Jacques Camoreyt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Camoreyt
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jacques Marie Omer Camoreyt
Nationalité
Activité
Maître

Jacques Marie Omer Camoreyt, né le 11 septembre 1871 à Lectoure (Gers), mort le 22 avril 1963 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), est un peintre, graveur et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Julien Camoreyt praticien (agent d’affaires) et de Marie Ernestine Barennes, tailleuse de robes. Probablement encouragé par Eugène Camoreyt, un de ses parents, fondateur du musée de Lectoure et professeur de dessin au collège, il se rend à Paris et est l’élève des peintres Léon Bonnat, Fernand Cormon et Albert Maignan. Dans ce temps il a l’occasion de donner une formation artistique à un de ses cousins, Pierre De Maria (1896-1984)[1].

Membre de la Société des artistes français, il participe aux différents salons organisés par cette société. Il est récompensé par des médailles en 1899, 1900, 1905[2]. Sa peinture se répartit sur deux grands thèmes majeurs ; peinture de genre (femmes, intérieurs, poupées) et paysages marins, vues de ports, non seulement en France mais en Italie et en Orient, comme en Turquie (vues d’Istanbul et du Bosphore, 1894-95).

Il est aussi graveur, principalement à l’eau-forte. Illustrateur, dans un style marqué par son métier académique mais d’une très efficace simplicité, avec une grande science dans le traitement des lumières et des ombres, il réalise de nombreuses illustrations de presse (La Vie au grand air, 1905), il met en images une nouvelle d’Arthur Conan Doyle, The Mystery of the Dancing Men (1902), reprise en France par le journal Je sais tout (Les Danseurs, 1905) ; pour Je sais tout, des illustrations d’Arsène Lupin de Maurice Leblanc. Ses aquarelles d’avions de la Première Guerre mondiale sont abondamment reproduites.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Les peintures de Jacques Camoreyt passent régulièrement en salles des ventes.

  • Le musée Bonnat de Bayonne possède une « Marine », 1899, huile sur toile, 177 x 210.9.
  • Au musée commercial de la chambre de commerce de Dunkerque (Nord), un Pêcheur hollandais, estampe (eau-forte)[3].
  • À Evanston, près de Chicago, la Nichols School présente une peinture murale réalisée par Jacques Camoreyt en 1929 d’après Francesco Guardi et Félix Ziem, une vue du Grand Canal et de Santa Maria della Salute à Venise. Peinte en France, la toile a été marouflée sur le mur de la bibliothèque derrière une double arche ogivale[4],[5].

Illustrations de livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site pierredemaria.com
  2. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 232
  3. Archives nationales
  4. Google books
  5. City of Evanston

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Courtès (dir), Le Gers, dictionnaire biographique de l’Antiquité à nos jours, Auch, Société archéologique du Gers, 1999

Liens externes[modifier | modifier le code]