Jacques Grinevald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Grinevald
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Jacques Joseph Léon Grinevald, né le à Strasbourg, est un philosophe et historien des sciences français, professeur émérite à l'Institut universitaire d'étude du développement (IUED) de Genève.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est coopérant et professeur en République du Tchad (1970-1971). De 1972 à 1980 il exerce des fonctions de vacataire à l'université de Genève. Il soutient en 1979 une thèse de 3e cycle de philosophie, intitulée Énergie et civilisation : De vitruvea Carmot et retour[1], puis est recruté comme enseignant-chercheur à l'Institut universitaire d'étude du développement (1973-2007). Il est professeur à l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) en 2008-2011. Il a des charges de cours à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et à la Faculté des sciences économiques et sociales de Genève. En 2010, il est membre du Anthropocene Working Group (commission internationale de stratigraphie).

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Lauréat du The Nicholas Georgescu-Roegen Awards, New-Delhi.

Acivités de recherche et éditoriales[modifier | modifier le code]

Il s'intéresse à l'histoire et l'épistémologie du développement scientifique et technique, à l'histoire des idées de l'écologie politique et de l'écologie scientifique globale, notamment au changements climatique, à l'économie écologique et à l'histoire de l'effet de serre.

Il collabore à plusieurs revues, notamment la Revue européenne des sciences sociales et Cahiers Vilfredo Pareto, L'Écologiste, Silence, Transversales, Stratégies énergétiques biosphère & société.

Il est membre de plusieurs sociétés savantes, l'American Association for the Advancement of Science, la Geological Society of London, l'History of Science Society, l'International Society for Ecological, et il est membre du conseil scientifique des Parcs nationaux de France (2007-2013) et confondateur-président de la fondation « Biosphère & Société »[2].

Publications récentes[modifier | modifier le code]

  • La Biosphère de l'Anthropocène. Pétrole et climat, la double menace. Repère transdisciplinaire 1824-2007. Éditions Médecine & Hygiène, Genève, Switzerland, Georg, 2007. 292 p., Collection : « Stratégies énergétiques, Biosphère et Société »
  • “The Anthropocene : conceptual and historical perspectives“, avec Will Steffen, Paul Crutzen et John McNeill, in Philosophical Transactions of the Royal Society A, 2011, no 369, p. 842-867.
  • “Qu'est-ce que la Biosphère ?“, in Alain Papaux, éd., Biosphère et droits fondamentaux, Genève, L.G.D.J. Schulthess, 2011, p. 9-51.
  • "Le concept d'Anthropocène, son contexte historique et scientifique", dans Entropia, no 12, printemps 2012, p. 22-38.
  • avec Matthias Finger, "Development was the problem, not the solution1 Part I: the critique of global environmental politics." 3rd International Conference on Degrowth For Ecological Sustainability and Social Equity, Venice, Italy, September 19-23, 2012. (http://www.venezia2012.it/wp-content/uploads/2012/03/WS_46_FINGER-GRINEVALD.pdf)
  • « Commoner, Barry (1917- ) », in Nicholas Georgescu-Roegen, La Décroissance : Entropie – Écologie – Économie, Paris, Sang de la terre, 1995, annexes, p. 210. (3e éd., 2006, p. 237-238, en ligne sur le site Le Sauvage www.lesauvage.org.
  • Stephen Henry Schneider, Où va le climat ? : que connaissons-nous du changement climatique ? Avec la participation de Pascale Morand Francis, David Stickelberger, Jacques Grinevald. Trad. et transcription Benoît Lambert. [Lyon,] Éd. Silence, Greenpeace, 1996. 21 cm, 63 p.
  • "Énergie et développement", avec Gilles Carbonnier, dans Revue internationale de politique de développement, Genève, The Graduate Institut, no 2, 2011, p. 9-28. http://poldev.revues.org/687.
  • « Was the Anthropocene anticipated ?  », avec Clive Hamilton, The Anthropocene Review, January 28, 2015, p. 1-14.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse de 3e cycle, philosophie, notice Sudoc [1].
  2. SEBES, [2].


Liens externes[modifier | modifier le code]