Jacques Saoutchik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Iacov Savtchuk, connu sous le nom francisé de Jacques Saoutchik, est un carrossier automobile de renom d'origine biélorusse, en activité de 1900 à 1955 à Neuilly-sur-Seine rue Jacques-Dulud[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Iakov Savtchuk est né en 1880 à Minsk en Biélorussie dans une famille juive. Il acquiert dans sa jeunesse une formation d'ébéniste[2]. Fuyant le régime répressif tsariste (voir Nicolas II de Russie) et l'antisémitisme grandissant dans une ville dont la population est majoritairement juive, Il émigre en 1899 à Paris. Il entre rapidement comme associé dans une entreprise d'ébénisterie, se marie avant de s'installer à son compte sous le nom de Jacques Saoutchik.

Il s'intéresse rapidement à l'automobile de luxe en plein essor qui utilise le bois en carrosserie et pour les aménagements intérieurs.

Grâce à une main-d'œuvre d'artisans qualifiés, ses ateliers travaillent également l'acier ainsi que des matériaux précieux.

C'est ainsi qu'il commencera par habiller le châssis d'une Isotta-Fraschini, avant de répondre aux commandes d'une riche clientèle d'abord parisienne, puis internationale et notamment américaine, à l'effet de réaliser des carrosseries personnalisées sur des châssis des marques prestigieuses (Hispano-Suiza, Rolls-Royce et surtout Mercedes-Benz). Sa production, marquée par une finition de haute qualité et par des innovations techniques (portes à effacement, toit escamotable) connaît son apogée au milieu des années 1930.

En 1932, le carrossier réalise la berline surbaissée Bucciali TAV 8-32, et sept ans plus tard, invente les portières à ouverture parallèle.

Au fil du temps s'affirme un style où priment aérodynamisme et une certaine forme d'exhubérence. Ses voitures deviennent les vedettes des concours d'élégance automobiles alors très en vogue.

Après la Seconde Guerre mondiale, Saoutchik s'enlise dans un style baroque surchargé de décorations chromées appliqué sur la Delahaye type 175[3]. Pour 1950, il conçoit la Talbot-Lago Record décapotable du président Vincent Auriol[4].

Jacques Saoutchik décède en 1954. Les ateliers ferment une année plus tard.

Symboles d'une époque dans le design, les voitures carrossées Saoutchik connaissent une gloire nouvelle parmi les collectionneurs et pour certaines des prix record de vente.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Fondin, Hauts-de-Seine berceau de l'automobile, E.T.A.I., 1992. (ISBN 2-7268-8116-5)
  2. le petit neveu de Jacques
  3. Jean-Paul Tissot, Delahaye. La belle carrosserie française, E.T.A.I., 2006. (ISBN 2-7268-8697-3)
  4. William Stobbs, les grandes routières, E.P.A., 1990. (ISBN 2-85120-360-6)
  5. http://www.autoblog.com/2012/08/19/1928-mercedes-benz-680s-saoutchik-torpedo-takes-2012-pebble-beac/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La carrosserie française, du style au design, par Serge Bellu, éditions E.T.A.I., 2007. (ISBN 978-2-7268-8716-5)