Jacques Antoine Charles Bresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un ingénieur
Cet article est une ébauche concernant un ingénieur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jacques Antoine Charles Bresse
JAC BRESSE.jpg

Jacques Antoine Charles Bresse

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

Jacques Antoine Charles Bresse est un ingénieur en chef des ponts et chaussées français né à Vienne (Isère) le , et mort à Paris le (à 60 ans).

On lui doit plusieurs formules de calcul des ponts métalliques du chemin de fer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bresse obtient son diplôme de l'École polytechnique en 1843 puis entre à l'École des ponts et chaussées. À la sortie de l'école d'application, il est nommé ingénieur des ponts et chaussées et passe quelques années dans le département de Lot-et-Garonne, puis de l'Isère.

Il se fait remarquer en 1848 en publiant dans les Annales des ponts et chaussées un article : Études théoriques sur la résistance des arcs employés dans les ponts en fonte ou en bois[1]. Il est alors immédiatement attaché comme répartiteur au cours de mécanique appliquée de l'École des ponts et chaussées de Jean-Baptiste Charles Bélanger. En 1851 il est attaché comme répartiteur à l'École polytechnique.

En 1853, il succède à Jean-Baptiste Charles Bélanger comme professeur de mécanique appliquée à ENPC et de mécanique et machines à l'École polytechnique [2]. En 1855, il remanie complètement ses études sur la résistance des pièces courbes.

Bresse est alors reconnu pour ses travaux sur la flexion des poutres et arc, domaine dans lequel il est l'un des contributeurs majeurs avec Barré de Saint-Venant[3]. Tous deux développent leurs travaux à partir du travail d'Henri Navier[4]. Bresse systématise le travail autour des arches et dresse un tableau de tous les cas particuliers[5],[6]. Ses équations dites "Équations de Bresse ou de Navier-Bresse" sont présentées dans le document à télécharger.

Il reçoit en 1874 le Prix Poncelet de l'Académie et entre en 1880 à l'Académie des sciences, section mécanique[7]. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1880[8].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches analytiques sur la flexion et la résistance des pièces courbes, 1854 (avec Tables Numériques).
  • Cours de mécanique appliquée, professé à l'École impériale des ponts et chaussées, 1880
  • Cours de mécanique et machines professé à l'École polytechnique, 1885

Hommages[modifier | modifier le code]

Son nom est inscrit sur la Tour Eiffel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bresse, Études théoriques sur la résistance des arcs employés dans les ponts en fonte ou en bois, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1848, 1er semestre, p. 150-193 (lire en ligne)
  2. (en) Stephen P. Timoshenko, History of strength of materials: with a brief account of the history of theory of elasticity and theory of structures, Courier Dover Publications, 1983, p.146.
  3. (en) Leonardo Fernández Troyano, Bridge engineering : a global perspective, Thomas Telford, 2003, p.356.
  4. (en) Leonardo Fernández Troyano, op. cit., p.281.
  5. (en) Stephen P. Timoshenko, op. cit., p.149.
  6. Pour la théorie précise de Bresse, voir : Stephen P. Timoshenko, op. cit., p.145-152.
  7. (en) Stephen P. Timoshenko, op. cit., p.147.
  8. « Notice no LH/358/36 », base Léonore, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]