Jacques Marcel Auburtin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auburtin.
Jacques Marcel Auburtin
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Père
Fratrie
Autres informations
Maître

Jacques Marcel Auburtin (parfois appelé Jean-Marcel Auburtin) est un architecte français, né à Paris 6e le , mort à Paris 17e en [1].

Il est surtout connu pour son travail dans le domaine de l'urbanisme.

Il est le fils de l’architecte Alexandre Émile Auburtin (1838-1899).

Formation[modifier | modifier le code]

Élève de Jean-Louis Pascal, il est diplômé de l'École des beaux-arts de Paris en 1896 et second grand prix de Rome en 1897.

Il devient membre de la Société des architectes diplômés par le gouvernement (SADG) dès 1896 dont il sera le vice-président de 1923 à 1925.

La SADG devient la Société Française des Architectes (SFA) en 1979.

Il compte parmi les premiers membres de la section d'hygiène urbaine et rurale (SHUR) du Musée social.

Il est l'un des membres fondateurs de la Société française des urbanistes en 1911 qu'il présidera.

Comment reconstruire nos cités détruites (1915)[modifier | modifier le code]

À la suite de demandes répétées par Auburtin et ses collègues du Musée social, le Conseil de l'alliance sociale a adopté à l'unanimité une résolution demandant que les villes détruites doivent absolument se doter d'un plan d'aménagement et d'extension avant de toucher les sommes versées par l'État.

C'est dans ce contexte qu'il publie en 1915 Comment reconstruire nos cités détruites ? Notions d’urbanisme appliquant aux villes, bourgs et villages[2] avec Alfred Agache (architecte du Musée social) et Edouard Redont (architecte-paysagiste).

L'objectif du texte est de « présenter sous une forme simple, accessible à tous, l’ensemble des points qui intéressent immédiatement la reconstruction, le développement et l’avenir de nos agglomérations urbaines » (p.7).

Dans cet ouvrage, les auteurs voient la reconstruction des cités françaises détruites pendant la Première Guerre mondiale comme une opportunité de refaire pour le mieux en adoptant des plans d'aménagements d'ensemble dans un esprit architectural et de construire des logements adaptés aux besoins de la modernité (électricité, eau courante, système d’égouts, WC avec chasse d’eau, etc.).

Réalisations[3][modifier | modifier le code]

Palais des armées de terre et de mer à l'Exposition universelle de 1900 à Paris.
Façade de la salle Pleyel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paris.fr, acte de naissance du 20 mai 1872 à Paris 6e ; et tables décennales Paris 16e, 1923-1932, indication d'acte du 18 août 1926.
  2. Agache, Auburtin & Redont. Comment reconstruire nos cités détruites? Notions d’urbanisme appliquant aux villes, bourgs et villages. Paris: Librairie Armand Colin, 1915. 257 p.
  3. SIAF/Cité de l’architecture et de patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle
  4. http://www.cite-jardin-reims.culture.fr/
  5. SIAF/Cité de l’architecture et de patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle, Fonds Hennebique
  6. Direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne
  7. Collectif, Lap,, une aventure technique et artistique, le patrimoine de la ville d'Antony, 2014.