Jacques Rancière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Rancière
Ranciere.jpg
Naissance
Nationalité
Formation
École/tradition
Principaux intérêts
Idées remarquables
« le politique, la politique et la police », « communauté des égaux », « partage du sensible », démocratie radicale
Œuvres principales
Influencé par
A influencé

Jacques Rancière (né en 1940 à Alger) est un philosophe français, qui travaille sur la politique et l'esthétique principalement, professeur émérite à l'Université de Paris VIII (Saint-Denis).

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Louis Althusser, il participe en 1965 à Lire le Capital avant de se démarquer rapidement de son ancien professeur à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. En 1974, il écrit La Leçon d'Althusser, qui remet en cause sa démarche. À la fin des années 1970, il anime avec d'autres jeunes intellectuels comme Joan Borell, Arlette Farge, Geneviève Fraisse, le collectif Révoltes Logiques qui, sous les auspices de Rimbaud, remet en cause les représentations du social traditionnelles et fait paraître une revue, Les Révoltes logiques[1].

Parallèlement, il se penche sur l'émancipation ouvrière, les utopistes du XIXe siècle (notamment Étienne Cabet) et commence à voyager régulièrement aux États-Unis. De ce travail naîtra sa thèse d'État parue en 1981 sous le titre : La Nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier.

Un peu plus tard, dans Le Philosophe plébéien, il rassemble des écrits inédits de Louis Gabriel Gauny, ouvrier parquetier et philosophe. Au milieu des années 1980, il s'intéresse à un autre personnage peu conventionnel : Joseph Jacotot qui au début du XIXe siècle remit radicalement en cause les fondements de la pédagogie traditionnelle. Cette étude donnera lieu à une biographie philosophique : Le Maître ignorant, dans laquelle il pose le postulat de l'égalité des intelligences. Il s'intéresse ensuite à l'ambiguïté du statut du discours historique dans Les Mots de l'histoire (ouvrage qui ne put, pour des raisons de dépôt légal, paraître sous le titre initialement prévu par l'auteur, Les Noms de l'histoire). À la fin de cette période, Rancière, qui est également cinéphile, proche des Cahiers du cinéma, explore les liens entre esthétique et politique. Courts voyages au pays du peuple, sous la forme de trois nouvelles philosophiques est le premier ouvrage directement consacré à ce sujet.

La police, la politique et le politique : la pensée politique de Jacques Rancière[modifier | modifier le code]

Qu’est-ce que le politique ? Selon Rancière, il faut entendre par « le politique » ce lieu de rencontre, ce point de confluence où se rejoignent deux processus hétérogènes : le processus que l’on pourrait nommer « gouvernemental » : la police, et le processus d’émancipation : la politique. La police est l’organisation de la société comme un tout, comme un organisme où chacun se voit assigner une place. Le processus d’émancipation, quant à lui, « consiste dans le jeu des pratiques guidées par la présupposition de l’égalité de n’importe qui avec n’importe qui et par le souci de le vérifier »[2]. L’émancipation est, ainsi, à saisir comme l’affirmation d’un partage commun du monde, comme la vérification de la présupposition selon laquelle l’on peut jouer le même jeu que l’adversaire. Évidemment, si l’on considère que toute police dénie l’égalité – comme paraît le spéculer, suivant Rancière, Joseph Jacotot – il ressort que les deux processus sont incommensurables l’un à l’autre. De fait, « nous dirons que toute police fait tort à l’égalité »[2]. Par là, l’on considérera le politique comme le lieu où se joue la vérification d’égalité qui s’opère sous forme du traitement d’un tort.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le concept de critique et la critique de l'économie politique dans les manuscrits de 1844 au Capital, in Lire "Le Capital", sous la direction de Louis Althusser et avec Etienne Balibar, Roger Establet et Pierre Macherey, Maspero (Collection Théorie), 1965 (réédition poche, PUF Quadrige, 1996)
  • La Leçon d'Althusser, Gallimard, Idées no 294, 1975 (réédition, La Fabrique, 2012, avec un avant-propos de décembre 2011 et le placement en annexe du texte "Sur la théorie de l'idéologie - Politique d'Althusser" rédigé en 1969)
  • La Parole ouvrière, avec Alain Faure, 10/18, 1976 (réédition, La Fabrique, 2007, avec une postface inédite de Jacques Rancière daté de juillet 2007)
  • La Nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Fayard, 1981 (réédition poche, Hachette Pluriel,1997 et 2012)
  • Le Philosophe et ses pauvres, Fayard, 1983 (réédition poche, Flammarion Champs, 2007 et 2010)
  • Louis-Gabriel Gauny. Le philosophe plébéien, introduction du livre et textes présentés et rassemblés par Jacques Rancière (publié avec la collaboration du collectif "Révoltes Logiques"), La Découverte-Maspero/Presses universitaires de Vincennes (collection Actes et mémoires du peuple), 1985
  • Le Maître ignorant : Cinq leçons sur l'émancipation intellectuelle, Fayard 1987 (réédition poche,10/18, 2004)
  • Courts voyages au Pays du peuple, Le Seuil (collection Librairie du XXe siècle), 1990 (réédition poche, Points essais, 2015)
  • Les Noms de l'histoire. Essai de poétique du savoir, Le Seuil (collection Librairie du XXe siècle), 1992 (réédition poche sous le titre Les mots de l'histoire: Essai de poétique du savoir, Points essais, 2014)
  • Préface et contribution Les voix et les corps, in Le Millénaire Rimbaud, avec Alain Badiou, Michel Deguy, Denis Hollier, Patrice Loraux et François Regnault, Belin (collection L'Extrême contemporain), 1993
  • Mallarmé, la politique de la sirène, Hachette, 1996 (réédition poche, Hachette Pluriel, 2006 et, Fayard, 2012)
  • Aux bords du politique, Osiris (collection Impatience de la politique), 1990 (réédition augmentée et avec une nouvelle préface, La Fabrique, 1998, puis nouvelle réédition poche, Folio, 2003)
  • La Mésentente, Galilée, 1995
  • Arrêt sur histoire, avec Jean-Louis Comolli, Centre Georges-Pompidou, 1997 (publié à l’occasion de la manifestation Filmer l'histoire, 15-27 janvier 1997)
  • La Chair des mots. Politique de l'écriture, Galilée, 1998
  • La Parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature, Hachette, 1998 (réédition poche, Hachette Pluriel, 2005)
  • La Fable cinématographique, Seuil (collection Librairie du XXIe siècle), 2001
  • Le Partage du sensible, La Fabrique, 2000
  • L'Inconscient esthétique, Galilée, 2001
  • Le Destin des images, La Fabrique, 2003
  • Les Scènes du Peuple 1975-1985, Horlieu, 2003 (réédition des articles parus dans Les Révoltes logiques et avec une préface inédite: Les gros mots)
  • Malaise dans l'esthétique, Galilée, 2004
  • L'Espace des mots : De Mallarmé à Broodthaers, Musée des Beaux Arts de Nantes, 2005
  • La Haine de la démocratie, La Fabrique, 2005
  • Chronique des temps consensuels, Le Seuil (collection Librairie du XXe siècle), 2005
  • (en) The Politics of Aesthetics, Continuum, 2006
  • (en) For Ever Godard, Collectif, Michael Temple, James S. Williams, Michael Witt (Editors), Black Dog Publishing, 2007 (contribution: Godard, Hitchkock, and the Cinematographic Image)
  • Politique de la littérature, Galilée, 2007
  • Le Spectateur émancipé, La Fabrique, 2008
  • (en) James Coleman, Thames & Hudson, avril 2009 (Catalogue d'exposition avec, entre autres, deux textes de Rancière: From the Poetics of the image to the tragedy of justice)
  • Et tant pis pour les gens fatigués. Entretiens, Éditions Amsterdam, 2009
  • Moments politiques — Interventions 1977-2009, La fabrique (pour l'édition française) et Lux (pour l'édition canadienne), 2009
  • Les Écarts du cinéma, La Fabrique, 2011
  • Aisthesis, Scènes du régime esthétique de l'art, Galilée, 2011
  • Béla Tarr, le temps d'après, Capricci éditions, coll. « Actualité critique », , 1e éd., 96 p. (ISBN 9782918040378)
  • Figures de l'histoire, PUF, coll. « Travaux Pratiques », , 1e éd., 91 p. (ISBN 9782130595113) (réédition des deux textes publiés dans l'ouvrage de 1997 Arrêt sur histoire: L'Inoubliable et Sens et figures de l'histoire)
  • La méthode de l'égalité. Entretien avec Laurent Jeanpierre et Dork Zabunyan, Bayard (Essais Documents), 2012
  • (en) The State of Things, Collectif, Black & White, OCA Verksted Series #14, 2012 (contribution: In What Time Do We Livre?)
  • Le fil perdu, La Fabrique, , 128 p. (ISBN 978-2358720588)
  • Jacques Rancière, Les grands entretiens d'Artpress, préface de Dork Zabunyan et biographies des contributeurs, Art Press, 2015 (contient les trois entretiens donné par Jacques Rancière sur une période de dix ans à Artpress: Le tombeau de la fin de l'histoire (avec Yan Ciret) n°258, juin 2000; L’espace des possibles (avec Dominique Gonzalez-Foerster) n°327, octobre 2006; Que veulent les images? (avec W.J.T. Mitchell) n°362, décembre 2009)
  • Images secondes, avec Catherine Millet et Eric Rondepierre, Loco, 2015
  • Le Sillon du poème. En lisant Philippe Beck, Nous, 2016
  • (en) Recognition or Disagreement. A Critical Encounter on the Politics of Freedom, Equality and Identity (avec Axel Honneth), Edited by Katia Genel and Jean-Philippe Deranty, Columbia University Press, mai 2016 (outre une discussion avec Honneth (A Critical Discussion), contient deux textes de Rancière: Critical Questions: On the Theory of Recognition et The Method of Equality: Politics and Poetics)
  • Comment revivifier la démocratie ?, avec Pierre Rosanvallon, entretien animé par Nicolas Truong, nouvelles éditions de l'Aube, (à paraître)

Ouvrages dirigés[modifier | modifier le code]

  • Cahiers marxistes-léninistes n°1 Science et idéologies, publiés par le cercle des étudiants communistes de l'Ecole Normale Supérieure, rédaction et fabrication collective par Broyelle, Linhart, Miler, Milner, Riss, Rougement, et donc Rancière, décembre 1964
  • Cahiers marxistes-léninistes n°3, publiés par le cercle des étudiants communistes de l'Ecole Normale Supérieure, rédaction et fabrication collective par Balibar, Grosrichard, Riss, et donc Rancière, mars 1965
  • La politique des poètes: pourquoi des poètes en temps de détresse?, collectif, avec Préface de Jacques Rancière, Albin Michel (collection Bibliothèque du Collège international de philosophie), 1992

Préfaces, postfaces, présentations et introductions[modifier | modifier le code]

  • Présentation de Les Renseignements de la couleur, catalogue publié à l'occasion de l'exposition d'Alain Faure au Musé Bossuet de Meaux, 1991
  • Préface à La raison des femmes de Geneviève Fraisse, Plon, 1992
  • La pensée du non-retour, préface à La raison nomade de Jean Borreil, Payot (collection Critique de la politique), 1993 (9 pages)
  • L'art de la distance, introduction à Détours de Raymond Depardon, Maison européenne de la photographie, 2000
  • Postface à Le peuple-artiste, cet être monstrueux: la communauté des pairs face à la communauté des génies de Maria Ivens de Araujo, L'Harmattan (collection La philosophie en commun), 2002
  • Préface à Peaux blanches, masques noirs. Représentations du blackface, de Jim Crow à Michael Jackson de William T. Lhamon, Kargo & L’Éclat, 2008
  • Préface à L'éternité par les astres de Auguste Blanqui, Les impressions nouvelles (collection Réflexions faites), 2012 (22 pages) (réédition aux mêmes éditions de l'ouvrage publié dans la collection Bibliothèque d'un amateur en 2002)
  • Préface à Gilles Deleuze: philosophie et littérature de Catarina Pombo Nabais, L'Harmattan (collection La philosophie en commun), 2013 (7 pages)

Sur Jacques Rancière[modifier | modifier le code]

  • Geneviève Fraisse, Émancipation versus domination. Lecture de Jacques Rancière, chapitre 4 in La sexuation du monde. Réflexions sur l'émancipation, Presses de Sciences Po (collection Académique), 2016
  • Gramsci maintenant, collectif, Editions Sociales, 2016 (somme de contributions visant à analyser l'influence des théories d'Antonio Gramsci sur les pensée de Louis Althusser, Pierre Bourdieu, Nicos Poulantzas et, donc, Jacques Rancière)
  • Arash Joudaki, La politique selon l'égalité: essai sur Rancière, Gauchet, Clastres et Lefort, L'Harmattan, 2016
  • Bernard Aspe, Partage de la nuit : deux études sur Jacques Rancière, Nous, 2015.
  • Philip Watts, Le cinéma de Roland Barthes: Suivi d'un entretien avec Jacques Rancière, De l'incidence éditeur, 2015
  • Politiques de l'image: Questions pour Jacques Rancière, collectif dirigé par Adnen Jdey, La lettre volée, 2014 (contient le texte de Jacques Rancière Notes sur l'image photographique),
  • Le Télémaque n°44: Maîtrise et éducation: le cas Jacotot/Rancière, novembre 2013
  • Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale? Penser le global au croisement des savoirs, La Découverte, 2012 [les chapitres 1 et 2 sont consacrés aux tensions entre la philosophie de l'émancipation de Jacques Rancière et la sociologie critique de la domination de Pierre Bourdieu]
  • Politica delle immagini. Sur Jacques Rancière, édité par Roberto De Gaetano, Pellegrini, Cosenza 2011.
  • Christian Ruby, L'interruption, Jacques Rancière et la politique, La Fabrique, 2009.
  • Disaccordo, no 9 de la revue italienne Fata Morgana - Quadrimestrale di Cinema e Visioni, Pellegrini, Cosenza 2009.
  • Jacques Rancière et la Politique de l'Esthétique, collectif dirigé par Jérôme Game et Alliocha Wald Lasowski, Archives Contemporaines (collection CEP), 2009
  • Nick Hewlett, Badiou, Balibar, Ranciere: Re-thinking Emancipation, Continuum, 2007
  • Maria Beatriz Greco, Rancière et Jacotot. Une critique du concept d'autorité, L'Harmattan, 2007.
  • Charlotte Nordmann, Bourdieu/Rancière : la politique entre sociologie et philosophie, Éditions Amsterdam, 2006. Rééd. Amsterdam Poches, 2008
  • La Philosophie déplacée. Autour de Jacques Rancière, Actes du colloque de Cerisy. Horlieu, 2006 (contient le texte de Jacques Rancière La méthode de l'égalité)
  • A plusieurs voix, autour de Jacques Rancière, in Mouvements 2006/2 (n°44), La Découverte, 2006 (Recension du livre La haine de la démocratie, La Fabrique, 2005, par Etienne Tassin (L’excédant populaire et le processus démocratique), Sonia Dayan-Herzbrun (Les frontières de la démocratie), Martine Leibovici (Un événement central de l'histoire moderne)
  • Gabriel Maissin, La philosophie de l'émancipation chez Jacques Rancière, (Politique [1], juin 2004).
  • Collectif, Autour de Jacques Rancière, revue Critique no 601-602, juin-juillet 1997.
  • Alain Badiou, Rancière et la communauté des égaux, in Abrégé de métapolitique, Le Seuil, 1998
  • Alain Badiou, Rancière et l'apolitique, in Abrégé de métapolitique, Le Seuil, 1998
  • Alain Badiou, Les leçons de Rancière: Savoir et pouvoir après la tempête, in La philosophie déplacée Autour de Jacques Rancière - Actes de la décade de Cerisy, Horlieu éditions, 2006 (repris in L'aventure de la philosophie française)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les contributions de Jacques Rancière à cette revue ont été regroupées dans un ouvrage, Les Scènes du peuple, édité chez Horlieu en 2003.
  2. a et b Ranciere J., (2003), Aux bords du politique, Paris: Folio, p.??

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
External.svg
Trop de liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».