrées (motets et hymnes) dans lesquels il démontre sa maîtrise du contrepoint. Avec Luzzasco Luzzaschi et Luca Marenzio, il est dans les années 1580 l'un des chefs de file du style plus expressif du madrigal.

Il utilise dans ses œuvres aussi bien des textures homophoniques que des passages polyphoniques afin de rendre les contrastes. Dans ses dernières œuvres, il adopte plus volontiers le style concertant.

De Wert fait le lien entre Cyprien de Rore et Claudio Monteverdi, son élève à Mantoue.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 1190
  2. a et b Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse, , 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1491