Jacques Replat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Replat
Fonctions
Député du Duché de Savoie
Prédécesseur Alexis Guillet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Chambéry
Date de décès (à 58 ans)
Lieu de décès Annecy
Nationalité Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Drapeau : France Française

Jacques Replat, né le à Chambéry et mort le à Annecy[1], est un avocat, poète et écrivain romantique savoyard.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean-François Replat et de Marie-Anne Garella. Il épouse Désirée Perrissin.

Après avoir obtenu son doctorat en droit de l'Université de Turin (11 mai 1827)[2], il s'inscrit au barreau d'Annecy en 1830. Il obtient la fonction de Syndic à Annecy en 1848.

Il est fait chevalier de l'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare, en 1857, Victor-Emmanuel II de Savoie.

En mars 1860, il est député catholique modéré d'Annecy au Parlement de Turin[3], où il s'oppose au partage entre la France et la Suisse du duché, préférant une Savoie unie, durant les débats qui précédèrent l'annexion de la Savoie à la France, rédigeant une brochure « Une solution de la question savoisienne », avant de rejoindre le camp annexionniste[4],[5]

Carrière d'écrivain[modifier | modifier le code]

Jacques Replat a écrit quelques poèmes en vers sur des légendes locales, ainsi que des recueils de rêveries historiques (François de Sales, Jacques de Savoie, Anne de Chypre) et légendaires (les prêtres, héritiers des druides, capables d'arrêter le cours des eaux).

Il a aussi écrit deux romans historiques chargés d’éléments féeriques à la manière de Walter Scott et de Charles Nodier.

Il est tombé amoureux du lac et de la ville d'Annecy où il a passé l'essentiel de son existence et où une rue lui rend hommage.

Il est membre de l'Académie de Savoie (reçu le ) et de l'Académie florimontane, dont il sera président.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 1836 : Esquisse du comté de Savoie au XIe siècle
  • 1836 : Le Siège de Briançon, rééd. Éditions Le Tour, 2003. Le cadre du roman est fantastique et gothique dans un Moyen Âge idéalisé. Au XIe siècle, le seigneur Émeric de Briançon, seigneur burgonde, allié à des troupes de Ceutrons et soutenu par sa demi-sœur sorcière, bloque la vallée de la Tarentaise et rançonne les voyageurs. L'archevêque de Moûtiers, demande l'aide du comte Humbert II de Savoie et de Maurienne qui envoie son émissaire, Raoul de Compey, de vieille noblesse allobroge et genevoise, lequel va tomber amoureux de Marguerite la fille du seigneur Émeric. Ce dernier fait emprisonner Raoul dans son donjon mais il est délivré par son aimée qui ainsi sacrifie ses ancêtres à la cause du comte. Raoul revient avec l'armée du comte qui assiège et prend le château de Briançon, la sorcière est punie et se jette du haut du donjon. Raoul et Marguerite se marient, symbolisant l'alliance des Burgondes et des Allobroges sous la bannière du comte.
  • 1858 : Voyage au long cours sur le Lac d'Annecy.
  • 1864 : Bois et vallons. Son dernier ouvrage connu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Philippe, Les poètes de la Savoie, Annecy, , 334 p., p. 245-251

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue savoisienne, Volumes 139, Académie florimontane, , p. 137.
  2. Mémoires et documents, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, , p. 43-45.
  3. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 19.
  4. Robert Colonna d'Istria, Histoire de la Savoie, Paris, France-Empire, (ISBN 978-2-7048-0943-1 et 2704809437), p. 284.
  5. Régine Boisier, Adrien : Fils de paysan, appelé l'aristo, La Fontaine de Siloé, , 363 p. (ISBN 978-2-8420-6213-2), p. 172.