Jacques Genton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genton.

Jacques Genton
Illustration.
Fonctions
Député
1951 - 1956
Sénateur
1971 - 1998
Gouvernement IVe République - Ve République
Groupe politique RRRS (1951-1956)
UCDP (1971-1983)
UC (1983-1998)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 90 ans)
Résidence Cher

Jacques Genton, né le à Bourges (Cher) et mort le à Sancerre, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de commerçants, Jacques Genton sort diplômé de l'École libre des sciences politiques. Haut fonctionnaire de profession, il commence sa carrière politique en se présentant aux élections législatives de 1951, sous l'étiquette du Rassemblement des gauches républicaines. Sa liste obtient 9,1 % des voix, ce qui lui permet d'être élu, au détriment du Parti communiste qui perd un siège.

En 1955, il est rapporteur du projet de loi qui instaure l'état d'urgence sur le territoire algérien[1].

Candidat à sa propre succession en 1956, Jacques Genton, à la tête d'une liste composée de membres du RGR et du PRRRS, ne recueille que 8,1 % des suffrages, du fait de la multiplication des listes et du bon score du candidat poujadiste.

Élu conseiller municipal de Bourges lors des élections municipales de 1953, il devient maire de Sancerre en 1971.

Il est élu sénateur du Cher le 26 septembre 1971, puis réélu les 28 septembre 1980 et 24 septembre 1989 sous l'étiquette UDF.

Jacques Genton, grande figure politique de son département, a découvert les institutions européennes lors de ses fonctions au cabinet de Maurice Faure, et a dès lors ardemment défendu la construction européenne, notamment en présidant la délégation pour l’Union européenne de 1979, date de sa création, à la fin de son mandat sénatorial, en 1998.

Carrière dans l'administration[modifier | modifier le code]

Synthèse des fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Genton, Une mémoire pour des souvenirs, Sancerre, Les petits remparts, 1998, Tome 1, 1918-1945, 427 pages. Tome 2, De Bourges à Gourdon, 345 pages. Tome 3, De Gourdon à l'Assemblée nationale via Alger et Bourges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maïté Hellio, « Etat d'urgence : quand l'exception s'inscrit dans la durée », nouvelobs.com, 20 varil 2016 (consulté le 26 février 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]