Jacques Amédée Doléris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Amédée Doléris
Doleris.JPG
Le médecin en 1922
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
PauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Jacques Amédée Doléris était un médecin et homme politique français, né le à Lembeye (Pyrénées-Atlantiques) et mort le à Pau (Pyrénées-Atlantiques).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Doléris fut un gynécologue de renommée internationale. Il avait fait ses études à Paris, était devenu externe en 1872, interne 1874, et docteur en médecine en 1879. Il travailla avec Louis Pasteur (1822-1895) de 1878 à 1881, et entre 1883 et 1898, tint le poste de chef de service aux hôpitaux La Pitié, Boucicaut, et Saint-Antoine. Pendant la période de 1898 à 1919, une de ses fonctions comme professeur était de donner des conférences aux hôpitaux Boucicaut et Saint-Antoine.

Comme pupille de Pasteur, Doléris se consacra principalement à l'étude de la microbiologie des infections puerpérales, des septicémies et de l'érysipèle. Plus tard il concentra ses efforts en gynécologie (opération de Doléris de retroversion-flexion). Il était membre de l'Académie de médecine et fut le fondateur des Archives d'Obstétrique et de Gynécologie et de Gynécologie.

Il fut député des Basses-Pyrénées du au (Parti républicain, radical et radical-socialiste), président de la Chambre d'agriculture, vice-président du conseil général et maire de Lembeye. Grâce à lui, Lembeye fut l'une des toutes premières villes de France à posséder l'éclairage public.

Il passa sa retraite dans son village, s'occupant activement de la viticulture du Vic-Bilh. Auteur de nombreux ouvrages sur la vigne, il créa à Lembeye en 1910 une chaire spéciale d'agriculture. L'ingénieur qui dirigea cette chaire fut envoyé par le docteur Doléris en Bourgogne pour y étudier les nouvelles méthodes de vinification et les transmettre aux vignerons du Vic-Bilh.

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Avec une très légère faute d'orthographe (Doleris), le docteur Doléris est mentionné dans une citation de l'écrivain Georges Duhamel, qui illustre l'adjectif « émérite » du dictionnaire Petit Robert :

« J'ai suivi parfois la consultation de Doleris, accoucheur émérite... »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De l'endométrite..., Paris, 1887.
  • Du raccourcissement des ligaments ronds, Paris, 1887.
  • Recherches expérimentales sur l'intoxication par le sublimé corrosif employé pour le lavage des muqueuses saines et des plaies, avec Butte, Paris, 1887.
  • Conduite à tenir dans l'avortement, Paris, 1887.
  • Infection et contre-indication du traitement marin chez les femmes neurasthéniques, Clermont, 1894.
  • Introduction à la pratique gynécologie, Paris, 1896.
  • Statistiques et conférences d'obstétrique, Paris, 1898.
  • Métrite et fausses métrites, Paris, 1902.
  • Hygiène et morale sociale, avec Bouscatel, Paris, 1918.
  • La cure de Salies-de-Béarn dans les affections gynécologiques, Paris, 1924.
  • Fybro-myome de la paroi abdominale récidivé, avec Mangin, Paris.
  • Kystes hydratiques du bassin chez la femme. Salpingite à échinocoques, Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Jacques Amédée Doléris », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]