Jacques Dugied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dugied.

Jacques Dugied est un chef décorateur français, né le à Paris, ville où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jacques Dugied est né à Paris en 1926. Il restera toute sa vie très attaché à sa ville natale et y résidera jusqu'à son décès en 2005.

Après des études secondaires et un passage à l'école des Beaux-Arts, il travaille à la SNCF (division architecture).

En octobre 1953, il entre à l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) et en juin 1955, il obtient le diplôme d'Architecte-décorateur. Pendant une dizaine d'années, il enchaîne les films en suivant le parcours classique des jeunes décorateurs de son époque, d'abord en tant que second assistant décorateur, puis comme premier. Il assiste notamment Lucien Aguettand, Rino Mondellini, Pierre Guffroy, Alexandre Hinkis, Jean Mandaroux, Jacques d'Ovidio

En 1965, il retrouve son camarade de l'IDHEC, Jean Herman et réalise les décors de son film Le Dimanche de la vie. Ils travaillent à nouveau ensemble pour Adieu l'ami en 1968 et pour L'Œuf en 1971. Ils se croisent à nouveau en 1983 à l'occasion du tournage de Canicule adapté du roman de Jean Vautrin (alias Jean Herman) mis en scène par Yves Boisset.

Il crée aussi les décors de nombreux téléfilms. Il écrit plusieurs scénarios et une pièce de théâtre. En 1978, il réalise un court métrage La Plage du temps. À cette époque, il est aussi le réalisateur de trois courts métrages documentaires pour FR3.

Parallèlement à son métier de décorateur, Jacques Dugied a toujours eu une activité de peintre. Il se qualifiait lui-même de « peintre intermittent » car il faisait ses recherches lors des poses entre ses films.

À partir de 1989, il collabore à plusieurs films d'Yves Robert. De cette rencontre tardive naquit une grande complicité et un profond respect mutuel.

« Un soir, tard, je l'ai vu passer sur un plateau, là-bas tout petit et j'ai entendu cette chanson de mon enfance : « Qu'est-ce qui passe ici si tard, c'est le chevalier Dugied ». La voix paisible, il est presque silencieux, il faut bien écouter quand il parle car il parle d'or. C'est sa règle. Le regard si bleu, si souriant, serein, paisible ou alors d'une inquiétude rassurante. Tout cela vient d'un grand savoir, d'une grande sagesse, d'une grande envie de donner aux autres, du vrai respect de l'autre...

Jacques Dugied ou rien d'impossible ! C'est l'homme tranquille du temps où les cathédrales étaient blanches. »

— Yves Robert in Max et Jacques Douy,, Décors de cinéma : les studios français, de Méliès à nos jours, Paris, Éditions du Collectionneur, 1993

Filmographie[modifier | modifier le code]

Assistant décorateur[modifier | modifier le code]

Chef décorateur[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Chef décorateur[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]