Jacques Rouxel de Grancey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le créateur des Shadoks, voir Jacques Rouxel.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouxel.
Officier général francais 7 etoiles.svg Jacques Rouxel
Comte de Grancey
Image illustrative de l'article Jacques Rouxel de Grancey

Surnom Maréchal de Grancey
Naissance
Décès (à 77 ans)
à Paris
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Conflits Guerres de religion
Guerre de Trente Ans
Distinctions Chevalier des ordres du roi
Autres fonctions Gouverneur de Montbéliard, Gravelines, Thionville
Famille Grand-père de Jacques Eléonor Rouxel de Grancey

Jacques Rouxel, comte de Grancey et de Médavy, né le et mort le à Paris, est un militaire français. Il est élevé à la dignité de maréchal de France en 1651.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Son père, Pierre Rouxel (1562-1617), baron de Medavy, est conseiller du Roy en ses conseils d'État, lieutenant en Normandie, mestre de camp, gouverneur d'Argentan. Il est chevalier des Ordres du Roi. Sa mère est Charlotte de Hautemer, comtesse de Grancey. De cette union naissent treize enfants. Jacques est le sixième enfant, et le troisième fils de la famille.

Il est, dès le plus jeune âge, destiné à la carrière ecclésiastique. Mais il ne tarde pas à suivre sa véritable vocation, le métier des armes.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il sert le roi Louis XIII dans toutes ses guerres, tant en Languedoc qu’en Piémont, Flandre et Lorraine.

Il fait ses premières armes au siège de Caen, servit comme volontaire au combat du Pont-de-Cé, et aux sièges de Saint-Jean-d’Angély, Clairac, de Montauban, de Montpellier et de La Rochelle.

Il passa en Piémont en 1629, prit part au combat du Pas-de-Suze, et se porta au secours de Casale avec son régiment. Il servit ensuite en Lorraine. On le trouve au siège de Trèves, au combat d'Yvoy et au siège de Saverne où il est blessé.

Il force le général de Mercy à lever le siège d'Héricourt et eut le genou fracassé au siège de Saint-Hippolyte. Il est de nouveau blessé au combat de Rey contre le baron de Sécy.

Le roi lui donne, en 1636, le gouvernement de Montbéliard et, en 1644, celui de Gravelines.

Lieutenant-général en 1644, il reçoit le bâton de maréchal de France en janvier 1651. Il revient en Piémont ou il défait les Espagnols au combat de La Roquette puis renonce à attaquer les vaudois, à la suite de l'intercession du pasteur Jean Léger auprès du capitaine Laurent de l'Aube de Corcelles[1], ce qui oblige le marquis de Pianezza à engager lui-même la répression en 1655, les Pâques vaudoises. Le roi le fait chevalier de l'ordre du Saint-Esprit et le nomme gouverneur de Thionville le 1er janvier 1662.

À sa mort, Grancey est inhumé au couvent des Capucines.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

En 1624, il épouse en première noces, Catherine de Monchy (v.1603-1638). De cette union naissent neuf enfants :

Il épouse en secondes noces Charlotte de Mornay (v.1620-1694), avec qui il aura douze enfants.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Heraldique couronne comte français.svg
Blason fam fr Rouxel de Grancey.svg

D'argent, à trois coqs de gueules, becqués, membrés et crêtés d'or.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Village de Bourgvillan, les seigneurs [1]
  2. Michel Popoff (préf. Hervé Pinoteau), Armorial de l'ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Système universitaire de documentation