Jacques Trémolin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Trémolin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Préfet
Ardèche
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
BobignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Stele escrinet2006.jpg

Escrinet : Stèle à la mémoire de Jacques de Sugny alias J. Trémolin.

Jacques Auguste Meaudre de Sugny, dit Jacques Trémolin, né le dans le 2e arrondissement de Lyon[1] et mort le à Bobigny, est un conteur et chroniqueur animalier pour enfants dans les années 1970 (dans Les Visiteurs du mercredi sur TF1), mais également un résistant, préfet de l'Ardèche à la Libération et un responsable politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Résistant[modifier | modifier le code]

Né à Lyon dans une famille aristocratique originaire de la Loire — le château de Trémolin à Saint-Just-en-Chevalet[2] — et du nord de l'Ardèche, Jacques Meaudre de Sugny fut un résistant communiste, opposé au nazisme, sous le nom de Loyola (référence à son éducation chez les jésuites).

Lors de la libération de la ville d’Annonay en juin 1944, il y proclama la république et en fut maire jusqu'à la reprise par les Allemands. Le 12 août 1944, il devint le premier préfet de l'Ardèche lors de la Libération de Privas par la Résistance.

Dans l'après-guerre, il fut membre de cabinet de trois ministres communistes et travailla à L’Humanité. Il fut exclu du parti communiste en 1954.

Le naturaliste[modifier | modifier le code]

Vers 1970, il devint écrivain et chroniqueur naturaliste sur France Inter sous le nom de Jacques Trémolin. Il fut pendant plusieurs années le spécialiste des animaux dans les émissions pour enfants telles que Les Visiteurs du mercredi sur TF1.

Le , la totalité de ses cendres ont été épandues au col de l'Escrinet, lieu de sa rencontre avec le général Jean Touzet du Vigier, commandant de la 1re division blindée (Saint-Louis) de la 1re armée de libération[3]. Une stèle en pierre de Volvic, venant du château de Trémolin, rappelle sa mémoire et ses identités successives.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Atlas des voyages : Pays-Bas, édition Rencontre, 1962
  • Voyage au pays des bêtes, édition André Bonne, 1968
  • Ce que vous ignorez de votre chien, édition Presse de la Renaissance - (ISBN 2856160123)
  • Mes plus belles histoires d'animaux, Grasset, 1977 - (ISBN 2246005477)
  • Mes nouvelles histoires d'animaux, Grasset, 1978 - (ISBN 2246006864)
  • Des bêtes pas si bêtes, Hachette, 1981 - (ISBN 2010073932)
  • Le monde secret des animaux, Hachette, 1981 - (ISBN 2010078276)
  • Mes plus belles histoires d'animaux, Hachette, 1982 - (ISBN 978-2246005476)
  • Simple histoire de bête : Le chien d'accueil, Hachette - (ISBN 2010089413)
  • Ces bêtes que j'aime, Hachette, 1986 - (ISBN 2010100352)
En CD (Compacts Radio France)
  • Histoires d'animaux : Nos animaux familiers, Grasset/Hachette - 211810HM76
  • Histoires d'animaux : La faune africaine, Grasset/Hachette - 211810HM76

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance no 3358 du 2 novembre 1910 avec mention marginale du décès, en ligne sur le site des archives municipales de Lyon.
  2. « Château de Trémolin à Saint-Just-en-Chevalet » [html], sur Châteaux de France (consulté le 8 mars 2015)
  3. Raoul Galataud, « Soldats de la 1re armée de libération du général de Lattre, en Ardèche » [html], sur Musée de la Résistance en ligne (consulté le 8 mars 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Jacques de Sugny
Jacques Trémolin