Jacques Lizène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Lizène
Image dans Infobox.
Jacques Lizène au KulturA de Liège en 2018.
Naissance
Décès
(à 74 ans)
LiègeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail
Mouvement

Jacques Lizène, né le à Ougrée et mort le à Liège, est un artiste plasticien, photographe, vidéaste et chanteur belge.

Autoproclamé « inventeur de l’art nul », il se définit comme « petit Maître liégeois de la seconde moitié du XXe siècle » et « artiste de la médiocrité, comme art d’attitude ». À travers son œuvre, il ne cesse de produire des « actions » branlantes, inintéressantes, vaguement humoristiques, généralement stupides mais toujours ancrées dans une critique radicale du système artistique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Lizène est né le 5 novembre 1946 à la clinique d'Ougrée[1]. En 1962, encouragé par son frère aîné, il entre à l'Académie des beaux-arts de Liège en obtenant, vu son jeune âge, une dérogation[2].

Artiste du non-sens, caustique, ironique et égotiste, portant sur la société un regard peu complaisant voire destructeur[3], Jacques Lizène adopte délibérément la posture de l'échec[4] et se définit dès 1964 comme « artiste sans talent »[1] ou encore comme « l'artiste de la médiocrité et de la sans importance, petit maître liégeois (sens péjoratif) de la seconde moitié du XXe siècle »[5].

Dès le milieu des années 1960, Lizène, considérant que le principe de création est plus intéressant que l’objet en lui-même[6], pose une réflexion sur l'idée même de la peinture et de ses limites, travaillant ou déstructurant les supports matériels d'un tableau, cadres, toiles et châssis[3]. Autoproclamé « inventeur de l'art nul»[7], il enchaîne dès lors les « actions » et son propre corps devient le support de la démarche : il le force à se plier dans les limites d'un cadre, se livre à la « sculpture interne » en décidant en 1970 de « subir volontairement [une] stérilisation par vasectomie »[3] — concrétisant son exigence d'improductivité voire de stérilité[4] — ou devient en 1977 son propre tube de couleur en peignant avec ses excréments[8], choisissant les aliments en fonction de la couleur espérée[9]. La même année, il compte au nombre des cofondateurs du cabaret-théâtre-galerie le Cirque Divers[10], en Roture à Liège[2].

Dans les années 1970, avec le concept de Lotissement et partage de cimaise, Lizène, réfractaire à toute appropriation marchande et refusant souvent d'exposer[4] — quand il ne détruit pas lui-même ses œuvres pour couper court à toute critique[6] —, propose une forme originale de curation en offrant ses propres cimaises à qui le veut, à l'insu des galeristes ou directeurs de musée qui l'invitent à exposer[11].

Artiste « de l'insuccès [et] du foirage »[12], il recourt également à d'autres supports comme la photographie, la vidéo et le son dans une suite d'actions destinées à ne pas laisser de trace, dans une contestation de la pérennité de l'œuvre d'art[3]. Comme « photographe non photographisant », il fait réaliser par d'autres ses idées parfois accompagnées de supports sonores[13]. En tant que peintre « non doué pour le chant et encore moins pour la musique », il se lance en 1970 comme « chanteur en dessous de tout », décrétant que « plus vous chantez mal, plus il vous faut chanter »[5]. Il participe ainsi en 1979 à l'émission Dérive animée sur la RTBF par Jacques Delcuvellerie, proposant ses Petites chansons médiocres pour cassettophone à placer dans les musées et les galeries d'art composées en 1971 puis, entre 1980 et 1982, à la séquence hebdomadaire Le Minable Music-Hall pour l'émission Radio Titanic, sur la même station, avant de proposer ce Minable Music-Hall sur scène en Belgique et en France[5].

Il meurt à Liège le 30 septembre 2021 [14].


Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Jacques Lizène. Désastre jubilatoire. Rapide rétrospective 1964-2011. , Passage de Retz, Paris
  • 2009 : Le[s] moi[s] de Lizène[15], Anvers
  • 2008 : Antiquités Contemporaines / Hedendaagse Antiek, T'Brandweer, Maastricht (comm : galerie nadjaVilenne) (Nl)
  • 2007 : Le Bonheur (comm. Estelle Lescaille), Bruxelles
  • 2006 : Arnaud Labelle-Rojoux, Jacques Lizène : "Frontières cordiales". Galerie Nadja Vilenne, Liège (B)
  • 2005 : Chapelle du Genêteil, Château-Gontier
  • 2004 : Soirée projection, L'art vidéo nul / 1971-2004, Cinéma Le Mercury, Nice
Jacques Lizène, new flemish artist (2003), l'autre génie d'art sans talent, Richard Foncke Gallery, Gent, Belgique
  • 2003 : Le Cabaret Schpountz : une carte blanche à Arnaud Labelle-Rojoux en collaboration avec le FRAC PACA, Friche la Belle de Mai, Marseille
Soirée projection / rencontre avec l'artiste (en collaboration avec 251 Nord et Avcan), Palais de Tokyo, Paris
Lizène-le-presque-nul, Galerie Damasquine (en collaboration avec 251 Nord et Avcan), Bruxelles
Galerie Nadja Vilenne, Liège
  • 2002 : Naufrage de regard(s), Musée des Beaux-Arts, Brest
  • 2001 : Galerie Art : Concept, Paris
  • 1998 : Jacques Lizène, "L'inachevé en tentative manquée d'inachèvement". Galerie Nadja Vilenne, Liège (B)

Jacques Lizène, "Remake '98". Quai Voltaire / Caisse des dépôts et consignations, Paris (F)

  • 1997 : Galerie Michel Journiac, Paris : exposition et performances à la salle des expositions Michel Journiac. Placards à tableaux, peintures au caca, sculptures génétiques. Le soir du vernissage : concert de musique à l'envers, et peinture à la matière fécale sur un portrait génétique de Lizène avec les yeux de Harald Szeemann. Le commissariat d'exposition était confié à Antoni Collot, les œuvres provenaient des collections de la Galerie Michel Ray.
  • 1990 : Atelier 340, Bruxelles
Zoo Galerie, Nantes
  • 1989 : Rapide rétrospective 1964-1980, La Criée, Halle d'art contemporain, Rennes
  • 1988 :
Espace 251 Nord, Liège
Jacques Lizène : Artiste de la médiocrité, Galerie Bilinelli, Bruxelles
  • 1987 : Galerie Giuliana De Crescenzo, Rome
  • 1984 : Espace 251 Nord, Liège
Galerie Bilinelli, Bruxelles
  • 1983 : Galerie L'A, Liège
Je n'ai jamais rien vu d'autre de l'Italie, Librairie Varia, Liège
  • 1982 : Cirque Divers, Liège
  • 1979 : Jacques Lizène, peinture analitique, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles
  • 1978 : Cirque Divers, Liège
  • 1974 : Galerie Yellow Now, Liège
  • 1973 : Jacques Lizène : Le perçu et le non-perçu, Galerie Yellow Now, Liège
  • 1970 : L'Apiaw, Liège
  • 1969 : Galerie Yellow, Liège

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2005 : The 1970s and The 1980s, Palazzo delle Esposizioni, Rome, Italie ( - )
Belgique visionnaire, Palais des Beaux Arts de Bruxelles, projection de 2 vidéos 1979 d'après 1971 et 1982-1983 (cur : Harald Szeemann)
Burlesques contemporains, Musée du Jeu de Paume, Paris
C'est l'été, collection du Frac Aquitaine, Bayonne
  • 2004 : Postérieurs, Galerie Martagon, Malaucène
Prêts à prêter, FRAC Paca, Marseille
Projet Cone Sud, exposition itinérante réalisée à partir des Fonds régionaux d'art contemporain Île-de-France et Poitou Charente (Museo de Arte, Lima, Pérou / Centro Cultural Mattucana 100, Santiago du Chili / Museo de arte moderno, Buenos Aires, Argentine/ Museo Nacional de Artes Visuales, Montevideo, Uruguay)
The 1970s and The 1980s, Palazzo delle Esposizioni, Rome, Italie
Poesia totale, StudioBresia Arte Contemporanea, Brescia, Italie
  • 2003 : Coconutour, Centre régional d'art contemporain Languedoc-Roussillon, Sète
Le colloque des chiens, OFF Collection - Biennale di Venezia - Part II, Centre Wallonie-Bruxelles, Paris
Chaque minute l'art à Liège change le monde, Quinze regards sur la collection de la Cera Foundation, Mamac, Liège
Pour de vrai ?, Château de Tours
  • 2002 : L'humour dans l'art contemporain, Espace Belleville, Paris
La cuite, Galerie Martagnon, Malaucène
Ivresse, Maison de la Devinière, Seuilly
Corps (I et II), Galerie Nadja Vilenne, Liège

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lizène, Tome III, sous la direction de Jean-Michel Botquin, Éditions l'Usine à Stars / Yellow Now : côté arts, 2009. (ISBN 978-2-87340-242-6)
  • Denis Gielen, Le Vingt-cinquième Bouddha. Conversation avec Jacques Lizène, préface d'Arnaud Labelle-Rojoux, Éditions facteur humain, Bruxelles, 2003.

Vidéos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Sojcher et Virginie Devillers, L'obscénité des sentiments, Les amis de la revue de l'Université de Bruxelles, (ISBN 978-2-7022-0773-4), p. 76
  2. a et b Joel Matriche, « L'acteur : Jacques Lizène », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  3. a b c et d Jacques Parisse, Actuel XX : La peinture à Liège au XXe siècle, Mardaga, (ISBN 978-2-8021-0006-5), p. 218
  4. a b et c Collectif, Abécédaire philosophique à l'usage des (dé)confiné.e.s, M-Éditer, (ISBN 978-2-36287-185-6), p. 179
  5. a b et c Robert Wangermée, Dictionnaire de la chanson en Wallonie et à Bruxelles, Mardaga, (ISBN 978-2-87009-600-0), p. 225
  6. a et b « L’artiste liégeois « de la médiocrité », Jacques Lizène, est décédé à l’âge de 74 ans », sur La Meuse, (consulté le )
  7. Sylvana Lorenz, L'ingénue galeriste (1993), éd. Z'éditions, (ISBN 2-87720-291-7), p. 108.
  8. Karel J. Geirlandt, L'Art en Belgique depuis 45, Fonds Mercator, (ISBN 978-90-6153-123-4), p. 179
  9. Julien Menielle, Dans ton corps, Michel Lafon, (ISBN 978-2-7499-3583-6, lire en ligne), p. 109
  10. Gérard-Georges Lemaire, Théories des cafés, Sand, (ISBN 978-2-7107-0614-4), p. 52
  11. Julie Bawin, L'artiste commissaire : Entre posture critique, jeu créatif et valeur ajoutée, Paris, Édition des archives contemporaines, (ISBN 9782813001603)
  12. Clémentine Mercier, « Jacques Lizène, héraut de l’«art nul», est mort », sur Libération, (consulté le )
  13. Musée de la photographie à Charleroi, Pour une histoire de la photographie en Belgique : Essais critiques, répertoire des photographes depuis 1839, Charleroi, Musée de la Photographie, , p. 423
  14. Michel Gretry, « Avec le décès de Jacques Lizène, la place d’artiste de la médiocrité est libre », sur rtbf.be,
  15. Muhka

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Piron, De Belgische Beeldende Kunstenaars uit de 19de en 20ste eeuw, vol. 2, , p. 869
  • Antoni Collot, Colloque : Qu’est ce que l’Art Domestique ? les 5 et à la Cité Internationale universitaire de Paris, L'Aventure du scatologis : quelques cm² de meRdre sur le mur blanc, au-dessus du canapé.
  • Bezzan Cécilia (entretien avec Jacques Lizène), « Jacques Lizène ou la contrariété intuitive », part III, in Trouble, no 3, printemps-été 2003, p. 176-187.
  • « Magritte incarne-t-il l'esprit belge ? » in Ceci est un Supplément, BeauxArts hors-série : Ceci est Magritte, no 3, , p. 28-29.
  • Françoise Parfait, Vidéo : un art contemporain, Éditions du regard, 2002, p. 284.
  • Paul Ardenne, L'image du corps, Éditions du Regard, 2001, p. 176-177.
  • Denys Riout, Qu'est-ce que l'art moderne ?, Éditions Folio-Gallimard, 2001, p. 324-325.
  • Philippe Piguet, « Jacques Lizène, maître ès fiasco », in L'Œil, no 531, , p. 70.
  • Emmanuelle Lequeux, « Jacques Lizène », in Aden, no 184, rubrique les Arts, 21-, p. 31.
  • Nicolas Bourriaud, Formes de vie, Denoël, 1999, p. 129-130.
  • Emmanuelle Lequeux, « Le maître du fiasco », in Aden, rubrique les Arts, 16-, p. 28.
  • Michel Houellebecq, Interventions, Flammarion, 1995, p. 83-84.
  • Jean-Yves Jouannais, « Les fastes de l'insuccès », in Documents, no 3, , p. 15-20.

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Jouannais, L'idiotie, éditions Beaux arts magazine, , pages 20, 39, 105, 106, 110, 119, 194 et 221, (ISBN 2-84278-431-6).
  • L'humour dans l'art contemporain, édité à l'occasion de l'exposition à l'Espace Belleville, 2001, p. 25.
  • Le fou dédoublé, l'idiotie comme stratégie contemporaine, journal de l'exposition, 2000, p. 78-79.
  • Infamie, éditions Hazan, 1995, p. 27, 96 & 97
  • Hors limites : l'art et la vie 1952-1994, Éditions Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou, Paris, 1994, pp; 227-228.
  • Jacques Lizène, Éditions Atelier 340, Bruxelles, 1990, p. 320.
  • Jacques Lizène. Remakes, Éditions Atelier 340, Galerie Nadja Vilenne et le centre d'art contemporain de Katowice, 2011, p. 136.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]