Jacques Moisant de Brieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Moisant de Brieux
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
CaenVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Propriétaire de
Maîtres

Jacques Moisant de Brieux, né le à Caen où il est mort le , est un poète et historien français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Né d’une noble famille réformée, Jacques Moisant de Brieux a eu pour premier maître Antoine Halley avant de poursuivre ses études dans les meilleurs établissements réformés de son temps : à l’Académie de Sedan, il fait la connaissance du duc de Montausier qui devient son ami et sera son protecteur ; à l’Académie de Leyde, il suit pendant deux ans les leçons du professeur Vossius et suivra ensuite les cours des meilleurs professeurs en Angleterre dont il fréquente également les bibliothèques.

De retour en France, il devient avocat et occupe une charge de conseiller au Parlement de Metz.

Obligé de résigner sa charge pour des raisons de santé, il rentre de suite dans sa ville natale qui lui manquait et où la culture des lettres lui fournit un dérivatif à ses afflictions; il soutient la culture parmi ses compatriotes en offrant son hôtel d'Escoville à un groupe de gens cultivés qui deviendra l’Académie de Caen, en 1652 la première créée en France après l’Académie française.

Lié avec Chapelain, Bochart, Huet, il est l’auteur de poésies latines dont les critiques, y compris Bayle, ont parlé avec éloge. Il a également écrit quatre lettres en latin sur l’origine de l’Académie de Caen, Malherbe, les antiquités de Caen et les littérateurs caennais.

En français, il a également fait œuvre, toujours avec succès, d’historien, de poète et de moraliste. Segrais a loué ses Méditations qui « ne sont pas seulement pour les calvinistes mais également pour nous, puisqu’il n’y a rien qui regarde les points de controverse. »

Il préfigure le "curieux" du XVIIIe siècle.

Ses fréquents contacts avec des notables d'Amsterdam et Londres spécialistes en citriculture peuvent expliquer la construction sur son domaine de La Luzerne, acquis en 1637, d'une petite "serre à orangers" ou orangerie à hautes ouvertures et dont la corniche est surmontée de cinq ornements en pierre sculptée, l'un d'outils de jardinage (pelle, arrosoir, sécateur), qui serait une des premières de France (reproduite par Sylvie Saudan-Skira et Michlle Saudan dans Orangeries - splendeurs et métamorphoses "le septième fou / La Bibliothèque des Arts, 1994 pp. 20 et 21).

Il mourut quelques jours après s’être résigné à se faire tailler de la pierre dont il était affligé.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Heliconis statvs hodiernvs sev De amore svmmo qvo mvsas proseqvitvr avgvstissima eademqve ervditissima Svecorvm Princeps, elegia… (Caen, Jean Cavelier, 1651);
  • Iacobi Mosanti Briosii Poemata. Cadomi [Caen] Apud Ioannem Cavelier …, 1663.
  • Mosanti Briosii Poematvm pars altera : accesserunt quaedam, ad illustrissimum Sanclarum Turgotium ... & ad clarissimum Premontium Grandorgaeum, de Cadomensium rebus epistolae( Caen, Jean Cavelier, 1669);
  • Iacobi Mosanti Briosij Epistolae (Caen, Jean Cavelier, 1670);
  • Recueil de pièces en prose et en vers(Caen, Jean Cavalier, 1671);
  • Les Origines de quelques coutumes anciennes, et de plusieurs façons de parler triviales, avec un vieux manuscrit en vers, touchant L’origine des chevaliers bannerets(Caen, Jean Cavalier, 1672);
  • Méditations morales et chrétiennes (Caen, Jean Cavalier, 1666);
  • Les Divertissements de Moisant de Brieux (Caen, Jean Cavalier, 1673);
  • Œuvres choisies (Éd. Julien Travers, Caen, Le Blanc-Hardel, 1875).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. A. Galland, Essai sur l'histoire du protestantisme à Caen et en Basse-Normandie, de l'Édit de Nantes à la Révolution (Paris, Grassart, 1898, pp. 117-22).

Liens externes[modifier | modifier le code]