Jacques Lebreton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lebreton, Jacques Lebreton (homonymie) et Beaugé.

Jacques Lebreton (pseudonyme de Jacques Beaugé) est un écrivain né à Brest en 1922 et mort à Paris le .

Vie[modifier | modifier le code]

Septième d’une famille de neuf enfants, il passe son enfance au Relecq-Kerhuon au manoir familial de Lossulien.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, dès l’été 1940, il s’engage dans les Forces françaises libres à Londres avec son frère Henri (1920-2015), devenu par la suite Compagnon de la Libération. Il est au 1er régiment de marche de spahis marocains quand il est très gravement blessé le , dans le désert de Libye après la seconde bataille d’El Alamein. Une grenade passée par un camarade et dégoupillée par erreur lui explose dans les mains : il perd ses mains et devient aveugle.

Il travaille par la suite dans une association pour handicapés et entame un cheminement spirituel qui le conduit à devenir diacre en 1974. Il donne des conférences, témoigne dans les collèges et lycées, manifeste sa joie de vivre et que le seul handicap est d’être amputé de Dieu.

Distinction[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres
  • Sans yeux et sans mains, Paris, Casterman, 1966 (ISBN 2-203-21113-X).
  • Sans les mains, 1972.
  • Celui qui croyait à ses yeux et à ses mains, Paris, 1985.
  • Témoins de l’invisible, Nouvelle Cité, 1985 (ISBN 2-85313-100-9).
  • La pire des infirmités c’est de se couper de Dieu, Mesnil-Saint-Loup, Éd. du Livre ouvert, 1994, 60 p. (ISBN 2-907429-36-1).
  • Pour toi qui as soif, avec Françoise Lemaire, Paris, Le Sarment-Fayard, 1999, 259 p. (ISBN 2-86679-266-1).
  • Condamnés à l’espérance : testament spirituel, Presses de la Renaissance, 2004, 397 p. (ISBN 2856169996).
Prières

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Françoise Lemaire, La vie est belle à en crever : biographie de Jacques Lebreton, Paris, éditions Le Sarment, 2001.