Jacques Duboys-Fresney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duboys-Fresney.

Jacques Duboys Fresney
Fonctions
Député 1914-1932, 1936-1942
Gouvernement Troisième République
Groupe politique Non inscrit, Entente républicaine démocratique, Union républicaine démocratique, Fédération républicaine
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Mayenne

Jacques Duboys Fresney est un homme politique français né le 17 mai 1873 à Château-Gontier, décédé le 17 juin 1956 à Château-Gontier[1]. Il est maire d'Origné de 1907 à 1945, conseiller général de la Mayenne de 1907 à 1945, et député de la Mayenne à plusieurs reprises.

Carrière[modifier | modifier le code]

Fils et petit-fils de sénateurs, il est propriétaire-agriculteur, conseiller municipal et maire d'Origné de 1907 à 1931.

À la mort de son père Étienne Albert Duboys Fresney, en 1907, il devient conseiller général du canton de Château-Gontier où il siége pendant 25 ans,.

Il entre au conseil général de la Mayenne à la même époque. Élu député en 1914, comme candidat d'alliance catholique; il est non inscrit. Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, il obtient la croix de guerre. Il débute comme simple soldat, puis successivement comme attaché et adjoint à l’Intendance au 21e corps et au 12e corps en Italie tout en conservant son rôle de député.

Réélu en 1919, il est dans le groupe de l'entente républicaine démocratique. Réélu en 1924 et 1928, il est au groupe de l'union républicaine démocratique. Mutualiste, il préside la société L’Assistance mutuelle de Château-Gontier, ainsi que celle de quatre communes : Loigné, Saint-Sulpice, Houssay et Origné. Dès 1919, il réclamela révision des Usages Ruraux. Il est un des fondateurs du Stud-Book du percheron mayennais. Il préside pendant plusieurs années la Caisse de Crédit agricole départementale fondée par son père.

Propagateur de l’éducation physique, il s’attache à la création et au fonctionnement de sociétés et de fédérations sportives et d’éducation militaire, dont il assume la présidence.

Il échoue aux élections législatives en 1932 contre Guy Menant, mais retrouve son siège en 1936 contre Georges Hoog. Il est inscrit au groupe de la fédération républicaine de France. Il vote en 1940 les pouvoirs constituants au maréchal Pétain, puis se retire de la politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jacques Duboys-Fresney », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]

Source[modifier | modifier le code]

  • « Jacques Duboys-Fresney », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • [1]