Jacques Nichet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Nichet, né à Albi le [1], est un auteur, metteur en scène, ainsi qu'un réalisateur de cinéma français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1965, alors qu’il est étudiant à l’École normale supérieure, où il est entré en 1964, Jacques Nichet fonde une troupe universitaire, le Théâtre de l'Aquarium, qu'il dirige jusqu'en 1968. Reçu en 1967 au concours de l'agrégation de lettres classiques, il enseignera pendant une quinzaine d'années à l'université de Paris VIII.

En 1972, un collectif d’une quinzaine d’artistes (parmi lesquels Jean-Louis Benoît et Didier Bezace) s’installe à la Cartoucherie de Vincennes et crée le lieu homonyme qui existe encore aujourd’hui.

Jusqu’en 1980, Jacques Nichet participe à douze réalisations, dont Marchands de ville (1972), Ah Q, de Jean Jourdheuil et Bernard Chartreux, d’après Lu Xun (1975), La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras (1976), Correspondance (1980).

En 1986, Jacques Nichet est appelé à diriger le Théâtre des Treize Vents, Centre dramatique national de la région Languedoc-Roussillon à Montpellier, où il met en scène des auteurs aussi différents que Federico García Lorca (La Savetière prodigieuse), Denis Diderot, Javier Tomeo (Monstre aimé), Pedro Calderón de la Barca (Le Magicien prodigieux), Eduardo De Filippo (Sik-Sik, Le Haut-de-forme) ou Serge Valletti (Domaine ventre).

Il présente La Tragédie du roi Christophe d’Aimé Césaire au Festival d'Avignon 1996.

En octobre 1998, Jacques Nichet prend la direction du Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées (TNT), poursuivant son travail de mise en scène d'auteurs contemporains ; il présente Le jour se lève, Léopold ! de Serge Valletti (1998), Silence complice de Daniel Keene (1999) et Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès (Paris, Théâtre de la Ville, 2001). En janvier 2003, il met en scène Les Cercueils de zinc, de Svetlana Alexievitch (création).

En 2004, il met en scène Antigone de Sophocle qui sera reprise à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Puis il adapte et signe la mise en scène du Collectionneur d'instants, d'après Der Sammler der Augenblicke de Quint Buchholz.

En 2007 il quitte le TNT qu'il dirige depuis 1998 avec l'aide de Richard Coconier, puis de Jean Lebeau, car, dit-il « Dans le métier, il est de coutume d'exercer jusqu'à 70 ans. À 65 ans, j'ai senti qu'il fallait boucler un cycle, j'ai décidé de me surprendre moi-même en forçant le destin... La vie n'est intéressante que si elle est surprenante ! » Il y présente sa dernière création intitulée Le Commencement du bonheur.

Durant l'année universitaire 2009-2010, il a été titulaire de la chaire de création artistique du Collège de France.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Théâtre de l'Aquarium jusqu’en 1980, Jacques Nichet participe à douze réalisations, dont 
  • 1972 : Marchands de ville
  • 1975 : Ah Q de Jean Jourdheuil et Bernard Chartreux, d’après Lu Xun
  • 1976 : La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras
  • 1980 : Correspondance
Théâtre des Treize Vents Montpellier
TNT-Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Je veux jouer toujours. Ed. Milan

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Le Collectionneur (court métrage)
  • 1983 : La Guerre des Demoiselles (long métrage)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF.

Liens externes[modifier | modifier le code]