Jacques Joseph Duguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Joseph Duguet. Gravure anonyme du XVIIIe siècle.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duguet.

Jacques Joseph Duguet est un théologien et moraliste français, né à Montbrison le , mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Joseph Duguet était entré en 1667 dans la congrégation de l'Oratoire. Ordonné prêtre en 1677, il est d'abord professeur de théologie au séminaire Saint-Magloire, puis éloigné à Strasbourg en 1682 en raison de ses opinions jansénistes. Il refuse de signer le Formulaire et quitte l'Oratoire en 1685.

Il se rendit alors clandestinement à Bruxelles près d'Antoine Arnauld et de Pasquier Quesnel. En 1690, revenu à la vie publique, il prend ses distances avec les jansénistes les plus extrêmes. À partir de 1712, il écrit sur la question de la conversion des juifs au christianisme, qui serait le signe prophétique de la rédemption prochaine de l'Église. C'est un thème que l'on retrouvera chez les figuristes des XVIIIe et XIXe siècles.

Retiré en Savoie, il y écrivit une Institution d'un prince, traité politique à l'intention du duc héritier, qui ne fut publié qu'après sa mort, en 1739. Hostile aux Nouvelles Ecclésiastiques et aux convulsions, il poursuivit son éloignement des formes les plus extrêmes du jansénisme.

En 1764, a été publié L'Esprit de Duguet ou Précis de la morale chrétienne.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Traité sur les devoirs d'un évêque, 1710.
  • Traité des scrupules, 1717.
  • Lettres sur divers sujets de morale et de piété, 1718.
  • Conduite d'une dame chrétienne pour vivre saintement dans le monde (lire en ligne la 3e édition, Paris, Jacques Estienne, 1730).
  • Institution d'un prince, ou traité des qualitez, des vertus et des devoirs d'un souverain, soit par rapport au gouvernement temporel de ses États, ou comme chef d'une société chrétienne, qui est nécessairement liée avec la religion, 1739. Mis à l’Index en 1742[1]. Disponible en ligne.
  • Conférences ecclésiastiques, 1742.
  • Traité de la prière publique
  • Explication de l'ouvrage des six jours. Disponible en ligne.
  • Explication de la Passion.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Michela Catto, « Nascondimento morale e socialità devota. Jacques-Joseph Duguet (1649-1733) e la direzione spirituale femminile » dans la Rivista di storia e letteratura religiosa, vol. 36, no 2, p. 271-292.
  • Paul Chételat, Étude sur Du Guet suivie d'une correspondance inédite avec la duchesse d'Épernon, d'après le document manuscrit conservé aux archives de Troyes, éd. Thorin, Paris, 1879. (Thèse de lettre)
    • - - -, Étude sur Du Guet suivie d'une correspondance inédite avec la duchesse d'Épernon, retirée aux Grandes carmélites, éd. Thorin, Paris, 1877, 177 p.
  • Goujet, Vie de Duguet, 1741. Cette biographie est reprise au début de J.-J. Duguet, Institution d'un Prince, (nouv. éd.) Nourse, Londres, 1843.
  • B. Neveu, art. « Duguet » dans le Dictionnaire de biographie française, Letouzey & Ané, Paris, tome 11, col. 1526-1528, 1967.
  • Sainte-Beuve, Port-Royal, 5e éd., Paris, tome 6, 1888, p. 3-82.
  • Saint-Simon, Louis de Rouvroy, Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau. 8 / notes et appendices par A. de Boislisle, voir en particulier p. 81-82 (réf. de documents d'archives) & 89. Disponible en ligne sur Gallica2

Archives disponibles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.