Jacques de Létin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques de Létin
Jacques de Létin autoportrait.jpg

Jacques de Létin, Autoportrait,
musée des beaux-arts de Troyes.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maîtres
Influencé par

Jacques de Létin, ou Jacques Ninet de Lestin, né à Troyes en 1597, et mort dans cette même ville en 1661, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques de Létin nait dans un milieu assez aisé, en tout cas sensibilisé à l'activité artistique qui se déployait encore à Troyes au début du XVIIe siècle. Son père, Jehan de Létin, tient un hôtel qui a pour nom L'Image de Saint-Christophe.

Il effectue sa formation auprès d'Edme Doué, un peintre qui épouse sa sœur Simonette en 1613. Jacques de Létin partage l'idéal romain des jeunes peintres de son temps, sous le charme du Caravage. Il reste trois ans à Rome, de 1622 à 1625 et partage son toit avec deux autres artistes:, le peintre Charles Mellin, et le sculpteur Jacques Sarrazin[1]. C'est pendant son séjour en Italie qu'il rencontre Simon Vouet, avec lequel il se lie d'amitié.

De retour à Troyes en 1626, il se marie, et dans les années qui suivent son retour à Troyes, se succèdent les commandes importantes et les longs séjours à Paris. Parallèlement, il réalise nombre d'œuvres profanes, en particulier des trumeaux de cheminées, mais également des tableaux dont La Mort de Virginie, conservé au musée Pouchkine à Moscou.

L'art de Jacques de Létin séduit aussi à Paris. Il y travaille régulièrement dans les années 1633 à 1639, il est installé paroisse Sain-Jacques[2], mais sans avoir coupé les liens avec Troyes. Il est choisi comme peintre du « May » en 1636. Le 1er mai 1636, sa toile Saint Paul prêchant à l'Aréopage est posée au portail de Notre-Dame de Paris[3].

Il revient s'installer définitivement à Troyes en 1645. Ses conditions de vie sont privilégiées. Il achète des terres, se fait construire une grande maison éclairée par une grande verrière.

Jacques de Létin est inhumé le à Lyon dans l'église Saint-Nizier.

Un peintre redécouvert[modifier | modifier le code]

Déploration sur le Christ mort (vers 1640-1645), musée des beaux-arts de Reims.

Jacques de Létin fut rapidement oublié. Déjà à la fin du XVIIe siècle, les historiens de l'art le citent sans plus de commentaires dans la liste des artistes qu'il rattachent au style de Simon Vouet. Dans l'une de ces listes, le patronyme de Jacques de Létin a été transformé en «  Nicolas[réf. nécessaire] Ninet de Lestin  » par l'oubli d'une virgule entre Ninet et de Lestin. Plus de deux siècles après, C'est l'historien troyen Albert Babeau qui, en 1882, a retrouvé l'identité et la biographie de Jacques de Létin.

Nombre de ses œuvres ont disparu sous la Révolution et depuis 1940. On peut voir ce qu'il reste de ses œuvres notamment dans les églises troyennes : Saint-Pantaléon, Saint-Remi, Sainte-Madeleine ainsi qu'à l'église Notre-Dame d'Aix-en-Othe. Son Apparition de la Vierge à saint Robert est conservée à l'église Saint-Jean-Baptiste de Chaource, et Saint-Louis mourant de la peste à Tunis dans le bras droit du transept de l'église Saint-Paul-Saint-Louis à Paris. Mais depuis le début du XXIe siècle, alors que le peintre est mieux connu, de nouvelles œuvres de sa main ont pu être identifiées. Ainsi, le musée des beaux-arts de Bordeaux a acquis en 2011 deux tableaux de Jacques de Létin représentant La Grammaire et La Géométrie. Le musée départemental Georges-de-La-Tour de Vic-sur-Seille conserve, quant à lui, un Sainte Praxède soignant les chrétiens suppliciés, et le musée des beaux-arts de Reims, une Déploration sur le Christ mort peinte entre 1640 et 1645.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Le Christ et un capucin, église de la Madeleine de Troyes.
En France 
En Russie 

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Babeau, « Ninet de Lestin », in Annuaire de l'Aube, 1882.
  • Albert Babeau, Deux collectionneurs de province au XVIIe et XVIIIe siècles, Dufour-Bouquot, 1884
  • Jean-Pierre Sainte-Marie, Jacques de Létin, Troyes, 1597-1661, [catalogue d'exposition], musée des beaux-arts, Troyes, 1976, (ISBN 2-901635-01-6)
  • (en) Jacques Thuillier, « Le Nain Studies. I. Three rediscovered Pictures », in The Burlington Magazine, février 1958, p. 60.
  • Jacques Thuillier, « Simon Vouet », in La Peinture Française, 1963, Vol.I [de Fouquet à Poussin], p. 204.
  • Pierre Moisy, « Notice de l'église Saint-Pierre », in Congrès Archéologique de France, CXXe session, Nivernais, 1967, p. 193.
  • Jean-Pierre Sainte-Marie, Jacques Thuillier, Jacques de Létin : Musée des beaux-arts de Troyes, 1976, [catalogue d'exposition], édition du Musée des beaux-arts de Troyes, 1976, (ISBN 978-2901635017)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

  • La ville de Troyes a donné son nom à une rue et une école de la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Thuillier, « Simon Vouet », in La Peinture Française, 1963, p. 98.
  2. Jacques Thuillier, op.cit.
  3. Toile détruite, gravée par Abraham Bosse, gravure reproduite dans Jacques Thuillier, op.cit.
  4. Le Mariage de la Vierge, valdoise.fr
  5. Jacques Thuillier, Trésors cachés des églises de la Nièvre, La Camosine, 1990, p. 98-99.
  6. Jésus chez Marthe à Béthanie, photographie de l'œuvre sur pompanon.fr.
  7. Tableau volé dans une galerie en 2012, retrouvé et acheté par ce musée en 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :