Jacques-Noël Pérès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques-Noël Pérès
Lille - Pasteur Jacques-Noël Pérès - 2.jpg
Fonction
Vénérable Maître (en)
Loge Villard de Honnecourt (d)
-
Yves Trestournel (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Distinctions

Jacques-Noël Pérès, né en 1949 à Paris, est un théologien luthérien français, professeur émérite de théologie patristique et d'histoire de l'Église ancienne à la Faculté de théologie protestante de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord étudiant à Paris, à la Faculté de théologie protestante de Paris et à l'École pratique des hautes études (EPHE), puis à l'Université de Münster (Westphalie), ainsi qu'à l'École des langues orientales anciennes, il est docteur habilité en théologie, diplômé de syriaque et d'éthiopien et élève titulaire de l'EPHE.

Pasteur de la paroisse luthérienne de la Rédemption à Paris 9e (1973-1993), il est ensuite professeur d'histoire du christianisme ancien et patristique à la Faculté de théologie protestante de Paris, dont il est doyen de 1996 à 2000. Il a enseigné l'éthiopien classique (guèze) à l'ELCOA à partir de 1999. Il a fait un mandat de directeur de l'Institut supérieur d'études œcuméniques (ISEO), où il enseignait l'histoire et la théologie des Églises orthodoxes orientales (2008).

Il est professeur émérite de l'Institut protestant de théologie.

Il est vénérable maître de la loge de recherche Villard de Honnecourt appartenant à la Grande Loge nationale française de 1997 à 1999[1],[2].

Axes de recherches[modifier | modifier le code]

En tant que théologien, élève de Marc Lods, comme celui-ci Jacques-Noël Pérès est attentif à souligner la place que tient la tradition, au meilleur sens du terme, c'est-à-dire ce qui est transmis de manière toujours renouvelée du dépôt de la foi, dans le protestantisme en général et dans le luthéranisme en particulier. En tant que spécialiste de l'Éthiopie, ses recherches tendent à mettre en évidence le lien historique, culturel et spirituel qui unit ce pays d'Afrique au monde proche-oriental de l'antiquité tardive.

Ces deux axes de ses travaux le conduisent à défendre ce qu'il estime être une nécessaire diversité du christianisme. Jacques-Noël Pérès est l'auteur de plusieurs publications, notamment il a traduit, pour la Bibliothèque de la Pléiade des textes apocryphes éthiopiens.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • « La Franc-Maçonnerie, voie initiatique, voie mystique », Les Cahiers Villard de Honnecourt, n° 10
  • « Un architecte de la Lumière au XIIIe siècle : Robert Grosseteste », Les Cahiers Villard de Honnecourt, n° 10
  • L’Épître des apôtres et le Testament de N.S. Jésus-Christ, traduction de l’éthiopien, introduction et notes, (Apocryphes 5), Turnhout : Brepols, 1994.
  • « Jérusalem et Axoum ou la reine de Saba et l’arche d’alliance. Mythe fondateur et traditions religieuses et politiques en Éthiopie », Graphè 11, 2002, p. 45-59.
  • « À la recherche des héritiers de Salomon et de la Reine de Saba, ou vaut-il la peine aujourd’hui d’apprendre l’éthiopien ? », Transversalités 85, 2003, p. 1-12.
  • « The Episcopos in Ancient Syriac Christianity : a Matrix of “Monarchical” Episcopate », The Jurist 66/1, 2006, p. 129-143.
  • « Les Pères de l’Église sont-ils aussi les Pères des protestants ? », dans De commencement en commencement. Le renouveau patristique dans la théologie contemporaine, Yves-Marie Blanchard et Guillaume Bady éd., Paris, Bayard, 2007, p. 297-303.
  • Jésus a-t-il une face cachée ? en collaboration avec Jean-Pierre Brach, Alain Houziaux et Jérôme Rousse-Lacordaire, Paris, L’Atelier, 2008.
  • « “Ils n’étaient que des hommes” : un jugement de Martin Luther sur les Pères de l’Église », Positions luthériennes 56/1, 2008, p. 87-94.
  • Pratiques autour de la mort, enjeux œcuméniques, (Théologie à l’Université 24), Paris, Desclée de Brouwer, 2012.
  • « Des forêts du Liban aux monts du Lasta : une géographie initiatique », Kilwinning. La Revue maçonnique internationale pour érudits, n° 10

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :