Jacques Labitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Labitte.
Jacques Labitte
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Jacques Labitte, né à Mayenne et inhumé dans la même ville le , magistrat et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jurisconsulte, il était le compatriote de La Croix du Maine, qui lui a consacré quelques lignes dans sa Bibliothèque française[1].

Il remplissait en 1584 l'office sénéchal (juge général, civil et criminel de Mayenne ; et l'on peut conjecturer qu'il était alors avancé en âge, puisqu'il s'était écoulé près de trente ans depuis la publication de l'ouvrage qui paraît destiné à sauver son nom de l'oubli.

Sur l'invitation de Cujas[2], il rédigea un ouvrage de droit l'"Index legum omnium quae in Pandectis continentur" (Paris, 1557). Il a reparu depuis à Genève, 1585, in-8°, avec une préface et des notes de Guil. Guillaume Schmucke, Leipzig, 1616, et avec des corrections de Nikolaus Hieronymus Gundling, Leyde, in-8°, et Francfort (Halle), 1724, même format.

L'utilité du travail de Labitte fut appréciée par tous les jurisconsultes ; et ce fut d'après son plan qu'Antonio Agustín et Jean-Wolfgang Freymon s'empressèrent d'éclaircir et de ranger dans un nouvel ordre, l'un les lois du Digeste, et l'autre celles du corps de droit avant Justinien. Abraham Wieling a complété ces essais, et les a réunis dans sa Jurisprudentia restituta, sive Index chronologicus in totum juris Justiniancei corpus, etc., Amsterdam, 1727, 2. vol. in-8° ; il y a ajouté, quatre opuscules, dont l'un, intitulé Usus indicis Pandectarum, est de Labitte, et est accompagné de notes de Guillaume Schmucke. Cependant, il y eut toujours un assez grand nombre de professeurs et d'écoliers qui restèrent fidèles à Labitte, malgré le juste renom de ses continuateurs. Ceci est prouvé par Hauréau par les éditions presque récentes du livre original.

Il eut 5 enfants, dont son fils René qui devint juge général du duché de Mayenne. Ses frères: Pierre et Guillaume étaient docteurs en médecine. Labitte était un des amis d'Etienne Pasquier. Dans la collection des Lettres de Pasquier, il y en a quatre à son adresse[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Index legum omnium quae in Pandectis continentur... Additur postremo ejusdem indicis usus per Jac. Labittum. Paris : A. Wechelus, 1557, 2 parties en 1 vol. in-4 ̊ ;
  • Index librorum omnium juris tam pontificii quam caesarei, per D. Joan. Baptistam Zilettum,... cui ultra alias editiones novissime multa addita sunt... Post haec sequitur Index legum omnium quae in Pandectis continentur... per D. Jacobum Labittum... Venise : ex officina J. Ziletti, 1566, 2 parties en 1 vol. in-4 ̊ , épître dédicatoire, table, 70-116 ff. ;
  • Règlement pour la réformation et abréviation de la justice du duché de Mayne, & sièges qui en dépendent. (signé : Jacques Labitte), Paris : J. Richer, 1582, 47 ff. ; in-8 ;
  • Indices juris varii Jac. Labitti, Ant. Augustini et Wolf. Freymonii, ad Pandectarum et Codicis leges, huc et illuc dispersas, suis authoribus ac libris conjunctim restituendas... (Paris) : J. Chouet, 1585, in-8 ̊ , VIII-943 p. ;
  • Index legum omnium quae in Pandectis continentur, cui accessit ejusdem indicis usus (cum praefatione N. H. Gundlingii). Editio neapolitana adcuratior. Neapoli, 1759, in-8 ̊ , 6 ff. n. ch., XXIV-344 p., portr.

Source partielle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'était, dit-il, Jacques Labitte, juge de la ville de Mayenne-la-Juhel, au bas pays du comté du Maine, homme fort docte et bien consommé en droit. Il a écrit quelques œuvres en latin, et quant à ses compositions françaises, elles ne sont encore imprimées. Il florit au Maine en cette année 1584..
  2. Dans la préface, Labitte nous apprend qu'il avait eu Cujas pour maître, et que celui-ci l'avait chargé de faire cet Index, pour rendre l'étude du Digeste plus commode et plus profitable.
  3. La plus intéressante pour Hauréau concerne la mort du président de Thou.

Articles connexes[modifier | modifier le code]