Jacques Martel (chansonnier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un poète image illustrant un chansonnier image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un poète et un chansonnier français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martel.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (avril 2016).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Jacques Martel, né Alfred Mallet à Léré, Cher, le 8 septembre 1877 et mort le 30 décembre 1941, est un poète et chansonnier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Monté à Paris vers l'âge de vingt ans, il fréquenta les grands de la chanson montmartroise (Aristide Bruant, Xavier Privas) et connut bientôt le succès avec des chansons berrichonnes marquées par l'amour de son terroir. Il se produisit au Chat noir, au Moulin de la Galette, au Lapin agile et au Caveau de la République ainsi que dans plusieurs théâtres de variétés.

Il est le parolier, avec Roger Vaysse, de deux grands succès de la chanson d'avant-guerre : Je n'ai qu'une maman et La Madone aux fleurs, interprétées respectivement par Berthe Sylva et Rina Ketty.

Il est inhumé dans le cimetière de Léré, son village natal, près de l'entrée à droite[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Il a enregistré des disques et publié plusieurs recueils, en français et en patois :

  • Ene rude attelée
  • Devant les landiers
  • Allumons le falot
  • Le restant de la potée
  • La maison sous l'orage
  • La Poêlée
  • Les larmes rouges
  • A coups d'van
  • Le Pays
  • Chansons du vent de Loire
  • Chansons de mon clocher
  • Chansons du vieux Berry
  • Chansons de la terre natale

Il a également écrit des pièces de théâtre telles que Les gendres du père Michot, Mademoiselle de Blanchaume, L'appel du clocher, La princesse Eudoline...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Paris, Le Cherche-Midi, 2011, p. 47.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Mellot. Florilège de Jacques Martel, 1977.
  • Christian Pirot. Les chansonniers du Berry (deuxième époque), 1986, p. 52-86.