Jacques Babinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Babinet.
Jacques Babinet
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Babinet
Naissance
Lusignan (France)
Décès (à 78 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France Français
Domaines Mathématiques, Physique, Astronomie
Institutions Collège de France
Sorbonne
Diplôme École polytechnique
École d'application de l'artillerie et du génie
Renommé pour Principe de Babinet

Jacques Babinet ( à Lusignan, Vienne, France - à Paris), est un mathématicien, physicien et astronome français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à Poitiers avant de venir à Paris en 1811. En 1812, il entre à l'École polytechnique. L’année suivante, il est admis à l’École d'application de l'artillerie et du génie de Metz. Après être devenu officier d’artillerie en 1814, il abandonne la carrière des armes en 1815.

Il devient professeur de mathématiques à Fontenay-le-Comte en 1816. L’année suivante, il obtient son baccalauréat de sciences et devient professeur de physique à Poitiers. En 1820, il devient professeur de physique au collège Saint-Louis de Paris et épouse Adélaïde Laugier la même année, union dont naîtront deux fils, Charles et Léon.

En 1822, il fait paraître avec André-Marie Ampère (1775-1836) un Exposé des nouvelles découvertes sur l’électricité et le magnétisme. En 1828, il succède à Augustin Fresnel (1788-1827) au sein de la Société philomathique de Paris. En 1831, il devient examinateur à l’École polytechnique, d’abord en physique puis en géométrie descriptive. Il est alors fait chevalier de la Légion d'honneur.

Babinet supplée Ampère au Collège de France puis à la Sorbonne. En 1840, il devient membre de l'Académie des sciences. L’année suivante, il devient bibliothécaire au Bureau des longitudes. En 1854, il devient astronome adjoint à l’observatoire de Paris. Il commence à faire paraître en 1855 ses Études et Lectures sur les sciences d’observation. En 1864, il devient membre de la Société d’encouragement pour la locomotion aérienne au moyen d’appareils plus lourds que l’air.

Il publie de nombreux mémoires dans les Annales de physique et de chimie, de 1824 à 1841, et dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences, de 1837 à 1865. Il travaille notamment sur la météorologie et invente une machine pneumatique réputée pour son efficacité. Il a également créé le goniomètre, un instrument, qui comme son nom l'indique ("gonio" = angle) permet la mesure des angles dièdres formés par les surfaces d'un prisme. En minéralogie et optique, il sert à mesurer les angles des cristaux.

Babinet a calculé à partir de l'observation d'une étoile de faible luminosité masquée par le passage d'une comète que la queue cométaire est 20 milliards de milliards de fois moins dense que l'air[1].

Vulgarisateur scientifique actif, Babinet a fait paraître de nombreux articles dans le Journal des débats et La Revue des deux Mondes. De même, il fait de nombreux exposés tant sur les sciences que sur les avancées techniques de son temps.

Il fut également ami et d'une aide précieuse pour Jules Verne, lors de la rédaction de Vingt mille lieues sous les mers, où ils purent échanger autour de données scientifiques concernant le sous-marin et ainsi rendre son existence plausible dans son récit.

Son travail a fait l'objet d'une série de caricatures de Daumier.

Œuvres scientifiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : compensateur de Soleil-Babinet.

Le compensateur de Babinet est un instrument de mesure de la biréfringence. Il fut également l'inventeur d'un goniomètre, d'un polariscope, d'un photomètre [2] et du robinet à trois voix (encore utilisé aujourd'hui pour des expériences de chimie).

Source[modifier | modifier le code]

  • J. Dhombres (dir.) et Hughes Chabot, « Jacques Babinet : un savant vulgarisateur », Aventures scientifiques. Savants en Poitou-Charentes du XVIe au XXe siècle, Poitiers, Les éditions de l’Actualité Poitou-Charentes,‎ , p. 16-29 (ISBN 978-2-91132-000-2).


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Janet Borg et Anny-Chantal Levasseur-Regourd (préf. Hubert Reeves), L'exploration cométaire : De l'Antiquité à Rosetta, Paris, Nouveau monde éditions, coll. « Histoire des sciences », , 231 p. (ISBN 978-2-36942-524-3), chap. 1 (« Aux origines de l'astronomie cométaire »), p. 21.
  2. http://www.sabix.org/bulletin/b5/babinet.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :