Jacques Delpla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Delpla
Jacques Delpla (2).jpg
Jacques Delpla en septembre 2010
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
FoixVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Jacques Delpla, né le à Foix (Ariège) est un économiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Élève au lycée Gabriel Fauré de Foix, il obtient le baccalauréat mention bien en juin 1984.

Il passe ensuite trois ans en classes préparatoires B/L au lycée Henri-IV. Il est reçu 10e en 1987 au concours d'entrée de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. Il décroche une licence de philosophie ainsi qu'une maîtrise d'économie à l'université de la Sorbonne.

Il est diplômé de l'École nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE, 1990 - 1992) et agrégé de sciences sociales (1990, classé 5ème), il a également suivi des études d'économie à Harvard entre 1991 et 1992.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

De 1992 à 1994, il est conseiller économique du gouvernement russe. Résident à Moscou, il travaille dans l'équipe de l'Américain Jeffrey Sachs, du Suédois Anders Åslund (en) et du Français Charles Wyplosz.

De à , il est conseiller technique au cabinet des ministres des Finances Hervé Gaymard, Jean Arthuis puis Yves Galland.

En , il est chef économiste de Barclays Capital Paris, puis de mai à novembre 2004 conseiller économique auprès de Nicolas Sarkozy alors ministre de l'Économie et des Finances. Depuis , il est économiste et conseiller sur le marché des capitaux à la BNP Paribas - Banque de Financement et d'Investissement.

Il est membre du Conseil d'analyse économique de 2004 à 2012[1].

Depuis , il tient une chronique mensuelle dans le journal Les Échos sur le thème comment la théorie économique éclaire les débats de politique économique.

En , il a été nommé à la Commission pour la libération de la croissance française dite Commission Attali.

Parcours dans l'enseignement[modifier | modifier le code]

Il devient pendant un an à partir de 1994 professeur en sciences économiques et sociales au lycée Marcelin-Berthelot à Saint-Maur-des-Fossés pour valider son agrégation.

Il a été chargé de cours à HEC Paris (1992-2001) et à l'Institut de Sciences politiques (1994).

En , il rejoint le comité de direction du think-tank Droit & Croissance[2].

Depuis , il est Professeur-associé à la Toulouse School of Economics (TSE)[3].

Prises de positions[modifier | modifier le code]

En , il publie dans Les Échos un article "Dette bleue et dettes rouges pour sauver l'euro", présentant une idée innovante : diviser juridiquement la dette publique de chaque pays en deux parties.

Lors de l'élection présidentielle de 2017, il apporte son soutien à Emmanuel Macron[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]