Jacques Puisais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Puisais
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jacques Armand Arthur Louis PuisaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Le pape du goût
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Jacques Puisais, né le à Poitiers et mort le à Saint-Benoît-la-Forêt[1], est un biologiste et un œnologue français, auteur d'ouvrages consacrés au vin et aux phénomènes gustatifs, philosophe et concepteur du « goût juste ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Puisais naît en 1927 à Poitiers[2] d'un père représentant en vins[3]. Après des études spécialisées en chimie analytique et en œnologie et l'obtention à l'université de Poitiers d'un doctorat ès sciences[4], il est d'abord employé au laboratoire d'analyses et de recherches de Poitiers. Il s'installe à Tours en 1959 pour prendre la direction du Laboratoire Départemental et Régional d'Analyses et des Recherches d'Indre-et-Loire[5],[6].

Soucieux d'éveiller les enfants à la gustation, et ce dès leur plus jeune âge, il va développer une méthode de sensibilisation et d'éveil qui va être largement utilisée dans les classes scolaires[7],[6]. Il commence à donner des cours d'éducation du goût en 1964[4]. Il expérimente en 1974 sa première « classe du goût » dans les écoles primaires de la région de Tours[6]. Il fonde en 1976 l'Institut français du goût à Tours et Paris, avec l'idée de développer des recherches multidisciplinaires autour du goût et de la sensibilité alimentaire[8],[5]. Il y continue ses recherches et met au point une pédagogie avec des enseignants. À partir de 1984, sa méthode est appliquée à l'échelle nationale jusqu'en 2000. Environ 100 000 enfants ont ainsi été sensibilisés au goût par des enseignants formés au sein de l'Institut français du goût. L'Institut français du goût devient à partir de 1999 l'Institut du goût, sa présidence est assurée par Patrick Mac Leod, déjà cofondateur du premier[5], et sa vice-présidence par Jacques Puisais[3]. En , Natacha Polony succède au professeur Mac Leod à la présidence de l'Institut du goût avec Jacques Puisais comme vice-président[9]. En , l'association reprend le nom d'Institut français du goût.

Il collabore en 1999 à la création des Images du goût et de l'Atelier du goût dans le Pavillon du Futuroscope de Poitiers[10],[4].

Il s'est également beaucoup intéressé à l'accord des mets et des vins qu'il contribua à populariser[10]. Ses travaux scientifiques à ce sujet ont fait autorité et ont influencé de nombreux sommeliers ou chefs célèbres comme Alain Senderens ou Pierre Troisgros[3].

Il est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés au vin, au goût et aux accords mets/vins[11]. Cette longue série est saluée, le , par un article du journal Le Monde titré « Un esthète des goûts : Jacques Puisais » : « Un fou du goût laisse - enfin - ses papilles et sa mémoire tenir sa plume : Jacques Puisais, le pédagogue œnologue. Puisais, le professeur en sensations gustatives, le physiologiste épicurien, entreprend de nous raconter ses régalades. »[12].

Dans son ouvrage Le Vin, paru en 2018, le sommelier Antoine Pétrus précise, dans la page de garde consacrée aux vins de Loire : « Parcourir le vignoble ponctué de châteaux imposants, c'est aussi tutoyer l'histoire de France et celle de la gastronomie. De Rabelais à Jean Carmet ou Jacques Puisais, les ambassadeurs de la région ont célébré cette corne d'abondance et ses trésors patrimoniaux. »[13].

Il meurt à Chinon le des suites de la covid-19 à l'âge de 93 ans[14],[15],[16],[17].

Autres engagements[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Ordre honorifique
Prix littéraires
Autres Prix

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. Nahmias 2015.
  3. a b et c (en) Edward Cody, « Philosopher of taste », sur The Washington Post, .
  4. a b et c Natacha Sikias, « Rencontre - Promouvoir une éducation du goût Jacques Puisais : Halte à l'appauvrissement sensoriel », sur L'Orient-Le Jour, .
  5. a b c d et e Laure Gasparotto, « Extrait du livre "Boire sans grossir, sans excès et... sans nuire à la santé" », sur Atlantico, .
  6. a b c et d Natacha Polony, « Hommage aux maîtres », sur Le Figaro, .
  7. « Classes du goût », sur institutdugout.fr.
  8. Périco Légasse, « Jacques Puisais parle à nos sens »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Marianne, .
  9. Patrick Goupil, « Des Japonaises à Chinon pour étudier le goût », sur La Nouvelle République, .
  10. a b et c Xavier Malaussène, « Jacques Puisais, Éducateur gustatif », sur L'Humanité, .
  11. a b et c Jacques Teyssier, « La leçon de goût de Jacques Puisais », sur L'Humanité, .
  12. J.-Y. N., « Un esthète des goûts : Jacques Puisais », sur Le Monde.fr, .
  13. Antoine Pétrus (préf. Michel Bettane, Alain Ducasse et Philippe Faure-Brac), Le Vin, Vanves, Epa - Chene, , 504 p. (ISBN 978-2-37671-006-6, OCLC 1100118852).
  14. Julien Coquet, « Indre-et-Loire : Jacques Puisais l'épicurien est décédé », sur Lanouvellerepublique.fr, .
  15. Jacques Dupont, « L'œnologue Jacques Puisais est mort », sur Le Point, .
  16. Olivier Bompas, « Puisais, le parrain spirituel », sur Le Point, .
  17. « Mort de Jacques Puisais : la France a perdu "un trésor national", selon Polony », sur RTL.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]