Jacques Cortès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la linguistique image illustrant une personnalité image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la linguistique et une personnalité française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jacques Cortès
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Autres informations
Distinctions

Jacques Cortès, né en 1935 à Constantine en Algérie, est un universitaire et linguiste français.

Spécialiste en didactologie des langues et des cultures et professeur émérite en sciences du langage de l'université de Rouen, il est considéré comme une des personnalités déterminantes dans l'émergence du français langue étrangère en tant qu'objet d'étude et de formation autonome, notamment à la suite de sa participation aux travaux de la commission Auba en 1981, puis de la création du GERFLINT en 1999.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Cortès a d'abord été instituteur en Algérie où il avait suivi les cours des écoles normales d'instituteurs de Constantine, puis d'Oran. Après une licence de lettres à l'université de Rennes, il part pour le Japon pour y enseigner la littérature et la langue française au lycée français de Tokyo et à l'université Chūō. Il s'intéresse aussi à la formation des enseignants de français et organise le premier colloque franco-japonais consacré à l'enseignement du français dans ce pays.

Il rédige un mémoire de maîtrise qui traite de la syntaxe des propositions temporelles dans un roman de Chrétien de Troyes : Perceval le Gallois ou le Conte du Graal. Son doctorat, passé en 1970 sous la direction de Jean Gagnepain, a aussi pour objet la syntaxe (thèse intitulée La Fonction adjective dans le français contemporain : Essai de définition structurale).

Son œuvre majeure du point de vue académique est sa participation à la Grammaire fonctionnelle du français, écrite entre autres avec André Martinet et publiée par les éditions Didier en 1979. L'intégralité de sa théorie de l'adjectif en constitue une partie intégrale.

Parallèlement à ses travaux universitaires, il joue un grand rôle dans les structures académiques d'enseignement et de recherche. Après avoir été en poste au Maroc (université de Rabat) et à Kinshasa (pour l'UNESCO), il prend un poste au Centre de recherche et d'étude pour la diffusion du français (CREDIF) de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, dont il est directeur-adjoint puis directeur pendant neuf ans. Il est l'auteur ou favorise la publication de nouvelles méthodes de Français langue étrangère (FLE), dont Le Machin (4 tomes) qui s'adresse à un public de débutants ayant de l'intérêt pour la technologie, les manuels Interlignes et Archipel[1]. Il lance, en collaboration avec l'Alliance française, la publication du magazine Reflets, puis l'édition de deux collections très importantes pour le développement du FLE : Essais et LAL aux éditions Hatier. Il crée aussi pour la Mission laïque française (MLF) le magazine Pages d'écritures édité notamment pour le réseau américain de cet organisme.

En 1981, Alain Savary, ministre de l’Éducation nationale, le nomme membre de la commission Auba et il organise une enquête dont le but est d'évaluer le niveau de l'enseignement du FLE dans les universités. Le rapport qui paraît à la suite de cette enquête contribue à l'instauration en France des filières universitaires de FLE (création des mentions de licence et des maîtrises).

En 1999, il créé le GERFLINT (Groupe d’études et de recherches pour le français langue internationale), qu'il préside. Le principe fondateur du GERFLINT, dont le président d'honneur est Edgar Morin, est la défense de la recherche scientifique francophone dans l’ensemble des sciences humaines. Il a pour vocation de promouvoir le dialogue entre les disciplines, les langues et les cultures, et existe actuellement dans une trentaine de pays. Il édite une trentaine de revues dans le cadre de son programme mondial de diffusion scientifique francophone en réseau : les revues Synergies, intégralement accessibles en ligne.

Publications[modifier | modifier le code]

Jacques Cortès est l'auteur de nombreux articles[2] parus notamment dans Le Français dans le monde, Études de linguistique appliquée et dans les revues Synergies du Gerflint.

Il a contribué à des ouvrages collectifs, notamment :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]