Jacques Breyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Breyer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalité

Jacques Breyer (né le à Noyon et mort le ), est un auteur ésotériste, père du néo-templarisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1922 d'une famille de viticulteurs, Jacques Breyer passe son enfance en Anjou. Ses études secondaires sont interrompues par la guerre, et il s'engage dans la Résistance. Arrêté par la Gestapo en 1944, il est déporté à Buchenwald puis Flöha, où il rencontre Robert Desnos[1].

Tuberculeux et grand invalide de guerre, il va se soigner dans les Pyrénées. Héritant d'objets ayant appartenu à son grand-père compagnon tailleur de pierre, dont un grimoire de plantes médicinales, il va entamer une quête initiatique qui durera toute sa vie[1].

En 1952 il s'installe pendant sept ans au château d'Arginy[2] à Charentay dans le Beaujolais, dans lequel aurait été caché le trésor des Templiers, et où il se lance dans des opérations théurgiques[1]. Il y lance une résurgence de l'ordre du Temple médiévale, avec, entre autres le journaliste Marcel Veyre de Bagot et l'alchimiste et astrologue Armand Barbault : « À l’issue d’une opération particulière, conduite le 12 juin 1952, les trois occultistes sont convaincus d’entrer en contact avec l’égrégore de l’Ordre du Temple médiéval et ce sera pour eux le jour d’une "nouvelle ère du Temple" »[3]. Pendant cette période il publie Dante alchimiste (1957) et Arcanes solaires ou les secrets du temple solaire (1959). En 1959, Breyer retourne à Paris, et en 1964, il se dissocie d'une partie du groupe, au sein de laquelle Jean Soucasse [21/03/1921 - 28/08/2009] fondera en 1967 un Ordre souverain du Temple solaire (OSTS)[1].

De 1968 à 1975, Breyer dirige des ateliers de métaphysique et travaille en solitaire sur l'alchimie, la théurgie et le symbolisme. C’est dans cette période qu’il publie son œuvre majeure : Terre-Oméga (La Voie - L’Arcane - Les Clefs). De 1978 à 1991, il participe à la création du Centre Ergonia (qui sera son éditeur jusqu’à son décès) où il fera de nombreuses conférences. Invité par la fondation Golden way de Luc Jouret et Joseph di Mambro, il s'éloigne en 1987 et condamne en 1994 ce qui était devenu l'Ordre du Temple solaire[1].

Il meurt en 1996.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1957 Dante alchimiste (un seul tome est paru, celui consacré à L'Enfer)
  • 1959 Arcanes solaires
  • 1970 Oubah. Pièce satirique
  • 1970 Le Dieu mauve. Pièce satirique
  • 1974 Terre Oméga
  • 1979 Au Dessus des Tombeaux. Viatique
  • 1984 Vaincre la Seconde Mort. Étude des Nombres
  • 1989 Le Philosophe. L'Écologie spiritualiste
  • 1990 Les Forces Occultes du Bonsaï. Horticulture Sacrée
  • 1992 Il faut souffrir pour être beau
  • 1994 Clefs Opératives Vérifiées. Comment Tirer notre Épingle du Jeu
  • Conférences enregistrées de 1972 à 1994

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Yves Marie Hilaire (dir.), Jean Marie Mayeur, Jean-Pierre Chantin (dir.) et al., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 10 : Les marges du christianisme "sectes", discideces, ésotérisme, Paris, Beauchesne, , 277 p. (ISBN 978-2-7010-1418-0, OCLC 422174063, présentation en ligne), « Serge Caillet : Jacques Breyer »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Yves Marie Hilaire (dir.), Jean Marie Mayeur, Jean-Pierre Chantin (dir.) et al., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 10 : Les marges du christianisme "sectes", discideces, ésotérisme, Paris, Beauchesne, , 277 p. (ISBN 978-2-7010-1418-0, OCLC 422174063, présentation en ligne), « Jacques Breyer par Serge Caillet »
  2. http://www.insolite.asso.fr/insolite/arginy.htm
  3. http://sergecaillet.blogspot.com/2007/05/trois-sicles-de-rsurgences-templires.html

Liens externes[modifier | modifier le code]