Jacques Pélissier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pélissier.
Jacques Pélissier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Conseiller d'État
depuis le
Préfet du Rhône
-
Max Moulin (d)
Pierre Doueil (d)
Préfet d'Ille-et-Vilaine
depuis le
Préfet
Préfet de l'Aude
Préfet de l'Hérault
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Archives conservées par
Archives nationales (19930584/53)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jacques Pélissier, né le à Versailles, mort le 2 décembre 2008, est un haut fonctionnaire français. Préfet, il a présidé la SNCF de 1975 à 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant d'instituteurs, il est diplômé comme ingénieur agronome et chef de cabinet de Tanguy-Prigent, Ministre de l'agriculture, avant d'intégrer l'administration préfectorale en 1944 comme chef de cabinet du préfet des Landes. Il est ensuite nommé préfet de Languedoc-Roussillon (1964), de Bretagne (1967), et de Rhône-Alpes (1972).

En juin 1974, le Premier ministre Jacques Chirac l'appelle pour diriger son cabinet, après l'avoir nommé, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, directeur général de son administration, place Beauvau. Un an plus tard, en août 1975, il est nommé président de la SNCF pour succéder à André Ségalat. À ce poste, il doit faire oublier cette nomination jugée « politique », et modernise l'image de l'entreprise. Sensible aux économies d'énergie, il souhaite privilégier le train pour les transports de grande distance ou le fret lourd, au détriment des dessertes locales. Il est d'ailleurs hostiles à la gestion de ses lignes par les collectivités locales car selon lui « ce n'est pas défendre le rail que de penser qu'il faut faire rouler des autorails avec dix personnes dedans ». C'est sous son présidence qu'est construit la première ligne de TGV, la LGV Sud-Est. Elle sera inaugurée deux semaines seulement après son départ, le gouvernement socialiste arrivé au pouvoir 2 mois plus tôt, ne renouvelant pas son mandat en août 1981.

Toujours proche de Jacques Chirac, alors maire de Paris, il préside de 1983 à 1996, l'office du tourisme de Paris, et est son conseiller à Matignon, entre 1986 et 1988.

Sources[modifier | modifier le code]