Jacques Sojcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Sojcher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Jacques Sojcher est un écrivain belge francophone né à Bruxelles le 8 septembre 1939, de père slovaque et de mère polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut professeur de philosophie et d'esthétique à l'Université libre de Bruxelles.

Son philosophe préféré est Emmanuel Lévinas.

Il écrit une trentaine de livres : essais sur Nietzsche et sur la démarche poétique, ouvrages sur des peintres et sur l'esthétique, livres entre récit et poésie où il cultive l'autodérision (Le Professeur de philosophie) et où la figure du père absent (mort à Auschwitz) domine, ainsi que les présences féminines, il écrit aussi depuis les années 2000 des pièces de théâtre.

Il obtient le prix Maurice-Carême 2015 pour Trente-huit variations sur le mot juif.

Il est le père du cinéaste Frédéric Sojcher.

Il participe comme acteur à des films d'André Delvaux (Babel opéra, 1985), à plusieurs films de Claudio Pazienza et de son fils (Hitler à Hollywood et Je veux être actrice).

Il a enseigné le français et la morale à l'Athénée Royal d'Enghien (alors dirigé par Firmin Bécu) à partir de janvier 1963 et au moins jusqu'en juin. Il y crée le premier numéro de la revue Schisme(s). Plus tard, enseignant à l'Université de Bruxelles, il devient rédacteur en chef de la Revue de l'Université, aux destinées de laquelle il préside pendant plus de vingt ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Question et le Sens. Esthétique de Nietzsche, Paris, Éditions Aubier-Montaigne, 1972, 319 p. (notice BnF no FRBNF35189773)
  • La Démarche poétique. Lieux et sens de la poésie contemporaine, Paris, Union générale d’éditions, 1976, 439 p. (ISBN 2-264-00104-6)
  • Le Professeur de philosophie, Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, 1976, 153 p. (notice BnF no FRBNF34700146)
  • Un roman, Paris, Éditions Flammarion, 1978, 140 p. (ISBN 2-08-064102-6)
  • La Mise en quarantaine, Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, 1978, 64 p. (notice BnF no FRBNF34610288)
  • Le Rêve de ne pas parler, Le Rœulx, Belgique, Talus d’Approche, 1981, 121 p. (notice BnF no FRBNF34832285)
  • Petite musique de chambre, Le Rœulx, Belgique, Talus d’Approche, 1984, 52 p. (notice BnF no FRBNF37754949)
  • La mise en quarantaine ; Le rêve de ne pas parler ; Essai de n'être pas mort, Bruxelles, Belgique, Éditions Labor, 1990, 275 p. (ISBN 2-8040-0525-9)
  • Paul Delvaux ou la passion puérile, Paris, Éditions Cercle d’art, 1991, 234 p. (ISBN 2-7022-0283-7)
  • La confusion des visages, Paris, Éditions de La Différence, 1998, 101 p. (ISBN 2-7291-1234-0)
  • Philosophie et savoir vivre, Bruxelles, Belgique, Éditions de l’Ambedui, 1999, 27 p. (notice BnF no FRBNF37638438)
  • Jeanclos. Prier la terre, Paris, Éditions Cercle d’art, 2000, 175 p. (ISBN 2-7022-0576-3)
  • Un amour d’enfances. À la rencontre de Perasma, Bruxelles, Belgique, Éditions de l’Ambedui, 2001, 14 p. (ISBN 2-930345-05-5)
  • Le Philosophe amoureux, pièce en un acte, Bruxelles, Belgique, Éditions de l’Ambedui, 2002, 45 p. (ISBN 2-930345-25-X)
  • Le Sexe et la Mort, Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, 2003, 56 p. (ISBN 2-85194-612-9)
  • Petits savoirs inutiles, Bruxelles, Belgique, Éditions du Grand Miroir, coll. « Panorama », 2004, 201 p. (ISBN 2-930351-51-9)
  • Petite gloire locale. Monologue pour un homme seul, suivi de Le philosophe amoureux, Biarritz, France, Séguier-Archimbaud, 2006, 113 p. (ISBN 2-84049-446-9)
  • L’Idée du manque , Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, 2013, 47 p. (ISBN 978-2-85194-858-8)
  • C’est le sujet, Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, 2014, 55 p. (ISBN 978-2-85194-889-2)
  • Trente-huit variations sur le mot juif, Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, 2014, 47 p. (ISBN 978-2-85194-891-5) - prix Maurice-Carême 2015[1]
  • Eros errant, Editions Fata Morgana, Montpellier, 2016, 64 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Crousse, « Jacques Sojcher, la joie dans la douleur » in Le Soir du 6 mai 2015, p. 39

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur l’auteur[modifier | modifier le code]

  • Françoise Moulin, Jacques Sojcher, ni la mémoire ni l'oubli, éditions Labor, coll. « Archives du futur », 1991

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]