Jacques Perriault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Perriault
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Société française des sciences de l’information et de la communication
-
Jean Devèze (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : France française
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinctions
Il a obtenu en 1981 le grand prix d'histoire de la photographie pour son ouvrage Mémoires de l'ombre et du son : une archéologie de l'audiovisuel

Jacques Perriault, né le 3 octobre 1938 à Paris, décédé le 16 septembre 2019, est un médiologue français. Professeur en Sciences de l'information et de la communication à l'Université de Paris X, il est l'un des premiers chercheurs français à s'être penché sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication, en particulier leurs usages et leur appropriation. Militant de la culture technique, il a nourri sa réflexion dans des observations et expérimentations de terrain et a ouvert de nombreuses pistes de recherche et de prospective, en replaçant les innovations dans l'histoire longue des techniques et de leurs usages sociaux.

Carrière[modifier | modifier le code]

Président honoraire de la Société française des Sciences de l'information et de la communication (SFSIC), il préside la Commission de l'AFNOR "Aides informatiques à l'accès au savoir en ligne".

Formation[modifier | modifier le code]

  • 1985. Doctorat d'État en Sciences de l’information et de la communication, Université de Bordeaux III .

Ouvrages parus[modifier | modifier le code]

  • 1972, Éléments pour un dialogue avec l'informaticien. Paris: Mouton
  • 1978, La photo buissonnière. L'expérience d'une école de village. Préface d'Armand Biancheri. Paris: Éditions Fleurus, 208 p.
  • 1981, Mémoires de l’ombre et du son. Une archéologie de l’audiovisuel. Paris: Flammarion. 2ème édition, 2008, Paris: L'Harmattan
  • 1985, Machines à communiquer : logique des fonctions, logique des usages. Université de Bordeaux III: Thèse d'État en Sciences de la communication, sous la direction d'Anne-Marie Laulan, 260 p.
  • 1989, La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer. Paris: Flammarion, 256 p.
  • 1992, Le travail en puces (avec Danièle Linhardt et Annie Fouquet). Paris: PUF, 296 p
  • 1996, La communication du savoir à distance. Paris: L’Harmattan, 285 p.
  • 2002, L’accès au savoir en ligne. Paris: Odile Jacob, 266 p.
  • 2002 (avec Michel Arnaud), Les espaces publics d’accès à Internet. Paris: PUF, 266 p.
  • 2003, Éducation & nouvelles technologies. Théorie et pratiques. Paris: Nathan,128 p.
  • 2014, Dialogues autour d’une lanterne. Une brève histoire de la projection animée, L’Harmattan (DesHauts&Débats), 92 p.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]