Jacques Mahéas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jacques Mahéas
Fonctions
Parlementaire français
Sénateur
Gouvernement Ve république
Groupe politique apparenté PS
Biographie
Date de naissance (77 ans)
Profession Principal de collège retraité
Résidence Seine-Saint-Denis

Jacques Mahéas, né le à Paris, est un homme politique français, ancien membre du Parti socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Retraité de l'Éducation nationale, il est député de la Seine-Saint-Denis de 1981 à 1993. Il est élu sénateur de la Seine-Saint-Denis le , puis réélu le .

Il est également conseiller général de la Seine-Saint-Denis de 1976 à 1982 et maire de Neuilly-sur-Marne depuis 1977. En mars 2008, la liste qu'il conduit aux municipales l'emporte dès le premier tour[1].

Il est élu vice-président du Syndicat des eaux d'Île-de-France en mai 2008. Prônant un retour en gestion directe publique, il défend ce choix contre André Santini[2].

À la suite de faits survenus en 2002[3], deux employées de la mairie de Neuilly-sur-Marne portent plainte en 2004 contre lui pour attouchements et baisers forcés[4]. L'une d'entre elles retire sa plainte, l'autre maintient ses accusations[4]. Jacques Mahéas est condamné à quatre mois de prison avec sursis et à des dommages et intérêts de 35 000 euros, mais fait appel[4],[3]. En juillet 2009, la cour d'appel de Paris, transforme cette peine en amende de 10 000 euros, tout en maintenant les dommages et intérêts de 35 000 euros[3],[5]. En 2010, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par Jacques Mahéas, rendant ainsi définitive sa condamnation en appel[6].

En , Benoît Hamon et Gaëlle Lenfant ont demandé à Martine Aubry que Jacques Mahéas soit exclu du parti. Le , pendant son audition par la commission des conflits du PS, il démissionne du parti[7] dont il était membre depuis 1974. Il ne se représente pas aux élections sénatoriales de septembre 2011.

Il soutient François Hollande en vue de la primaire présidentielle socialiste de 2011[8].

En 2014, il est réélu maire de Neuilly-sur-Marne dès le premier tour avec 64,98 % des voix.

Mandats en cours[modifier | modifier le code]

Maire de Neuilly-sur-Marne (depuis mars 1977)

Mandats antérieurs[modifier | modifier le code]

  • Mandat national :
    • Député de la Seine-Saint-Denis (1981-1993)
    • Sénateur de la Seine-Saint-Denis (septembre 1995-septembre 2011)
  • Mandat local :
    • Conseiller général de la Seine-Saint-Denis (1976-1982)
    • Conseiller régional d’Ile-de-France (1986-1988)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nouveau conseil municipal », ministère de l'Intérieur,‎
  2. « Véolia jusqu'à plus soif », Politis (Bondy Autrement, site miroir),‎ (consulté le 26 octobre 2008)
  3. a, b et c « Mahéas coupable d'agressions sexuelles », Le Figaro, 1er juillet 2009
  4. a, b et c Chloé Woitier, « Le PS gêné par un élu coupable d'agression sexuelle », Le Figaro, 13 juin 2011
  5. « Le sénateur Mahéas définitivement condamné », LCI-TF1, 4 mars 2010
  6. Eric Nunès, « Le PS va-t-il exclure le sénateur Jacques Mahéas, condamné pour harcèlement sexuel ? », Le Monde, 6 juin 2011
  7. Condamné pour agressions sexuelles, Mahéas démissionne du PS Le Parisien, 8 juillet 2011
  8. « Agression: l'élu Mahéas crie au “complot” », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 11 juin 2011.

Lien externe[modifier | modifier le code]