Jacques Drouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Drouin
Jacques Drouin - réalisateur.jpg
Jacques Drouin avec l'écran d'épingles Baby Screen lors d'un atelier à la Cinémathèque québécoise
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
Mont-JoliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École de théâtre, cinéma et télévision de l'université de Californie à Los Angeles (en)
Université de Californie à Los Angeles (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Jury de la compétition internationale des Sommets du cinéma d'animation 2016

Jacques Drouin (né le à Mont-Joli, Québec, au Canada) est un réalisateur canadien de films d'animation à l'écran d'épingles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jacques Drouin est né le 28 mai à Mont-Joli en 1943[1]. En 1967, diplômé de l'École des beaux-arts de Montréal, il se rend en Californie pour étudier le cinéma à UCLA, où il va demeurer jusqu'en 1971[2]. Il y étudie au sein du programme de cinéma plutôt qu'au programme de cinéma d'animation, mais y réalise tout de même un premier film d'animation, La lettre[3]. C'est à UCLA qu'il fait la connaissance de Nancy Dowd, qui se fera connaître en scénarisant le long métrage Slap Shot, film dans lequel le personnage joué par Yvan Ponton porte le patronyme de Drouin[3].

Films personnels réalisés à l'ONF[modifier | modifier le code]

Revenu à Montréal en 1971, il est monteur pour une station de télévision locale[4]. C'est lors d'un stage à l'Office national du film du Canada qu'il a l'occasion de toucher à l'écran d'épingles d'Alexandre Alexeïeff et Claire Parker, dont il avait découvert l'existence en 1966, lors d'une projection de Le Nez d'Alexeïeff au MoMA[3]. Avec cette même technique, il réalise son premier court-métrage professionnel, Trois exercices sur l'écran d'épingles d'Alexeïeff, en 1974. Il enchaîne avec Le Paysagiste en 1976[5], qui lui vaut une renommée importante: le film remporte de nombreux prix et sa réputation traverse les époques: en 1989 il est désigné meilleur film d'animation de l'histoire de l'ONF par un groupe d'experts réunis par la revue 24 images[6]; en 2017 il est sélectionné parmi les 150 œuvres canadiennes marquantes composant le programme Canada on Screen coordonné par le TIFF à l'occasion du 150e anniversaire de la confédération canadienne.

Son film suivant, L'Heure des anges, est coréalisé avec le maître tchèque de la marionnette Břetislav Pojar. Grâce à l'utilisation d'un système technique complexe, le film combine les marionnettes animées avec des environnements réalisés sur l'écran d'épingles[7]. Drouin enchaîne ensuite avec Ex-enfant, un film destiné au jeune public dans lequel il aborde la question des enfants soldats.

Terminé en 2002, Une leçon de chasse est l'adaptation d'un roman jeunesse de Jacques Godbout. Drouin y explore une forme narrative plus classique[8], élargissant les perspectives offertes par l'écran en utilisant des gels colorés et des photographies de l'écran d'épingles qu'il juxtapose à l'appareil pour réaliser des panoramiques[9]. « Dans chacun [de mes films], raconte le cinéaste, j'ai essayé de montrer quelque chose de différent de l'écran d'épingles. Et je crois que je n'ai pas terminé d'explorer toutes ses possibilités.[10] »

Son dernier film est en ce sens une ultime exploration: Empreintes découle d'une volonté manifeste de montrer l'écran, de dévoiler les secrets de l'appareil puisqu'on y perçoit clairement les textures, le relief des épingles, le motif formé par l'écran lui-même. Comme Le Paysagiste racontait les rêveries d'un artiste se perdant dans sa création, Empreintes montre une tête qui devient le réceptacle de quantités de motifs, de formes et de mouvements[11].

Il quitte l'Office national du film du Canada en 2005.

Collaborations[modifier | modifier le code]

D'abord monteur, Jacques Drouin collabore au fil des ans avec plusieurs cinéastes, dont Michèle Cournoyer, avec qui il coréalise Spaghettata et pour laquelle il monte quelques films, dont Soif. Au fil des ans, il monte plusieurs courts-métrages d'animation importants (Le château de sable de Co Hoedeman (en), Au bout du fil de Paul Driessen, Luna, luna, luna de Viviane Elnécavé, etc.) et quelques documentaires (Famille et variations de Mireille Dansereau, L'Homme de papier de Jacques Giraldeau) [12].

En 1991, il signe des séquences réalisées à l'écran d'épingles dans le documentaire Les quatre cavaliers de l'apocalypse de Jean-François Mercier[13] et conçoit plusieurs bandes-annonces d'événements (celle de la Semaine du cinéma québécois en 1979; celle du 25e anniversaire de la Cinémathèque québécoise en 1988[4]). Il réalise l'illustration de couverture de l'ouvrage de Giannalberto Bendazzi Alexeïeff - l'itinéraire d'un Maître paru aux éditions Dreamland en 2001[14].

En 2003, il participe au long métrage japonais Jours d'hiver, coordonné par Kihachirō Kawamoto: il est alors l'un des 35 cinéastes d'animation invités à réaliser une strophe de ce renku animé.

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

En tant que monteur[modifier | modifier le code]

En tant qu'animateur[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Durant des 8e Sommets du cinéma d’animation de Montréal en décembre 2009, la Cinémathèque québécoise lui a rendu hommage[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Giannalberto Berdazzi, Cartoons - Le cinéma d'animation, 1892-1992, Paris, Liana Levi, , 704 p. (ISBN 2867460735), p. 535
  2. Marie Claude Mirandette, « Technique inusitée, parcours unique », Ciné-bulles (volume 28, numéro 1),‎ , pages 44-45 (ISSN 0820-8921)
  3. a, b et c Marco de Blois et Marcel Jean, « Entretien avec Jacques Drouin: l'écran d'épingles, ce royaume... », 24 images,‎ décembre 2009-janvier 2010, p. 44-50 (ISSN 0707-9389, lire en ligne)
  4. a et b Jean, Marcel, 1963- et Coulombe, Michel, 1957-, Le dictionnaire du cinéma québécois, Boréal, (ISBN 2764604270, OCLC 66894275, lire en ligne)
  5. [1] Jacques Drouin sur le site de l'Office national du film du Canada
  6. Marcel Jean, « Les douze meilleurs films d’animation produits à l’ONF », 24 images no 43,‎ , p. 32-33 (ISSN 0707-9389, lire en ligne)
  7. « Heure des anges / Nightangel | La Cinémathèque québécoise », sur www.cinematheque.qc.ca (consulté le 21 décembre 2017)
  8. Louise-Véronique Sicotte, « Une leçon de chasse », Séquences no 218,‎ mars-avril 2002, p. 35 (ISSN 0037-2412, lire en ligne)
  9. Jean, Marcel, 1963-, Dictionnaire des films québécois (ISBN 9782924283677, OCLC 900394181, lire en ligne)
  10. « Jacques Drouin: entre ombre et lumière | Mario Cloutier | Nouvelles », La Presse,‎ (lire en ligne)
  11. Marco de Blois, « Dans le ventre de l'écran d'épingles », 24 images no 118,‎ , p. 55 (ISSN 0707-9389, lire en ligne)
  12. Coulombe, Michel., Jean, Marcel, 1963- et Carrière, Louise., Le Dictionnaire du cinéma québécois, Boréal, (ISBN 2890522660, OCLC 20934601, lire en ligne)
  13. Office national du film du Canada, « Les quatre cavaliers de l'Apocalypse » (consulté le 21 décembre 2017)
  14. Bendazzi, Giannalberto., Alexeieff : itinéraire d'un maître, Centre international du cinéma d'animation, (ISBN 9782910027759, OCLC 53840158, lire en ligne)
  15. « Hommage au maître Jacques Drouin | La Cinémathèque québécoise », sur www.cinematheque.qc.ca (consulté le 21 décembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en + fr + de) Anima Mundi et Julius Wiedemann, Animation now!, Cologne, Taschen, , 573 p. (ISBN 9783822825884, OCLC 57053486)
  • Janick Beaulieu, « Jacques Drouin », Séquences, no 91,‎ , p. 37-44 (ISSN 1923-5100, lire en ligne)
  • Michel Coulombe, « « L'animation exige beaucoup trop de temps pour qu'on se contente d'être un exécutant » - Jacques Drouin », Ciné-bulles, vol. 23, no 4,‎ , p. 30-34 (ISSN 1923-3221, lire en ligne)
  • Steeve Laprise, « Profession : preneur de son et diplomate : le métier de preneur de son au cinéma », Qui fait quoi, no 121,‎ 15 avril - 15 mai 1994, p. 10-11 (ISSN 0828-6140)
  • (en) Jeff Lenburg, Who's who in animated cartoons : An international guide to film & television's award-winning and legendary animators, Montclair, Applause Theatre & Cinema Books, , 381 p. (ISBN 9781557836717, OCLC 63187407)
  • Marie-Claude Mirandette, « Coffret Jacques Drouin : technique inusitée, parcours unique », Ciné-bulles, vol. 28, no 1,‎ , p. 44-45 (ISSN 1923-3221, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]