Jacques Henri-Labourdette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un architecte image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un architecte français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jacques Henri-Labourdette
Présentation
Naissance 1915
Paris
Décès
Le Rouret (Alpes-Maritimes)
Nationalité Drapeau de France Français
Mouvement Architecture moderne
Activités Architecte-conseil de l'État
Diplôme DPLG en 1942
Formation École nationale supérieure des beaux-arts, atelier Lemaresquier
Œuvre
Agence Cabinet Boileau-Labourdette puis Suabla / Sethia
Réalisations Grand ensemble de Sarcelles
Tour Albert

Jacques Henri-Labourdette est un architecte français, né à Paris en 1915 et mort le au Rouret (Alpes-Maritimes).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'industriel carrossier Jean Henri-Labourdette, il fut élève à l’École nationale supérieure des beaux-arts, il entre dans l'atelier de Charles Lemaresquier. Il fonde en 1945 avec Roger Boileau le cabinet Boileau-Labourdette. Celui-ci est transformé en une vaste agence à partir de 1961, comprenant une agence d’architecture (la Suabla) et un bureau d’études techniques (la Sethia). L'agence existe toujours mais sous un autre nom, « Synthèse Architecture[1] ».

Représentant du Mouvement Moderne, Jacques Henri-Labourdette s'est fait connaître en France pour ses réalisations, marquées du sceau du modernisme et de l'innovation technique. Réputé pour ses grands ensembles, il a travaillé en étroite collaboration avec des bailleurs sociaux tels que l'OCIL chargé du 1 % logement ou encore la SCIC, société immobilière de la Caisse des dépôts et consignations. On estime qu'il a construit 65 000 logements au cours de sa carrière.

Il occupe la fonction d'architecte-conseil de l'État pendant 17 ans. Il est nommé en 1968 conseiller technique du ministre de l'Équipement, Albin Chalandon, promoteur de la maison individuelle industrialisée.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • « L’architecte face à l’industrialisation. Vivre son temps », Techniques et architecture, 27e série, no 5, février 1967
  • Aventure d'architecte, S.A Éditeur Chiasso, 1975
  • « Réflexions sur les tracés urbains : les grands ensembles », Cahiers du CREPIF, no 17, décembre 1986, p. 21-30
  • Jacques Henri-Labourdette, architecte - Une vie, une œuvre, éd. Gilletta-Nice-Matin, Nice, 2002, 158 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Synthèse Architecture
  2. Voir la Fiche descriptive du bâtiment sur le site de DOCOMOMO
  3. Voir Dominique Lefrançois, Guide des sources pour l’étude des grands ensembles. Garges-lès-Gonesse, Sarcelles, Villiers-le-Bel, 1950-1980, éditions de la Mission Mémoires et Identités en Val de France, 2005 [lire en ligne] ou encore Mission Mémoires et Identités en Val de France, Catalogue de ressources documentaires sur le grand ensemble de Sarcelles 1954-1976, collection « Les publications du Patrimoine en Val de France », no 9, Communauté d’agglomération Val de France, 2007 [lire en ligne].
  4. Photos de la Tour Albert sur le site Structurae.
  5. Pour une histoire de l'ensemble, voir le site de l'association pour la sauvegarde de l'immeuble.

Liens externes[modifier | modifier le code]