Jacques Mbadu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Mbadu
Son éxcellence monsieur le Gouverneur du kongo central Jacques Mbadu Nsitu.jpg
Jacques Mbadu en 2017.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
KinshasaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jacques Mbadu Nsitu, né le à Boma, au Kongo central, mort le à Kinshasa est un homme politique congolais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études primaires (1958 – 1965) à l’école primaire de Kuimba/Tshela/Kongo Central, il fréquente l’école secondaire cycle court de Kangu Lukula (1965–1970). Il entre plus tard à l’Institut Saint Jean Baptiste de la Salle des Frères des Écoles Chrétiennes à Tumba aux Cataractes dans le Kongo Central pour y achever (1971– 1973)  les études secondaires cycle long et obtient son Diplôme d’État.

Il prend alors son inscription à l’Université Nationale du Zaïre UNAZA-Campus de Kisangani, d’où il sortira muni du Diplôme de Licence en Gestion des Entreprises (1973-1977).

Il a été à la tête de plusieurs Sociétés et Organisations. Consultant Banque Mondiale (BCECO – UCOP – COPIREP- BCMI) ; Président Directeur Général du Bureau d’Etudes et d’Experts Conseils FIGEPAR ; Président Directeur Général des Sociétés (GIP Sprl, PETROCOM Sprl, PETRO STAR Sprl, GIMEXCO Sprl, M.N & Fils, BOMA TELECOM SPRL…).

Il a également  exercé des fonctions importantes à la FEC  et au sein des Sociétés du  Groupe BRACONGO (ex-UNIBRA), Groupe constitué de 7 Entreprises : (FILTISAF Sarl – TEXINDAF Sarl – TEXCO Sarl – BONAF Sarl, VAP Sarl,  Administrateur à ESTAGRICO Sarl/Kongolo et l’UNIBRA côté brasserie) autonomes, ayant chacune une activité propre.

Personne ressource de par ses qualifications, il avait une expertise avérée[interprétation personnelle] notamment dans les domaines de : Management Général des Entreprises ; Elaboration du Budget de l’Etat et  Réformes Structurelles ; Fiscalité, Comptabilité et  Audits ; Hydrocarbures ; Planification, Gestion et  Evaluation des Projets  ;  Statistiques de la Population de la RDC ; Administration Provinciale, Décentralisation et Découpage Territorial ; Industries Textiles, Cotonnières, d’Exploitation Forestière et Agricole.

En 2006, il fut appelé par Joseph Kabila aux fonctions de Gouverneur du Kongo Central.

Jacques Mbadu Nsitu clôtura la série des Gouverneurs nommés par Joseph Kabila au Kongo Central, car avec la démocratisation du pays, l’accès à ce poste passe désormais par la voie  des élections.[réf. nécessaire]

Jacques Mbadu Nsitu, sénateur indépendant en 2006, élu député national dans la circonscription électorale de Boma avec dix-sept mille neuf cents voix aux législatives de 2011, président du parti politique Accord pour l’alliance avec les alliés (AAA) de la Majorité présidentielle, le 31ème gouverneur du Bas-Congo[2].

Jacques Mbadu Nsitu meurt le à l’Hôpital du Cinquantenaire de Kinshasa.

Gouverneur du Kongo Central[modifier | modifier le code]

Le , Jacques Mbadu Nsitu devient le 31e gouverneur[3] de la province du Bas-Congo[4] (aujourd'hui Kongo central). L’ancien sénateur, qui postule en indépendant avec pour colistier Matubuana Nkuluki Atou bat au second tour le ticket Déo Nkusu Bikawa / Mulatu Puati Jean-Marie, investis par le parti de la majorité présidentielle, le PPRD. Il revient à la tête de cette province après l’avoir dirigée brièvement pendant 3 mois ( à ). Il réintègre par la suite le PPRD[5].

Jacques Mbadu Nsitu était président de l’interfédéral[6] du Parti du peuple pour la démocratie et la reconstruction (PPRD) de cette province.

Lors de sa prise de fonction en 2013, à l'issue de son procès contre Déo Nkusu Kunzi Bikawa[7], il révoque tous les ministres et met en place les chefs de division provinciaux pour assurer le service minimum au sein des ministères. En avril 2013, il investit ses ministres qui sont accompagnés des commissaires provinciaux.[réf. nécessaire]

En , il remanie son gouvernement et annonce la dissolution de la REPERE (Régie provinciale d'encadrement et des recouvrement des recettes du Bas-Congo)[8], et révoque collectivement ses 350 agents[9]. Il crée en remplacement la Direction générale des recettes du Kongo central (DGRKC) sur base des recommandations du forum de Kisangani. Il y nomme 189 personnes pour assurer le service minimum en attendant un recrutement. Après 3 mois, se sont ajoutés sur cette liste 64 agents et l'effectif est passé à 253 agents[10] La plus grande partie des agents licenciés est réintégrée 11 mois plus tard[9].

Il fait l'objet fin 2016 d'une motion de défiance initiée par 8 députés, qui outre ces licenciements lui reprochent le détournement des rétrocessions (la quote-part des recettes destinée à financer les frais de fonctionnement et les salaires des administrations territoriales), et l'instauration de taxes illégales qui ne bénéficieraient pas au budget de la province[11]. La motion est rejetée, principalement pour des raisons de vice de procédure[12].

En , il remanie de nouveau son gouvernement dont les effectifs passent de 10 à 6 ministres, tous masculins. Il attribue cette restructuration aux difficultés financières rencontrées par le gouvernement face au laxisme de l'organisme chargé de collecter les recettes. Il annonce dans le même temps le licenciement de nombreux fonctionnaires, dont il promet que les arriérés de salaires seront honorés[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès inopiné du gouverneur Jacques Mbadu du Kongo Central ce jeudi à Kinshasa », sur digitalcongo.net, (consulté le 19 juillet 2018)
  2. http://kleber-lobservateur.blogspot.com/2012/11/jacques-mbadu-nsitu-le-31eme-gouverneur.html
  3. « Bas-Congo: le gouverneur Jacques Mbadu prend officiellement ses fonctions », Radio Okapi,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  4. https://www.radiookapi.net/actualite/2012/10/31/ffrttyyyjjjkkllmmmm
  5. « Jacques Mbadu : ses jours sont-ils comptés à la tête du Kongo Central ? » sur rdc-news.com, 31 août 2016
  6. « Bas-Congo: Jacques Mbadu, nouveau président interfédéral du PPRD », Radio Okapi,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  7. Franck Baku, « La MP et Déo NKusu échouent à la Cour d’appel de Matadi », Kinshasa Blog, 15 novembre 2012.
  8. « Matadi: remaniement du gouvernement provincial du Kongo Central » sur radiookapi.net, 27 novembre 2015
  9. a et b « KONGO-CENTRAL: PLUS DE 300 AGENTS DE LA RÉGIE FINANCIÈRE PROVINCIALE RÉHABILITÉS » sur congoactuel.com, 21 novembre 2016
  10. « La reforme de Jacques Mbadu à la Direction générale des recettes du Kongo Central fait peur | Infobascongo.net », sur www.infobascongo.net (consulté le 1er octobre 2018)
  11. « Objet d’une motion de défiance : Jacques Mbadu accusé de priver les ETD de frais de fonctionnement » sur latempete.info, 16 décembre 2016.
  12. « Rejet de la motion de défiance contre le gouverneur Jacques Mbadu du Kongo central » sur radiookapi.net, 8 décembre 2016
  13. « Kongo-Central : Jacques Mbadu remanie son gouvernement en raison de la « crise financière » sue mediacongo.net, 5 mai 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]