Jacques Frémeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Frémeaux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
André Martel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
  • La France et l’Algérie en guerre, 1830-1870, 1954-1962.
  • De quoi fut fait l'empire. Les guerres coloniales au XIXe siècle.

Jacques Frémeaux, né le à Alger (Algérie), est un historien français. Il est professeur honoraire (Paris-IV Sorbonne) en histoire contemporaine, spécialiste de l'histoire coloniale[1].

Prise de la smala d'Abd el-Kader, 16 mai 1843, Horace Vernet.

Parcours[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Né en Algérie d'une famille dont les plus anciens éléments étaient arrivés vers 1850, Jacques Frémeaux a quitté ce pays en 1962, à l'âge de treize ans[2]. Après avoir fréquenté le lycée d'Alger[3], il a été élève de la classe de khâgne du lycée du Parc à Lyon puis a été admis à l'École normale supérieure à Paris en 1970[4].

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Bureau arabe de Bône (Algérie), 1856-1857.

Il obtient une licence de lettres classiques en 1971[4]. En 1972, il soutient un mémoire de maîtrise sous la direction de Jean Ganiage[5] : La conquête de l'Algérie et les débuts de la politique indigène, -, à l'université Paris-IV-Sorbonne[6].

Puis il est reçu à l'agrégation d'histoire en 1973[4]. En 1977, après des recherches aux archives d'outre mer à Aix-en-Provence[7], il soutient une thèse de 3e cycle[4] sur Les bureaux arabes dans la province d'Alger (1844-1856), à l'université de Toulouse-II-Le Mirail[7],[8], sous la direction de Xavier Yacono[9].

De 1976 à 1979, il est professeur au lycée technique d'Aulnay-sous-Bois, puis pensionnaire de la Fondation Thiers de 1979 à 1981[4]. De 1981 à 1988, il est maître de conférences à l'université de Montpellier[4].

Enfin, en 1987, il soutient sa thèse de doctorat d'État[4], sous la direction d'André Martel[10], à l'université de Montpellier-III. Elle a pour titre : L'administration militaire française en Afrique noire et blanche, 1830-1930, l'«Afrique blanche» désignant le Maghreb[11]. En 1988, il est nommé professeur à l'université de Nice, puis en 1994 il accède à la Sorbonne[4].

Activités universitaires[modifier | modifier le code]

La Sorbonne.

Jacques Frémeaux assume plusieurs responsabilités universitaires ou liées à divers organismes de recherche sur l'histoire coloniale[4]. Ainsi, il est : membre de l'Académie des sciences d'Outre-Mer ; membre du Comité de rédaction de la Revue historique des Armées ; directeur de recherches au Centre Roland Mousnier (CNRS ER) de la Sorbonne ; membre de la Commission d’histoire des anciens combattants (secrétariat d’État aux anciens combattants) ; membre du conseil scientifique du Musée des Troupes de marine à Fréjus.

Publications[modifier | modifier le code]

Bugeaud.
Bataille de Sidi-Brahim, 1845.
Reddition d'Abd el-Kader, 1847.
  • La France et l’Islam depuis 1789, PUF, coll. Politique d’aujourd’hui, 1991.
- Prix Robert-Cornevin 1991 de l’Académie des sciences d’outre-mer.
  • L’Afrique à l’ombre des épées (1830-1930), 3 vol., Service Historique de l’Armée de Terre.
  • Des établissements côtiers aux confins sahariens, 1993, 2e vol. 1995, Officiers administrateurs et milices indigènes, 1995.
  • Les Bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, 1993, Denoël, coll. l’aventure coloniale de la France.
- Prix maréchal-Louis-Hubert-Lyautey 1993 de l’Académie des sciences d’outre-mer.
  • « La guerre d’Algérie » dans Histoire militaire de la France, t.4. De 1940 à nos jours, sous la direction d’André Martel, PUF, 1994, chap. VII, p. 321-348.
  • Le Monde arabe et la sécurité de la France (1958-1991), PUF, coll. Politique d’aujourd’hui, 1995.
  • Les Empires coloniaux dans le processus de mondialisation, Maisonneuve et Larose, 2002 ; réédition, CNRS, 2012, collection Biblis, : Les Empires coloniaux. Une histoire-Monde.
  • La France et l’Algérie en guerre, 1830-1870, 1954-1962, Economica, 2002.
  • Les Peuples en guerre (1911-1946), Ellipses, 2004.
  • Intervention et Humanisme : le style des armées françaises en Afrique au XIXe siècle, Economica, 2005.
  • Les Colonies dans la Grande Guerre : combats et épreuves des peuples d’outre-mer, Éditions 14-18, 2006, Prix du Livre d’Histoire. Verdun, Centre mondial de la Paix[12].
  • De quoi fut fait l'empire. Les guerres coloniales au XIXe siècle, CNRS éditions, 2010, Prix du livre d'histoire de l'Europe, 2011 ; réédition, CNRS, 2014, collection Biblis.
  • Le Sahara et la France, Soteca, 2010
  • Les Sociétés coloniales à l'âge des empires, avec Dominique Barjot, Paris, Sedes / Cned, 2012. (ISBN 978-2-30100-150-4)
  • La Question d'Orient, Fayard, 2014.
  • Sortir de la guerre, avec Michèle Battesti, PUPS, 2014.
  • La Conquête de l'Algérie : la dernière campagne d'Abd el-Kader; CNRS éditions, 2016.
  • Algérie 1830-1914. Naissance et destin d'une colonie, Desclée de Brouwer, 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. site de CNRS éditions
  2. Entretien réalisé par la Maison des sciences de l'homme, 14 janvier 2009.
  3. Jacques Frémeaux, La France et l'Algérie en guerre, 1830-1870, 1954-1962, 2002, p. 10.
  4. a b c d e f g h et i Sorbonne-université.fr, fiche Jacques Frémeaux.
  5. Cf. Jean Martin, «Jean Gagniage (1923-2012), note biographique», Outre-Mers, revue d'histoire, tome 99, no 374-375, 2012, p. 375-377.
  6. Jacques Frémeaux, La conquête de l'Algérie. La dernière campagne d'Abd el-Kader, Cnrs-éditions, 2016, p. 9.
  7. a et b Jacques Frémeaux, Les bureaux arabes dans l'Algérie de la conquête, éd. Denoël, 1993, p. 273.
  8. Cf. Alain Mahé, Histoire de la Grande Kabylie, XIX et XXe siècles, 2001, éd. Bouchène, 2006, p. 642.
  9. Centre Roland Mousnier, publications de Jacques Frémeaux.
  10. Ancien maître de conférences à la faculté des lettres de Tunis puis à l'institut d'études politiques d'Aix-en-Provence (source) et fondateur de l'école d'histoire militaire à l'université de Montpellier (source).
  11. Thèses.fr.
  12. Marc Michel, Frémeaux Jacques, Les colonies dans la Grande Guerre, Combats et épreuves des peuples d'Outre-mer (compte-rendu), Outre-Mers. Revue d'histoire, année 2007, no 356-357, p. 315-316.

Liens externes[modifier | modifier le code]