Jacques Bignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Bignan en 1928.

Jacques Bignan (1888-1973) était un sous-traitant et constructeur automobile français de l'entre-deux-guerres, mais aussi un pilote de Grand Prix et de rallyes occasionnel.

Avant-guerre, il fut manufacturier de pièces de moteurs et de mécaniques de précision pour divers constructeurs, de 1911 à 1914.

Au sortir de la Première Guerre mondiale, Bignan s'installa à Courbevoie Levallois-Perret, devenant essentiellement partenaire de la marque Grégoire située à Poissy, produisant ses propres véhicules sportifs, ou de tourisme ordinaire, en versions limitées (une dizaine par an) dès 1918 (propulsées par des 4 cylindres Salmson de 3 à 3,5 litres, que Bignan a l'autorisation également de fabriquer, sous licence).

Les automobiles Bignan débutent à la Coupe Internationale des Voiturettes le 30 août 1920 sur le circuit du Mans (pilote M. Nougue), catégorie voiturettes (cyclecars 1,5L. moteur Salmson), terminant secondes derrière Bugatti (le 3e est Delaunay, également sur Bignan). Elles remportent en 1921 le Grand Prix de Corse, pilote Albert Guyot, avec un moteur 3L. 4 cylindres arbre à cames en tête et 16 soupapes, ainsi que le Grand Prix de Guipúzcoa en 1923 avec Jean Martin et en 1924 avec Jean Matthys. Elles termineront aussi 3e (Bignan 11HP Desmo Sport 2L. - pilotes Paul Gros et le belge Raymond de Tornaco) et 5e (Bignan 11HP Commercial 2L. - Pilotes Philippe de Marne et Jean Martin) de l'édition des 24 Heures du Mans 1923 (1re édition; retour les 3 années suivantes), remportant même le Grand Prix de Belgique Sport en 1924 à Spa, catégorie 2 Litres sur 24 heures (1re édition, pilotes Henri Springuel et Maurice Becquet). 1924 fut l'année la plus fructueuse pour la marque, également 1re, en catégorie 2L., aux Kilomètre lancé de Cronenbourg (pilote Buiscard), et à la Course de côte de Poix (pilote Ramus), l'apothéose étant la victoire au 3e Rallye Monte-Carlo, avec le belge Jacques Edouard Ledure (citons aussi une 2e place à la course de côte du Ballon d'Alsace catégorie tourisme amateurs 2L. cette année-là).

La firme bat même le record du monde des 3000 km sur l'autodrome de Montlhéry, toujours en 1924 (l'année de sa construction), grâce à Pierre Gros et Pierre Clause, à 124 km/h de moyenne.

Cette série de succès lui permet de racheter les installations de Grégoire à Poissy, qui arrête sa propre production en 1924.

Après la Corse, Guipúzcoa et la Belgique, Bignan remporte son 5e Grand Prix en 1925 au GP du Comminges (1re édition, avec Goury), son 6e au GP de la Marne grâce à Pierre Clause, et enfin son 7e et dernier en Allemagne en 1926 toujours avec Clause.

Des problèmes financiers entraîneront à leur tour la cessation d'activité de Bignan en 1928, après avoir été rachetée en 1926 par Carrosserie Générale Automobile (CGA, des Établissements Henry Précloux). La maintenance restante sera confidentiellement, assurée jusqu'en 1933, sous le nom de groupe de La Cigogne S.A.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (49e division).

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Rallye automobile de Monte-Carlo: 1928, sur Fiat 509 (après victoire de sa propre marque en 1924) ;
  • Grand Prix d'Anjou: 1914, sur châssis Grégoire (catégorie 1,5 litre à 2,5 litres, moteur Bignan-Picker de 2,15 L.; coéquipier Henry de Courcelles), sur la voiture prêtée par Philippe de Marne, alors pilote officiel Grégoire (voir Le Mans 1923 supra., pour ce service rendu).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :