Jacques de Sainte-Beuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques de Sainte-Beuve
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Le père Jacques de Sainte-Beuve est un théologien français, né à Paris le , et mort à Paris le (à 64 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1613 au no 17 de la rue Séguier[1] à Paris, Jacques de Sainte-Beuve fut professeur de théologie à la Sorbonne, mais fut privé de sa chaire pour avoir refusé de souscrire à la condamnation d'Arnauld en 1656. Ayant par la suite consenti à signer le formulaire d'Alexandre VII, il fut nommé théologien du clergé de France.

Il jouissait comme casuiste d'une grande autorité. À sa mort, la marquise de Sévigné évoqua le grand nombre des pauvres âmes errantes et vagabondes qu'il laissait « sans conducteur et sans gouvernail dans les orages de cette vie. »

On a de lui des traités en latin publiés par son frère Jérôme dont les Résolutions de plusieurs cas de conscience touchant la morale & la discipline de l'église (Paris, 1689). Cet ouvrage publié post-mortem est tiré de l’enseignement donné en Sorbonne par le docteur et de ses travaux préparatoires en vue de la théologie morale que l’assemblée générale du clergé de France de 1665 lui avait demandé de composer.

François Bertinet réalisa un médaillon en cire de Jacques de Sainte-Beuve[2].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Alors appelée rue Pavée-Saint-André-des-Arts
  2. François Bertinet : modeleur et fondeur en médailles par Porée, Adolphe-André (1848-1939), 1891

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques de Ste Beuve, docteur en théologie de la Faculté de Paris, de la Maison & Société de Sorbonne, dans Louis Ellies Dupin, Nouvelle bibliothèque des auteurs ecclésiastiques, chez Pierre Humbert, Amsterdam, 1711, tome XVII, p. 199-200 (lire en ligne)
  • L.-E. Sainte Beuve, Jacques de Sainte-Beuve, docteur en Sorbonne et professeur royal : étude d'histoire privée, contenant des détails inconnus sur le premier jansénisme, Paris, Librairie Auguste Durand, 1865.
  • P. Cariou, Les idéalités casuistiques. Un directeur de conscience au XVIIe siècle en France. Jacques de Sainte-Beuve 1613-1677, Lille, Service de reproduction des thèses, Paris, Honoré Champion, 1979.
  • R. Briggs, The Science of Sin : Jacques de Sainte Beuve and his Cas de conscience, in: Religions Change in Europe. Essays for John Mc Manners, Oxford, 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]