Jacques Gerber (critique de cinéma)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Gerber.
Jacques Gerber
Description de l'image Jacques Gerber.jpg.
Naissance Paris (France)
Activité principale
Écrivain, commissaire d'exposition
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Fiction romanesque et biographie

Jacques Gerber est un écrivain et commissaire d’exposition français. Il est né à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l’Institut des sciences sociales, Jacques Gerber s’oriente vers le cinéma à la fin des années 1970. Avec Francis Gendron et Jean-Louis Pays, il programme le cinéma Bonaparte, place Saint-Sulpice à Paris, puis le cinéma du Panthéon, salle qui appartient alors au producteur Pierre Braunberger.

En 1987, il devient chargé de mission au Centre Georges Pompidou à Paris. Il organise alors l’hommage rendu à ce grand producteur français. En 1989, il organise l’hommage au producteur Anatole Dauman.

À ces occasions, il met en œuvre ses premières expositions pour le Centre Georges Pompidou :

De 1975 à 1980, il enseigne à l’École Estienne.

De 1991 à 2001, il est chargé de cours à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

À la fin des années 1990, il est membre du comité de sélection des films de la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes.

En 2015, il est le co-commissaire, avec Thierry Frémaux, de l’exposition, Lumière ! Le cinéma inventé (Paris, Grand Palais, mars-juin 2015)[1].

En 2018, il est le commissaire Français de la biennale de Tianshui en Chine.

Parallèlement à ses activités Jacques Gerber écrit des textes de fiction.

Points de vue[modifier | modifier le code]

Paraphrasant Maurice Blanchot évoquant la littérature, il dit, à propos de la scénographie des expositions, qu’elle devrait être « dans son essence, sa disparition »[2] et tout entière au service de ce qui est montré et non à celui du montrant.

Quant à ses textes, il écrit : « Tant que la situation est calme, on peut raconter les petites histoires du quotidien, faire du réalisme »[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pierre Braunberger / Cinémamémoire, Centre Georges Pompidou, 1987
  • Anatole Dauman / Souvenir-Écran, Centre Georges Pompidou, 1989
  • Au sourire d'avril (sur des photographies d'Yves Faure), Marval, 1991
  • Petite fabrique de la cathédrale et de ses alentours, Gallimard, 1994
  • Un grand paysage disparaît, Iskra, 2010
  • Natacha, face Nord, Iskra, 2011
  • Pardon, mais la peinture n’a besoin que de silence, Iskra, 2012
  • Carnets de résidence / Petits travaux des villes, Petits travaux des champs, Écusette de Noireuil, 2013
  • L’amour en ses mots, l’amour en ses cris, Écusette de Noireuil, 2015
  • Il faisait tellement noir à midi qu'on voyait les étoiles (Sur quatre peintures à l'acrylique de Jacques Leclercq-K.), Écusette de Noireuil, 2015
  • La nuit vient, noir pirate aux cieux d'or débarquant (Sur cinq eaux-fortes de Jacques Leclercq-K.), Écusette de Noireuil, 2015
  • Une nuit de velours noir (Sur 12 photos d'Yves Faure), Écusette de Noireuil, 2016.
  • Pampilles, Ne restent que rogatons du réel, Écusette de Noireuil, 2018

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]