Jacques-Nicolas Tardieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques-Nicolas Tardieu
Image dans Infobox.
La Magdeleine pénitente, gravure de Tardieu d’après Paolo Pagani, v. 1750, Dresde, Galerie des vieux maitres de Dresde.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Mère
Conjoints
Élisabeth-Claire Tardieu
Louise-Françoise Duvivier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Jacques-Nicolas Tardieu, né le à Paris où il est mort le , est un graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Marie-Anne Tardieu et de Nicolas-Henri Tardieu, élève de son père, il fut reçu à l’Académie le , sur les portraits gravés de Bon Boullogne (d’après Allou) et de Le Lorrain (d’après Nonnotte), chalcographie du Louvre; graveur du roi et de S. A. S. l’électeur de Cologne. Cet artiste a gravé un grand nombre de portraits parmi lesquels on cite surtout le Portrait de Marie-Antoinette, d’après Nattier.

La Convention nationale lui passe commande de la gravure d'assignats en 1790 et 1791.

Il fut marié à deux graveuses, Louise-Françoise Duvivier, fille de Jean Duvivier, puis Élisabeth-Claire Tournay.

Parmi ses élèves, on compte son petit-neveu, Jean-Baptiste-Pierre Tardieu[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Paralytique guéri près de la piscine, d’après le tableau peint par Restout, Arras, Musée des beaux-arts, 1743 (inv. D 926 17) ;
  • La Sainte Famille, d’après Jules Christophe[2] ;
  • L'Étendard à la croix de Constantin d'après Peter Paul Rubens[3] ;
  • L’Éloquence, allégorie, d’après de La Joue, 1745[4] ;
  • Une vignette des armes du roi, avec des anges pour supports, d’après le dessin de M. Boucher ;
  • Portrait du président Jeannin, ministre d’État sous Henri IV ;
  • Portrait du maréchal Dubourg, d’après M. de Leyn;
  • Portrait de M. Alexis Simon Belle, peintre du roi, d’après le tableau peint par lui-même[5] ;
  • Portrait de M. Nicolas Henry Tardieu, le père, graveur ordinaire du roi, d’après Van Loo l’ainé[6] ;
  • Vignette représentant le portrait du roi, d’après un jeton de M. Duvivier, 1746 ;
  • Portail de l’église de Saint-Sulpice (pour la description de la dédicace de cette église) ;
  • Portrait de feu Mgr le Dauphin duc de Bourgogne, d’après Rigaud ;
  • Portrait de feu M. Charles d'Orléans de Rothelin, prêtre et théologien, d’après Charles Antoine Coypel[7] ;
  • Portrait de l’archevêque électeur de Cologne, 1748 ;
  • Portrait de M. le duc de Sully, auteur des Mémoires sur l’histoire d’Henri IV ;
  • Portrait de Mme. du Boccage, d’après le tableau de Marianne Loir[8] ;
  • Le Docteur alchimiste, d’après D. Teniers[9] ;
  • Deux tableaux représentant différents costumes des peuples orientaux ;
  • Deux tableaux représentant des animaux, d’après les dessins de Cochin fils ;
  • Portrait de feu M. de Boullongne, d’après Allou, 1750[10] ;
  • Portrait de M. Robert Le Lorrain, d’après Nonotte[11] ;
  • Adieu d’Hector et d’Andromaque, sujets tirés de l’Iliade d’Homère), d’après les tableaux de Coypel ;
  • Les Misères de la guerre d'après David Teniers le Jeune[12] ;
  • Le Déjeuner flamand (dont le tableau est connu en Flandre sons le nom de La Dévote de Teniers), d’après David Teniers le Jeune.
  • L’Apparition de Notre-Seigneur d la Sainte Vierge, estampe gravée, d’après le Guide (tirée de la galerie royale de Dresde), 1753 ;
  • Portrait de la reine Marie Leszcinska, d’après le tableau de Nattier, 1755[13]
  • La Magdeleine pénitente, d’après Paolo Pagani, (de la galerie royale de Dresde), 1757[14]
  • Portrait de feu Mme Henriette de France, d’après Nattier, 1759[15] ;
  • Portrait de M. Lullin, ministre de Genève ;
  • Portrait de Mgr Louis-Jacques d'Audibert de Lussan, archevêque de Bordeaux, d’après Restout, 1765[16] ;
  • Portrait de M. le prince de Gallitzin, ministre plénipotentiaire en France de la Cour de Russie, d’après Drouais ;
  • Portrait de M. d’Etemare, d’après Belle, 1775 ;
  • Portrait de Mlle de La Font ;
  • Portrait de M. l’abbé Gourdin, 1777.
  • Portyrait de René de Froulay de Tessé, général des galères et maréchal de France[17] ;

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :