Jacques Bertrand (chansonnier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Bertrand et Bertrand.
Jacques Bertrand
Jacques Bertrand - 02.jpg
Jacques Bertrand. Plaque commémorative anciennement placée sur sa maison natale et actuellement sur une stèle sur la place du Bourdon à Charleroi
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
CharleroiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jacques Bertrand est un chansonnier belge de langue wallonne, né à Charleroi le et y décédé le . Il exploitait un atelier de chaisier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Jacques Bertrand, immeuble construit par Jacques Bertrand en 1873.

Jacques Bertrand est né le à Charleroi dans la rue de Nalinne située à la Ville-Haute. Son père, Blaise, est originaire de Baileux. Sa mère, Marie Dourlet, est Carolorégienne. Jacques est le quatrième enfant d'une fratrie de six filles et de quatre garçons.

Dès l'âge de 10 ans, il quitte l'école pour devenir apprenti chaisier chez son beau-frère, Dedecker. L'apprentissage terminé, il complète sa formation professionnelle en effectuant pendant deux ans son « Tour de France ». Revenu à Charleroi, il ouvre un atelier au domicile de ses parents.

Le , il épouse Pauline Quenne, fille de boulanger. Le couple s'installe à la rue de l'Aigle noir, dans la maison d'Albert Thibaut, cousin germain et meilleur ami de Jacques. Là naissent deux fils, Jules et Léopold.

En 1873, il fait construire une maison à la Place du Manège où il exploite un café[1].

La mort de son épouse le l'affecte profondément, tout comme celle de son cousin le .

Il meurt le . Ses funérailles se déroulent au milieu d'une grande affluence[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Jacques Bertrand a plus de trente ans quand il commence à écrire des chansons[3]. Il composa jusqu'à la mort de son épouse et de son ami Albert Thibaut[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vandereuse 1960, p. 9.
  2. a et b Vandereuse 1960, p. 10.
  3. Vandereuse 1960, p. 11.
  4. Vandereuse 1960, p. 63-64.
  5. Chantée sur un air de Joseph-Denis Doche repris à partir de la chanson du goguettier Paul Émile Debraux Te souviens-tu ?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Bertrand, Pierre Arcq, Jean-Luc Fauconnier et Jacques Lardinois, Sintèz come èm keûr bat ! : Choix de chansons populaires, Charleroi, èl bourdon, , 111 p. (ISBN 978-2-930364-81-0)
  • Conseil de la musique de la Communauté française de Belgique, Dictionnaire de la chanson en Wallonie et à Bruxelles, Liège, Pierre Mardaga (ISBN 2-87009-600-3, lire en ligne), p. 76-77.
  • Willy Seron, « Bertrand chantre wallon du pays de Charleroi », Carolo Service,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2019).
  • Jules Vandereuse, Les Œuvres Wallonnes de Jacques Bertrand, édition définitive, Charleroi, Éditions de l'Association littéraire wallonne de Charleroi, , 185 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]