Jacques François Joseph Swebach-Desfontaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques François Joseph Swebach-Desfontaines
Image dans Infobox.
Louis-Léopold Boilly, Jacques-François-Joseph Swebach (1769-1823), peintre de batailles,
palais des Beaux-Arts de Lille.
Naissance
Décès
(à 54 ans)
Paris
Sépulture
Nationalité
Activités
Lieu de travail

Jacques François Joseph Swebach-Desfontaines, dit « Fontaine », ou « Swebach-Desfontaines », né le à Metz et mort le à Paris, est un peintre et dessinateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Swebach-Desfontaines apprend d'abord le métier avec son père, puis auprès de Joseph-Siffred Duplessis[1],[2] et enfin de Michel Hamon-Duplessis[1], à Paris. Spécialiste des scènes de bataille, il illustre brillamment la geste napoléonienne[réf. nécessaire]. Il est aussi reconnu pour ses scènes de genre[3]. Dans les années 1780 il fréquente les bois autour du château de Fontainebleau, de même que Lazare Bruandet et Georges Michel, précédant de plusieurs décennies les artistes de la future école de Barbizon[4].

Pendant la Révolution, il peint des œuvres dans le genre patriote, comme Le Jeune Darruder[5] ou Joseph Agricola Vialla[6], toutes deux mises au burin par Descourtis. En 1798 il expose au Salon de peinture et de sculpture six tableaux : Une marche d'armée, Halte de cavalerie, Convoi d'artillerie, Marché aux chevaux[7], Attaque au moulin retranché et Rencontre de cavalerie à l'issue d'un bois[8].

Premier peintre de la manufacture de Sèvres de 1802 à 1813, Swebach-Desfontaines crée de nombreux cartons pour celle-ci où il est très apprécié par Alexandre Brongniart pour son talent et sa vitesse d'exécution : Brongniart le juge comme « le premier dans son genre après Vernet pour les scènes de batailles de chevaux ».[réf. nécessaire]

Il travaille aussi pour la manufacture de porcelaine Dihl et Guérhard en 1806[9].

On lui doit notamment une partie du « service encyclopédique », réalisé en 1805-1806 à Sèvres à la demande de Napoléon Ier souhaitant récompenser son secrétaire d'État Hugues Bernard Maret pour ses services rendus lors de l'organisation du mariage de Stéphanie de Beauharnais avec le futur Charles II de Bade. Le « service encyclopédique », qui reproduit des illustrations de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d'Alembert, comprend 60 assiettes plates, 12 compotiers, deux sucriers, quatre corbeilles rondes, deux vases à glace et quatre jattes à fruit ; seules deux pièces manquent aujourd'hui. Le service a été donné au musée du Louvre par Hugues Lepic (en), descendant de Hugues Bernard Maret. Un deuxième service encyclopédique[n 1], réalisé à Sèvres en 1807-1808, est aujourd'hui conservé à la Résidence de Munich[10].

Il contribue à la décoration du service personnel de l'empereur, dont deux assiettes L'Épée de Frédéric II de Prusse transportée à l'hôtel des Invalides le 17 mai 1807 (dépôt du musée de Malmaison) et Vue du canal de l'Ourcq, 1808[11].

Il eut un élève très doué : le marquis Julien de la Croix de Chevrières de Sayve, qui enseigna la peinture à sa fille Cécile, future épouse du comte Louis Marie du Couëdic de Kergoaler.[réf. nécessaire]

Entre 1815 et 1817, il est appelé à Saint-Pétersbourg pour y diriger la manufacture impériale de porcelaine.[réf. nécessaire]

À sa mort, il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise[12] (16e division). Il a laissé de nombreuses estampes et dessins[13].

Il épouse Antoinette-Prudence Pujolle avec qui il a deux fils[réf. nécessaire], dont Édouard-Bernard Swebach (ou Chwebach ; Paris, 1800-Versailles, 1870), inventeur d'un procédé de fabrication de gaz inexplosible à domicile et également peintre de genre et de sujets militaires[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Allemagne
États-Unis d'Amérique
France


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un deuxième service encyclopédique est offert par Napoléon à Maximilien Joseph en 1810 ; il comporte 72 assiettes et des pièces de forme.
  2. Le service décoré de scènes égyptiennes a été commandé à Sèvres par Napoléon Ier en cadeau pour Joséphine, lorsqu'il a divorcé d'elle pour épouser une princesse d'Autriche. Joséphine a refusé le cadeau.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) French painting 1774-1830 : the age of revolution (livret accompagnant une exposition), Detroit, Mich., Detroit Institute of Arts / Wayne State University Press, , sur archive.org (lire en ligne).
  2. Jules Belleudy, J.-S. Duplessis, peintre du roi, 1725-1802, Chartres, impr. Durand, , sur archive.org (lire en ligne).
  3. a et b [Brulliot 1832] François Brulliot, Dictionnaire des monogrammes, marques figurées, lettres initiales, noms abrégés, etc., avec lesquels les peintres, dessinateurs, graveurs et sculpteurs ont désigné leurs noms, vol. 2, Munich, libr. JG Cotta, , 355 p. (lire en ligne).
  4. Raphaël Aracil de Dauksza et Damien Dumarquez, « Peintures du XIXe siècle » [PDF], sur lanouvelleathenes.fr, Galerie La Nouvelle Athènes, (consulté en ), p. 16.
  5. Charles-Melchior Descourtis, « Le Jeune Darrudder », sur gallica, (consulté le ).
  6. Charles-Melchior Descourtis, « Joseph Agricola Vialla », sur gallica, (consulté le ).
  7. a b et c Didier Rykner, « Un tableau de Swebach-Desfontaines acquis par le Musée de la Révolution Française », sur latribunedelart.com, (consulté en ).
  8. a b et c Explication des ouvrages de peinture et dessins sculptures, architecture et gravure, Exposés au Muséum central des Arts (19 juillet au 6 octobre), Paris, Impr. des sciences et des arts, an 6 de la république, sur gallica (lire en ligne).
  9. [Guillebon 1988] Régine Plinval de Guillebon, La manufacture de porcelaine de Guérhard et Dihl, dite du duc d'Angoulême, The French porcelain society (no 4), , 22 p. (lire en ligne [PDF] sur thefrenchporcelainsociety.com), p. 13.
  10. Anne Dion-Tenenbaum, « Tout savoir du service encyclopédique », Grande Galerie, Le Journal du Louvre, no 40,‎ , p. 82-86.
  11. « Les ambitions impériales de Fontainebleau », sur gazette-drouot.com (consulté en ).
  12. J. B. Richard, Le Véritable Conducteur aux Cimetières du Père La Chaise, Montmartre, Mont-Parnasse et Vaugirard, Paris, Terry, (lire en ligne), p. 62.
  13. « Jacques-François-Joseph Swebach-Desfontaine », sur culture.gouv.fr/joconde, base Joconde (consulté en ).
  14. « Course de chevaux », sur culture.gouv.fr, base Joconde (consulté en ).
  15. « Bataille », musée des beaux-arts de Dijon, sur culture.gouv.fr, base Joconde (consulté en ).
  16. « Arrivée au Louvre des trésors d'art de la Grande Armée », sur culture.gouv.fr, base Joconde (consulté en ).
  17. « Assiette du service des Vues diverses : Vue du port de Delft », 1812. Service commandé par Napoléon Ier, sur photo.rmn.fr (consulté en ).
  18. « Le Coche », sur culture.gouv.fr, base Joconde (consulté en ).
  19. « Charlotte Corday et Barbaroux rendant visite à des paysans girondins », sur culture.gouv.fr, base Joconde (consulté en ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]