Jacques Yvon Ndolou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jacques Yvon Ndolou
Illustration.
Jacques Yvon Ndolou en août 2014
Fonctions
Ambassadeur du Congo en Centrafrique
En fonction depuis le
(3 ans, 3 mois et 20 jours)
Prédécesseur Gabriel Entcha-Ebia (en)
Ambassadeur du Congo en Allemagne

(5 ans, 1 mois et 14 jours)
Successeur Mamadou Camara Dekamo
Ministre des Sports

(1 an, 11 mois et 2 jours)
Président Denis Sassou-Nguesso
Premier ministre fonction supprimée
Prédécesseur Serge Michel Odzoki (en)
Successeur Léon-Alfred Opimbat (en)
Ministre de la Défense

(7 ans et 28 jours)
Président Denis Sassou-Nguesso
Premier ministre Isidore Mvouba
(2005-2009)
Prédécesseur Justin Lékoundzou Itihi Ossetoumba
Successeur Charles Zacharie Bowao
Chef d'État-major général des FAC

(3 ans, 10 mois et 28 jours)
Prédécesseur Yves Motandeau-Monghot
Successeur Charles Richard Mondjo
Biographie
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Bohoulou (Congo)
Nationalité Drapeau de la république du Congo Congolais
Diplômé de Académie militaire Frounze
Profession Militaire

Jacques Yvon Ndolou est un militaire et homme politique congolais né le à Bohoulou (Cuvette).

Général de division, il fut chef d'État-major général des Forces armées congolaises (FAC) de 1999 à 2002. Il fut également ministre de la Défense (2002-2009) ainsi que ministre des Sports et de l’éducation sportive (2009-2011).

Depuis le , il est ambassadeur de la République du Congo en Centrafrique, et fut ambassadeur en Allemagne de 2012 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jacques Yvon Ndolou naît le à Bohoulou, un village du district de Mossaka (Cuvette). Il fait ses études à l'Académie militaire Frounze de Moscou, où il obtient une maitrise en sciences militaires ainsi qu'un diplôme d’État-major et de commandement tactico-opérationnel[1]. Il étudie également à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en France durant les années 1970[2].

Sportif polyvalent, il participe avec son équipe de volley-ball à la première Coupe des Tropiques de 1962 à Bangui (Centrafrique) où il remporte la médaille d'argent, ainsi qu'aux premiers Jeux africains de 1965 à Brazzaville, où il remporte la médaille de bronze. Il fut également le capitaine de l'équipe des Diables rouges lorsque celle-ci remporta la 8e Coupe d'Afrique des nations de football en 1972[3].

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Jacques Yvon Ndolou entre en service le [1]. Il est mis à la tête de la zone militaire n°5 (Ouesso), et participe à la création de l'Académie militaire Marien-Ngouabi[2].

En 1998, il est promu au grade de général de brigade par Denis Sassou-Nguesso[2]. Un an plus tard, le , il est nommé chef d’État-major général des Forces armées congolaises (FAC)[1], après qu'Yves Motandeau-Monghot ait été impliqué dans un coup d'État[2]. Il occupe ce poste jusqu'au , date où il est remplacé par Charles Richard Mondjo[4].

Le , il accède au grade de général de division[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Jacques Yvon Ndolou occupe de 1995 à 1999 le poste de directeur de cabinet du ministre de la Défense. Il devient par la suite ministre délégué à la Présidence de la République, chargé de la Défense nationale (2002-2005), avant d'accéder au statut de ministre à la Présidence de ce même portefeuille le , poste qu'il occupe jusqu'en , date où il se fait remplacer par Charles Zacharie Bowao. Il est ensuite nommé ministre des Sports et de l’Éducation physique le à la place de Serge Michel Odzoki (en), et occupe cette fonction jusqu'au , date où il est remplacé par Léon-Alfred Opimbat (en)[1],[5].

Il fut ensuite pendant un temps secrétaire général adjoint du Comité national olympique et sportif congolais[2].

Le , il est nommé au poste d'ambassadeur de la République du Congo en Allemagne[1]. Puis, le , il est nommé ambassadeur en Centrafrique[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jacques Yvon Ndolou est marié, et père de dix enfants[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Son Excellence Mr. l'Ambassadeur », sur botschaftkongobzv.de
  2. a b c d et e (en) John Frank Clark et Samuel Decalo, Historical Dictionary of Republic of the Congo, Lanham, MD, Scarecrow Press, coll. « Historical dictionaries of Africa », , 523 p. (ISBN 978-0-8108-4919-8 et 0-8108-4919-4, lire en ligne), p. 311
  3. « Un ‘’Yaoundé 72’’ aux sports: Jacques Yvon Ndolou », sur starducongo.com,
  4. « Le colonel Charles Richard Mondjo : nouveau chef d’état-major général », sur congopage.com,
  5. « Les gouvernements du Congo », sur izf.net
  6. Nestor N'Gampoula, « Diplomatie : Jacques Yvon Ndolou nommé ambassadeur du Congo en Centrafrique », sur adiac-congo.com,

Sur les autres projets Wikimedia :