Jacques Millot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Millot
Fonctions
Directeur
Musée de l'Homme
-
Président
Académie malgache
-
Maurice Fontoynont (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jacques Henri Marie Clément MillotVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en zoologie
MillotVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

Jacques Millot, né le à Beauvais (Oise) et mort le à Paris[1],[2], est un arachnologiste et collectionneur bibliophile français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient un doctorat en médecine avec une thèse sur l’histophysiologie des pigments des poissons préparée au Collège de France avec Justin Jolly[3] et un doctorat en sciences naturelles avec une thèse sur l’histophysiologie des aranéides[4]. Il s’intéresse à divers sujets, notamment à la systématique et la biologie des arachnides, la faune et l’anthropologie malgaches. Il dirige des recherches scientifiques sur le cœlacanthe autour de l'archipel des Comores, avec l'ichtyologiste Pierre Fourmanoir. Il est un acteur important de l’organisation des sciences en France comme à l’étranger, comme à la coopération internationale.

Jacques Millot fait paraître des monographies sur les Pholcidae, les Thomisidae et les Salticidae. Il étudie les glandes séricigènes chez différents groupes d’arachnides comme les Liphistiidae, les ricinules et les palpigrades. Il dirige les Mémoires de l'Institut scientifique de Madagascar à leur création en 1948 et, avec Renaud Paulian (1913-2003), Le Naturaliste malgache, à partir de 1953. Il dirige la Société zoologique de France en 1943.

Bibliophile, il est spécialiste de la reliure ancienne et membre fondateur de la Société de la reliure originale. Sa prestigieuse collection de livres rares fut dispersée dans plusieurs ventes publiques (1958, 1975, 1991) organisées par Claude Guérin, associé de la librairie Giraud-Badin, haut-lieu de la bibliophilie à Paris et réputée pour son activité centrée sur l'expertise[5].

Liste partielle des publications[modifier | modifier le code]

  • 1929 : « Les Glandes séricigènes des Pholcides », Bulletin de la Société zoologique de France, LIV : 193-206.
  • 1930 : « Glandes venimeuses et glandes séricigènes chez les Sicariides », Bulletin de la Société zoologique de France, LV : 150-175.
  • 1931 : « Les Glandes séricigènes des Pholcides », Bulletin de la Société zoologique de France, LVI : 75-83.
  • 1931 : « La Métamérisation postembryonnaire des jeunes araignées », Bulletin de la Société zoologique de France, LVI (2) : 140-145.
  • 1931 : « Le Tubercule anal des Uroctéides et des Oecobiides (Araneidae) », Bulletin de la Société zoologique de France, LVI (2) : 199-205.
  • 1931 : Cicatrisation et régénération (Armand Colin, Paris).
  • 1932 : « L'Anatomie interne des dinopides », Bulletin de la Société zoologique de France, LVII : 537-543.
  • 1933 : « Le Genre Aebutina (Aranéides) », Bulletin de la Société zoologique de France, LVIII : 92-95.
  • 1933 : « Notes complémentaires sur l'anatomie des liphistiides et des hypochilides, à propos d'un travail récent de A. Petrunkevitch », Bulletin de la Société zoologique de France, LVIII : 217-235.
  • 1941 : avec Lucien Berland (1888-1962), « Les Araignées de l'Afrique Occidentale Française », Mémoires du Muséum national d'histoire naturelle. Nouvelle série, XII : 297-423.
  • 1946 : « Les Pholcides de Madagascar », Mémoires du Muséum national d'histoire naturelle. Nouvelle série, 22 : 127-158.
  • 1952 : Biologie des races humaines (Armand Colin, Paris).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Amigo, « Millot (Jacques) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises, vol. 3 Sciences de la Vie et de la Terre, Perpignan, Publications de l'olivier, , 915 p. (ISBN 9782908866506)
  2. Autorité BnF
  3. Le Pigment purique chez les vertébrés inférieurs, publiée en 1923.
  4. Contribution à l'histophysiologie des Aranéides, publiée en 1926.
  5. Historique de la Librairie Giraud-Badin sur son site officiel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renaud Paulian (1980). Nécrologie. Le professeur Jacques Millot (- ), Bulletin de la Société entomologique de France, 85 (9-10) : 283-287. (ISSN 0037-928X)
  • Jean-Jacques Amigo, « Millot (Jacques) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises, vol. 3 Sciences de la Vie et de la Terre, Perpignan, Publications de l'olivier, , 915 p. (ISBN 9782908866506)

Liens externes[modifier | modifier le code]