Jacques Godbout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godbout (homonymie).
Jacques Godbout
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Godbout en 2014
Naissance (84 ans)
Montréal, Canada
Activité principale
romancier, nouvelliste, essayiste, monteur, scénariste, réalisateur
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Roman, nouvelles, essai

Œuvres principales

Jacques Godbout ( à Montréal, Québec -), est un romancier, poète, essayiste, dramaturge, auteur pour enfants et cinéaste québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études classiques chez les Jésuites au Collège Jean-de-Brébeuf, il obtient une maîtrise en lettres de l'Université de Montréal en 1954 avant d'enseigner la philosophie et le français à l'University college d'Addis Abeba, en Éthiopie, jusqu'en 1957.

De retour au Canada en 1958, il devient publicitaire avant d'entrer à l'Office national du film du Canada en tant que cinéaste-scénariste. Il réalisera plusieurs films, dont 4 longs métrages de fiction et plusieurs documentaires. En 1959 il est l'un des fondateurs de la revue littéraire Liberté.

Écrivain prolifique publié à Paris, il travaille occasionnellement à Radio-Canada comme animateur de radio. En tant que journaliste, il collabore à différents magazines et journaux : Le Maclean, l'Actualité, Les Lettres françaises, Cité libre, Vie des Arts et Le Devoir.

En 1962 il participe activement à la création du Mouvement laïque de langue française (MLF) dont il sera l'ultime président en 1967. Cette même année il rédige le scénario du pavillon thématique de l'Exposition universelle de Montréal, L'homme dans la Cité,

En 1968, il collabore à la fondation du Mouvement Souveraineté-Association, qui devait ultérieurement donner naissance au Parti québécois. Il est l'un des fondateurs et le premier président de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois, le .

Il publie différents essais pendant que se déroule la Révolution tranquille, rédige dix romans, un journal, un roman jeunesse et trois albums pour enfants.

Depuis plus de 40 ans Godbout tient une chronique littéraire dans le magazine L'Actualité. Il est également membre du comité éditorial des Éditions du Boréal depuis 1985.

En septembre 2006, il a suscité une vive controverse sur l’avenir démographique du Québec à la suite d’une entrevue accordée à Michel Vastel dans le magazine L’Actualité[1]. Reprenant l’essentiel de ses propos dans Le Devoir du 23 septembre 2006[2], Godbout a reçu l’appui du démographe Michel Paillé[3]. Dans les inquiétudes de Godbout, Paillé a vu «des fondements démographiques»[4].

Jacques Godbout a été invité comme conférencier et professeur à l'université Carleton (Ottawa), à l'Université Meiji de Tokyo, à l’Université Berkeley de Californie et dans son Alma mater, l'Université de Montréal.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Carton-pâte, Pierre Seghers, Paris 1956, épuisé
  • Les Pavés secs, Beauchemin, Montréal 1958, épuisé
  • La chair est un commencement, Écrits du Canada français, no 5. 1959
  • C'est la chaude loi des hommes, L'Hexagone, Montréal, 1960 épuisé
  • La Grande Muraille de Chine, avec John Robert Colombo, Le Jour, 1969, épuisé
  • Souvenirs Shop, poèmes 1956-1980, collection rétrospective, L'Hexagone, 1984

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1962 : L'Aquarium, Seuil / Boréal compact
  • 1965 : Le Couteau sur la table, / Seuil(traduit en anglais sous le titre The Knife on the Table)
  • 1967 : Salut Galarneau !, Seuil / Points (traduit en anglais sous le titre Hail Galarneau!)
  • 1972 : D'amour, P.Q. Seuil / Points
  • 1976 : L'Isle au dragon, Seuil / Boréal compact (traduit en anglais sous le titre Dragon Island)
  • 1981 : Les Têtes à Papineau Seuil / Boréal compact
  • 1986 : Une histoire américaine Seuil / Points
  • 1993 : Le Temps des Galarneau Seuil / Boréal compact
  • 1999 : Opération Rimbaud Seuil / Boréal compact
  • 2006 : La Concierge du Panthéon Seuil

Essais et proses[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Le Réformiste : textes tranquilles, Quinze / Boréal
  • 1980 : De Superman à Showman in Les journalistes, Québec Amérique
  • 1984 : Le Murmure marchand, Boréal
  • 1988 : Abécédaire Québécois (sous le pseudonyme Jean Dupays), Boréal
  • 1998 : Plamondon : Un coeur de rockeur : cent cinquante textes de chansons précédés d'un documentaire, Éditions de l 'Homme
  • 1990 : L’Écran du bonheur, Boréal
  • 1991 : L'Écrivain de province : journal 1981-1990, Seuil
  • 1997 : Le Sort de l’Amérique, K Films / Boréal
  • 1997 : D'Île en Île, avec Émile Ollivier, Éd. du Cidihca / Radio-Canada
  • 1998 : Le Buffet, avec Richard Martineau, Boréal
  • 1998 : L'Idée de pays, Presses de l'Université d'Ottawa
  • 2008 : Autos biographie, illustrations Rémy Simard, Les 400 coups / Somme toute 2014
  • 2010 : Lire, c’est la vie, Boréal
  • 2014 : Le Tour du jardin : Entretiens avec Mathieu Bock-Côté sur les livres, la politique, la culture, la religion, le Québec et la saisine, Boréal
  • 2018 : De l'Avantage d'être né, autobiographie, 285 pages, Éditions du Boréal

Littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

Roman jeunesse[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Une leçon de chasse, (roman jeunesse), Boréal

Albums illustrés pour enfants[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Mes petites fesses (illustrations Pierre Pratt) Les 400 coups
  • 2006 : Bizarres, les baisers ! (illustrations Pierre Pratt) Les 400 coups
  • 2007 : Fanfaron (illustrations Fil et Julie) Les 400 coups

Filmographie[modifier | modifier le code]

La majorité des films ont été produits par l'Office national du film du Canada.

  • 1961 : Les Dieux (court métrage documentaire)
  • 1961 : Les Administrateurs (documentaire)
  • 1962 : À Saint-Henri le cinq septembre (montage, narration, œuvre collective)
  • 1962 : Pour quelques arpents de neige (court métrage documentaire avec Georges Dufaux)
  • 1962 : Jacques de Tonnancour, une interview
  • 1963 : Rose et Landry (montage)
  • 1964 : Paul-Émile Borduas 1905-1960 (court métrage documentaire)
  • 1964 : Le monde va nous prendre pour des sauvages
  • 1964 : Fabienne sans son Jules (court métrage avec Gilles Groulx)
  • 1965 : Huit témoins
  • 1966 : YUL 871
  • 1967 : Vivre sa ville
  • 1968 : Pow
  • 1968 : Kid Sentiment
  • 1970 : Les Vrais Cousins
  • 1972 : IXE 13
  • 1974 : Les Troubbes de Johnny (court métrage)
  • 1975 : La Gammick
  • 1975 : Aimez-vous les chiens ? (documentaire)
  • 1976 : Arsenal ou le commerce des armes (documentaire)
  • 1977 : L'Invasion américaine 1775-1975 (non crédité, documentaire)
  • 1978 : Derrière l'image (documentaire pour la télévision)
  • 1979 : Feu l'objectivité (documentaire)
  • 1979 : Deux épisodes dans la vie de Hubert Aquin (documentaire)
  • 1981 : Distorsion
  • 1982 : Un monologue Nord-Sud
  • 1983 : Comme en Californie (documentaire)
  • 1985 : Québec soft (La musique adoucit les mœurs) (documentaire)
  • 1987 : En dernier recours (documentaire)
  • 1988 : Alias Will James
  • 1991 : Pour l'amour du stress (documentaire)
  • 1992 : Le Mouton noir (documentaire)
  • 1994 : L'Affaire Norman William
  • 1996 : Le Sort de l'Amérique (documentaire)
  • 1998 : L'Invention du stress
  • 2000 : Traître ou Patriote
  • 2001 : Anne Hébert 1916-2000
  • 2003 : Les Héritiers du Mouton noir
  • 2009 : Derrière la toile

De 1962 à 2002, plusieurs de ces films ont obtenu des prix dans des festivals internationaux, entre autres à Venise, Chicago, Biarritz, Cannes, Nyon, Toronto et Montréal.

Jacques Godbout reçoit un EUROFIPA à Cannes en 1994, et le Grand prix de la SCAM à Paris en 1997.

Honneurs divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

À lire[modifier | modifier le code]

  • Alex Demeulenaere: La question sociale dans l’œuvre d’Yvon Rivard et de Jacques Godbout, Zeitschrift für Kanada-Studien, 66. Wißner, Augsburg 2017 pp 9 – 20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]