Jacques Fournier (chanoine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Fournier et Fournier.
Jacques Fournier
Description de l'image Jacques Fournier01.jpg.
Naissance (93 ans)
Nevers (Nièvre)
Nationalité Drapeau de France Français
Pays de résidence France
Profession
Prêtre diocésain
Autres activités
directeur du centre d’information et de documentation religieuse,
aumônier des aéroports d’Orly et de Roissy
Distinctions
Ordre national du Merite Chevalier ribbon.svg chevalier de l'ordre du Mérite
Medaille de la Jeunesse et des Sports Bronze ribbon.svg médaille de bronze de la jeunesse et des sports

Jacques Fournier, né le à Nevers (Nièvre), est un prêtre catholique engagé dans la vie associative, les patronages et l'éducation des jeunes, chanoine de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Fournier est né le à Nevers. À la suite d'études au grand séminaire d'Orléans puis à l'université de Fribourg (Suisse), il est ordonné prêtre le pour le diocèse de Paris[1] par le cardinal Roncalli alors nonce apostolique à Paris.

Service pastoral[modifier | modifier le code]

Chapelle de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

Il est successivement vicaire à Saint-Médard (juin 1949-juin 1954), à l’Immaculée-Conception (juin 1954-juin 1964) puis à Saint-Joseph (juin 1964-septembre 1980). À partir du il assure également l'aumônerie du lycée Honoré-de-Balzac et de l'École nationale de commerce. De 1967 à 1987, il est membre de la commission nationale pour le dialogue catholique-orthodoxe, tâche facilitée par ses engagements au sein de l'Association France-URSS.

Le il se voit confier le centre religieux international du palais des congrès puis en il fonde avec Jacques Perrier et André Vingt-Trois Radio-Notre-Dame à la demande de Mgr  Lustiger. Nommé chapelain de la cathédrale Notre-Dame de Paris à partir du , il fonde et dirige le Centre d’information et de documentation religieuse.

En 1995, la conférence épiscopale des évêques de France lui confie la création du réseau internet de l'Église en France. Le Mgr Lustiger le choisit comme secrétaire particulier et le il est nommé aumônier de l'aéroport d’Orly et de celui de Paris-Charles-de-Gaulle [2]. Il termine sa carrière à l'église Saint-Roch[J 1].

La vie associative et l'éducation populaire[modifier | modifier le code]

Le chanoine Jacques Fournier est aussi connu pour ses engagements bénévoles dans la vie associative et particulièrement dans les domaines de l'éducation populaire et du sport.

Dès 1957, aumônier du patronage parisien Les bleus blancs, il est un des 5 membres fondateurs — avec son confrère l'abbé Proust, aumônier de la très importante Union régionale de Seine et Oise (URSO) — de la sous-commission Liaison et développement de la Fédération sportive de France (FSF)[J 2] à l'origine du Centre de liaison inter-foyers-Clubs (CLI). Celui-ci cède ensuite la place à une Commission fédérale d'expansion[J 3] puis en 1969 au Service d'études et liaison des foyers-clubs (SELF)[J 4] après la transformation de la FSF en Fédération sportive et culturelle de France (FSCF). Jacques Fournier est véritablement l'âme de ce groupe : l'essentiel des textes rédigés alors est de sa plume ainsi que la stratégie mise en œuvre[J 5]. Pendant plus de 15 ans, quelles que soient ses autres affectations et sans titre officiel, il reste disponible pour l'équipe qu'il a ainsi créée autour de talentueux responsables issus largement de son propre patronage[J 6]. Il s'investit aussi dans les grands moments de la fédération — FSF puis FSCF — de 1954 au Vel d'hiv à 1978 à l'agora d'Évry[J 7]. À cette dernière occasion, il est l'auteur des textes du spectacle mis en scène avec Jean-Claude Baudoin et André Chesne[J 8].

Ses éditoriaux dans le bulletin fédéral Les Jeunes[J 9] ne passent pas inaperçus[J 10] mais il préfère souvent laisser à d'autres le soin de présenter certains textes d'orientation, en particulier à Pierre Lacroix, auteur d'un ambitieux projet de pédagogie existentielle[J 11]. À partir de 1970, il adapte les formations du SELF aux exigences du nouveau Brevet d'aptitude à l'animation socio-éducative (BASE) et instaure une préparation par correspondance de ce cursus de diplômes d'État[J 12]. L'opération prend fin avec la création du brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur en accueils collectifs de mineurs (BAFA) et des Centres de vacances et de loisirs (CVL) en 1973[J 12]. Une nouvelle aventure commence avec l'émergence d'une nouvelle équipe[J 13]. Le SELF se transforme en Commission culturelle mais entre-temps il a contribué à former près de 3 000 cadres polyvalents pour les associations de la FSCF[J 12].

Le sport international[modifier | modifier le code]

En 1964 la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), invite la FSF à un voyage d'études en Union des républiques socialistes soviétiques (URSS). Dans le cadre de l'Association France-URSS, le chanoine Jacques Fournier, prêtre et reconnu comme tel au sein de la dite-association[3], organise ensuite avec l'agence officielle Intourist de très nombreux voyages d'études et déplacements sportifs dans l'ex-URSS.

Publications[modifier | modifier le code]

L'abbé Jacques Fournier a publié de nombreux articles, particulièrement sur l'histoire et le contenu du trésor de Notre-Dame, et plusieurs préfaces. Il a participé à l'Encyclopédie Théo, ouvrage collectif publié chez Fayard et publié divers ouvrages :

  • Jacques Fournier, L'Animation sportive, Paris, Éd. ouvrières, , 208 p. (notice BnF no FRBNF35199905) ;
  • Jacques Fournier, Marie-Hélène Congourdeau, Le livre des saints, Turnhout, Brepols, , 747 p. (ISBN 2-503-83041-2, notice BnF no FRBNF35797115) ;
  • Jacques Fournier, Les camées du trésor de Notre-Dame, Paris, NDP,  ;
  • Jacques Fournier, Paris, carrefour des saints, Paris, Salvator, , 285 p. (ISBN 2-7067-0175-7, notice BnF no FRBNF37038468) ;
  • Jacques Fournier, Guide touristique et spirituel de l'Europe, Paris, Salvator, , 288 p. (ISBN 2-7067-0350-4, notice BnF no FRBNF42737295) ;
  • Jacques Fournier, Saint-Roch, Paris, Association des amis des œuvres et des écoles de Saint-Roch, , 71 p. (ISBN 978-2-9540053-0-0, notice BnF no FRBNF42582945), 22e édition ;
  • Jacques Fournier, Les racines françaises de Vatican II, Paris, Salvator, , 222 p. (ISBN 9782706709128, notice BnF no FRBNF42737295)[4] ;

Ses sermons font l'objet de publications[5] et, pionnier des technologies de l'information et de la communication (TIC), il anime un site d'information et d'actualités religieuses[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'abbé Jacques Fournier est nommé chapelain de Notre-Dame de Paris le puis chanoine honoraire le [2]. Il est également chevalier de l'ordre du Mérite et titulaire de la médaille de bronze de la jeunesse et des sports.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Autres références
  1. « Fournier, Jacques (1925-....) », notice BnF no FRBNF12139888.
  2. a et b Fiche de l'abbé Jacques Fournier aux archives de l'archevêché de Paris, consultée le 5 décembre 2012
  3. Voir ses articles dans la revue France-URSS de 1964 à 1980
  4. Jacques Fournier, « Les racines françaises de Vatican II », sur evene.fr, Le Figaro, Paris, Salvator, (consulté le 15 janvier 2017)
  5. « Les homélies du père Jacques Fournier », sur eglise.catholique.fr (consulté le 15 janvier 2017)
  6. Le site Infocatho

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]