Jacques Carabain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Carabain
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
SchaerbeekVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité

Jacques Carabain, né à Amsterdam le et décédé à Schaerbeek le , était un peintre de paysages urbains belge d'origine néerlandaise.

Scène de rue à Brunswick

Origine[modifier | modifier le code]

Jacques Carabain est né sous le nom de Jacob Frans Jozef Carabain, fils de Jacob Carabain et Jacoba Scheude Groothuijse. Il se maria à Helena Theodora Ricken et eut trois enfants : Jean-Jacques, Émile-Chrétien et Victor Eugène. Deux de ses fils, Victor Carabain (né vers 1863) et Émile Carabain, furent également des artistes peintres ; Victor peignait principalement des marines et Émile peignait des natures mortes. Jacques Carabain eut un petit-fils, Émile Carabain (né vers 1902) qui était sculpteur.

En 1880, Jacques Carabain obtint la nationalité belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

St. Goar am Rhein

Jacques Carabain fit ses études à l'académie des Arts d'Amsterdam où il fut élève de J. Schoenmaker-Doyer et V. Bing. Bien qu'en début de carrière il réalisa des peintures marines et des paysages fluviaux, il se spécialisa dans la représentation de paysages urbains. Carabain habita et travailla à Amsterdam jusque vers 1856 et déménagea ensuite pour la Belgique, d'abord à Bruxelles, rue du Marché 18 et ensuite à Schaerbeek, rue Vifquin 54. Ses fils Victor et Émile conservèrent ce domicile après le décès de Jacques Carabain.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Jacques Carabain fait partie des meilleurs peintres paysagistes urbains actifs en Belgique au XIXe siècle, tels François Bossuet, François Stroobant, Jan-Michiel Ruyten et Jean-Baptiste Van Moer.

Ses sujets ne se limitaient pas aux vieilles villes de Belgique ou des Pays-Bas, mais également à des paysages urbains pittoresques de pays qu'il a visités, tels que l'Italie, l'Allemagne, la France ou l'Autriche.

Comme ses collègues précités, Jacques Carabain avait une préférence pour la représentation de quartiers moyenâgeux ou baroques ainsi que pour les vieilles églises, les alignements de façades, les places de marché, les fontaines, etc. animés de personnages colorés pris dans leurs occupations quotidiennes.

Il est très difficile de donner une chronologie exacte de ses œuvres, sauf naturellement lorsque celles-ci sont datées. Les dates des œuvres se trouvent au verso des tableaux sur des étiquettes que l'artiste rédigeait. Il y annotait la date et la localisation de l'œuvre et signait l'étiquette. Ces étiquettes sont malheureusement fréquemment manquantes.

Le style de Jacques Carabain était très proche de celui de François Bossuet, bien que plus lumineux et un peu moins précis dans le détail. Il reprit également fréquemment des vieux thèmes à succès, comme ce fut l'usage à son époque.

Vers 1885 il séjourna quelque temps en Australie et y exposa à la Victorian Academy of Arts. Durant son séjour il peignit notamment : Collins Street, Melbourne (1889) Town Hall, Melbourne (1890) et King William Street, Adelaide (1907).

Expositions et récompenses[modifier | modifier le code]

Jacques Carabain participa durant la période de 1852 à 1892 régulièrement aux expositions des Maîtres vivants (Levende Meesters) de La Haye et d'Amsterdam, ainsi qu'à plusieurs salons belges. Il fut médaillé lors des expositions à Londres en 1873 et en 1874 et à Dunkerque en 1876.

Œuvres et expositions (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • Paysage : Tentoonstellingen van Levende Kunstenaars (expositions d'artistes contemporains) - Amsterdam - 1852
  • Paysage rocheux : Tentoonstellingen van Levende Kunstenaars - La Haye - 1853
  • Paysage à Filsen sur le Rhin: Tentoonstelling Levende Meesters (exposition de maîtres contemporains)- Amsterdam 1877
  • Judengasse à Salzbourg : Tentoonstelling Levende Meesters (exposition de maîtres contemporains)- Amsterdam 1877
  • Côte méditerranéenne près de Nice : Tentoonstelling Levende Meesters (exposition de maîtres contemporains)- Amsterdam 1877
  • Via Rocobondo à San-Remo : Tentoonstelling Levende Meesters (exposition de maîtres contemporains)- Amsterdam 1877
  • Piazza delle Erbe à Padoue : Salon - Dijon 1883
  • Dogana di Mare à Venise : Salon - Dijon 1887,
  • Vue sur Cività Lavinia près de Rome : Salon - 1879, Bruges
  • La Lesse vue à la sortie des grottes de Han : Salon - Bruxelles 1881
  • Marché aux légumes sur la Grand'Place de Bruxelles : Salon - Bruxelles 1881
  • Marché aux fleurs sur la Grand'Place de Bruxelles 1886
  • Rue à Narni : Salon - Bruxelles 1881
  • Piazza d'Erbe à Verone : Salon - Bruxelles 1881
  • Marché aux légumes derrière la basilique de Vicence : Salon - Gand 1883
  • L'Arc de San Giuseppe à Sienne : Salon - Gand 1883
  • L'Église de Sint-Kwintens-Lennik 1916
  • Vendeuse de fleurs à Riva au Lac de Garde 1921
  • Via Mezzo à Bordighera
  • Rue de Monterosso
  • Marché au poissons à Chioggia
  • Une noria entre Bordighera et Vintimille
  • La cCte à Amalfi 1902
  • Moulin du Nord 1910
  • Laitière italienne 1926
  • Maisons rustiques à Corti avec lavandière et jeux d'enfants 1926

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. et V. Berko, Dictionnaire des peintres belges nés entre 1750 et 1875, Bruxelles-Knokke, 1981.
  • (nl) P. Scheen, Lexicon der Nederlandse beeldende kunstenaars 1750-1880, 's-Gravenhage, 1981.
  • (en) W.G. Flippo, Lexicon of the Belgian Romantic Painters, Anvers, 1981.
  • (nl) N. Hostyn, Jacques Carabain, Biographie Nationale, 13, Bruxelles, 1990.
  • Le dictionnaire des Peintres Belges, Bruxelles, 1994.
  • (de) Allgemeines Künstlerlexikon, 16, Leizpig-Munich, 1997.
  • (nl) P. Piron, De Belgische beeldende kunstenaars uit de 19de en 20ste eeuw, Bruxelles, 1999.
  • (nl) W. & G. Pas, Biografisch Lexicon Plastische Kunst in België. Schilders- beeldhouwers – grafici 1830-2000, Anvers, 2000.
  • (nl) P.M.J.E. Jacobs, Beeldend Benelux. Biografisch handboek, Tilburg, 2000.
  • W. & G. Pas, Dictionnaire biographique arts plastiques en Belgique. Peintres-sculpteurs-graveurs 1800-2002, Anvers, 2002.
  • P. Sanchez, Les Salons de Dijon 1771-1950, Dijon, 2002.
  • P. Piron, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, 2003.
  • (en) Roger Blackley, Commentaries on Jacques Carabain; The Guide: Auckland Art Gallery Toi o Tamaki, Auckland et Londres, Auckland Art Gallery Toi o Tamaki; Scala Publishers, 2001
  • E. Benezit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs; Librairie Gründ, Paris 1976 (ISBN 2-7000-0151-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :