Jacques Thomas Sarrut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacques-Thomas Sarrut
Naissance
Canté, Ariège
Décès (à 47 ans)
Vitoria, Espagne
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1782-1813
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 21e colonne

Jacques-Thomas Sarrut est un général français de la Révolution et de l’Empire, né le à Canté et mort le , des suites des blessures reçues le 21 juin à la bataille de Vitoria.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre en service en 1782 comme volontaire dans le régiment de Picardie. Promu adjudant en 1791, il devient l'aide de camp de l'adjudant-général Drouet et gagne ses galons de capitaine pendant la campagne de Belgique. Il se distingue à la bataille de Jemmapes le 6 novembre 1792 et prend les fonctions d'adjoint aux adjudants-généraux le 5 décembre 1793. Pour sa conduite au siège d'Ypres, il est nommé chef de brigade de la 3e demi-brigade de bataille le 28 mai 1794, puis prend le commandement de la 8e demi-brigade d'infanterie le 19 février 1796. Le 3 décembre 1800 il est à la bataille de Hohenlinden.

Nommé général de brigade le 29 août 1803, il participe aux batailles de Lambach les 31 octobre et 1er novembre 1805, de Iéna le 14 octobre 1806, de Buçaco le 27 septembre 1810 et de Fuentes de Oñoro du 3 au 5 mai 1811. Il est élevé au grade de général de division le 20 juin 1811, avant de prendre part à la bataille des Arapiles le 22 juillet de l'année suivante. Le 21 juin 1813 il est chargé de couvrir la retraite après la bataille de Vitoria et est blessé d'un coup de biscaïen lors d'une charge contre les troupes du duc de Wellington. Prisonnier des Anglais, il meurt de ses blessures le 26 juin 1813.

21e colonne de l’arc de triomphe de l’Étoile.

Décorations et titres[modifier | modifier le code]

Hommages, honneurs, mentions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion-d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, Bureau de l’administration, Tome 3, , 529 p. (lire en ligne), p. 478.
  • Vicomte Révérend, Armorial du premier empire, tome 4, Honoré Champion, libraire, Paris, , p. 214.