Jacques Gautron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gautron.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Jacques Gautheron.

Jacques Gautron
Illustration.
Fonctions
Sénateur d'Eure-et-Loir
Gouvernement Troisième République
Groupe politique UDR
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sours (Eure-et-Loir)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Sours (Eure-et-Loir)
Nationalité Française
Profession Agriculteur
Résidence Eure-et-Loir

Jacques Gautron est un agriculteur et un homme politique français né le à Sours (Eure-et-Loir) où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à l'école communale de Sours d'abord, puis au lycée Marceau, à Chartres.

Il fait son service militaire quand éclate la guerre et quitte l'armée avec le grade de maréchal des logis au 32e régiment de dragons. Sa conduite au feu lui vaut l'attribution de la croix de guerre.

Fils d'un agriculteur — conseiller municipal de Sours pendant 33 ans — Jacques Gautron hérite de ces deux fonctions, tout d'abord en reprenant l'exploitation familiale — l'ancienne commanderie de Sours ayant appartenu aux templiers — puis en entrant à son tour au conseil municipal en 1925. L'année suivante, il devient maire de Sours, après le décès du maire en place, M. Prévosteau. En 1931, il est élu conseiller d'arrondissement puis, en 1934, conseiller général.

En 1938, il se présente aux élections sénatoriales aux côtés du maire de Chartres, Raymond Gilbert, sous l'étiquette vague de Républicains de gauche indépendants et d'union nationale, opposés à des sortants tous issus de la Gauche démocratique radicalisante. Tous deux sont élus et rejoignent le même groupe centriste de l'Union démocratique et radicale, expression sénatoriale de la nébuleuse des Radicaux indépendants.

En sa qualité de conseiller général, il devient membre du conseil d'administration de l'asile d'Aligre.

Jacques Gautron fait partie de ombreuses associations et syndicats comme administrateur ou membre du bureau.

Le , il ne prend pas part au vote des pleins pouvoirs constituants à Philippe Pétain et se retire définitivement de la vie parlementaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Jacques Gautron », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]