Jacques Debû-Bridel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacques Debû-Bridel (Mézières-en-Drouais, Eure-et-Loir, - Paris, (à 91 ans) est un homme politique français. Résistant (membre du Conseil national de la Résistance), sénateur gaulliste (RPF) (1948-1958), directeur des informations de Radio Monte-Carlo (1960-1967), un des leaders du gaullisme de gauche (Union démocratique du travail).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Debû-Bridel est le fils de Gabriel Debû, pasteur protestant, et d'Ernestine Bridel et le petit-fils de Philippe Bridel (1852-1936), philosophe suisse. Il entre en 1912 au collège Rotrou de Dreux (Eure-et-Loir)[1], puis au collège cantonal de Lausanne. Après des études à la Faculté de droit de Paris, il entre à l'École libre des sciences politiques[2], puis se lance dans le journalisme, les lettres et la politique. Il fait ses débuts de journaliste en 1922, au quotidien L’Éclair alors dirigé par Émile Buré, qu'il retrouve de 1929 à 1935 au quotidien L'Ordre pour lequel il est chroniqueur parlementaire[3].

Disciple de Maurice Barrès, il est membre de la Ligue des patriotes. Il devient membre du mouvement fasciste Le Faisceau de Georges Valois : il est rédacteur à son périodique, Le Nouveau Siècle, et secrétaire du délégué à la propagande financière[4]. Mais il rompt avec Valois en 1926 et réintègre l'Action française[5]. Il est condamné en justice comme les dirigeants de l'AF pour avoir diffamé Valois[6]. Il reste proche sinon membre de l'AF jusqu'en 1930, collaborant au quotidien L'Action française et donnant des conférences pour la ligue[7]. Il adhère ensuite à la Fédération républicaine de Louis Marin, se présente sans succès aux législatives de 1932 contre Pierre Cot, crée en 1933 un éphémère Mouvement national populaire et devient un cadre de l'Union pour la nation d'Henry Franklin-Bouillon[8].

Il rentre au cabinet d'André Tardieu dans les années 1930. Parallèlement il entame une carrière littéraire à La Nouvelle Revue française où il se lie d'une amitié indéfectible avec Jean Paulhan. Frères esclaves paraît en 1934, Jeunes ménages obtient le prix Interallié en 1935. Militant anti-nazi dès 1935, il entre en résistance dès octobre 1940, à l'Organisation Civile et Militaire et au NAP (Noyautage de l'Administration Publique).

En septembre 1941, à l'initiative de Jean Paulhan, il rencontre Jacques Decour. Les trois hommes, bientôt rejoints par Jean Blanzat, sont à l'origine du Comité national des écrivains. En 1943, il est membre du Conseil national de la Résistance (CNR) en tant que représentant de la Fédération républicaine (parti de la droite catholique), et contribue à la rédaction du Journal du Front national. Son frère Étienne, lieutenant pilote au groupe Lorraine, meurt au combat le 29 juillet 1944. En 1944, Jacques Debû-Bridel est désigné par le général de Gaulle pour faire partie de l'Assemblée Consultative Provisoire. Ses deux témoignages, Déroute et Sous la cendre, restent fondamentaux pour la période et doivent beaucoup à l'aide de Jean Paulhan.

En 1947, Jacques Debû-Bridel rejoint le Rassemblement du peuple français (RPF) fondé par le général de Gaulle. Il est élu sénateur de la Seine (1948-1958).

Au cours des années 1960, Jacques Debû-Bridel est directeur des informations de Radio Monte-Carlo (1960-1967) et en même temps un des dirigeants de l'Union démocratique du travail (UDT), le grand parti gaulliste de gauche qui fusionne en 1962 avec l'UNR pour réunir les gaullistes au sein de l'UDR.

Constatant l'éparpillement des gaullistes de gauche à la fin des années 1970 et ne se reconnaissant pas dans le néo-gaullisme du RPR, il fonde la Nouvelle Union Démocratique du Travail (nouvelle UDT) en 1979.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1927, il se marie avec Marie-Adélaïde Pluzanski. La bénédiction nuptiale est donnée le 13 août à l'église Sainte-Marie-des-Batignolles[9]. Il a deux enfants : France, épouse de Frédéric Rhode, et Sonia, épouse de Jean-Pierre Mahaim de Perregaux[2].

À la fin de sa vie, il vit à Montigny-sur-Avre (Eure-et-Loir)[10] et à Paris 15, rue des Barres[2].

Ses archives privées ont été dispersées à Chartres le 30 mai 2010.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Dans le film Paris brûle-t-il ?, son rôle est interprété par Michael Lonsdale.

Publications[modifier | modifier le code]

Comme écrivain, Jacques Debû-Bridel a publié une vingtaine de romans et d'essais, parmi lesquels :

  • Frère esclave, Gallimard, 1934
  • Jeunes ménages, Gallimard, 1935
  • Secondes noces, Gallimard, 1937
  • Anne-Geneviève de Bourbon, Gallimard, 1938
  • Angleterre - (D'Alcuin à Huxley). Publié sous le nom de Argonne, qui était son pseudonyme, en clandestinité, par les Éditions de Minuit, 1943
  • Les Scandales du ravitaillement, s.n., 1945
  • Les Éditions de Minuit, Éditions de Minuit, 1945
  • Déroute, Gallimard, 1945
  • Carthage n'est pas détruite, Les Éditions universelles, 1945
  • La Fayette, une vie au service de la liberté, Les éditions de la nouvelle France, 1945.
  • Charles Fourier, éd. des Trois Collines, Genève, 1946
  • Histoire du marché noir, Jeune Parque, 1947
  • L'Agonie de la Troisième République. 1929-1939, Éditions du bateau ivre, 1948
  • Le Secret d'Émilie Brontë, Ferenczi, 1950
  • Sous la cendre, Gallimard, 1951
  • La Conjuration d'Amboise, Del Duca, 1963
  • Les Journées de Paris (trois volumes, de Philippe-Auguste à Mai 1968), Del Duca, 1960-72
  • La Résistance intellectuelle, Julliard, 1970
  • De Gaulle et le CNR, Éditions France-Empire, 1978
  • Un vieil homme et sa caniche, Éditions France-Empire, 1980

Distinctions[modifier | modifier le code]

Jacques Debû-Bridel est :

En 2000, la place Jacques-Debu-Bridel, située à l'entrée du parc Montsouris dans le 14e arrondissement de Paris, prend son nom en hommage.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal L'Action républicaine du 26 août 1980 : "Ancien élève du collège Rotrou. Jacques Debû-Bridel l'ami des hommes et des animaux."
  2. a b et c Who’s Who in France : dictionnaire biographique, Éditions Jacques Lafitte, .
  3. Jacques Debû-Bridel, L'Agonie de la Troisième République 1929-1939, Paris, Ed. du Bateau Ivre, 1948, p. 21
  4. L'Action française, 5 novembre 1926, Ibid., 7 novembre 1926
  5. Ibidem
  6. L'Action française, 11 avril 1929
  7. L'Action française, 24 novembre 1929
  8. Le Petit Journal, 29 mars 1934
  9. L'Action française du 3 septembre 1927, page 2 et du 4 septembre 1927, page 5.
  10. Journal L'Action républicaine du 26 août 1980 : "Il s'est retiré à Montigny-sur-Avre, au hameau de Flouville, entouré par ses petits-enfants et son chien."